Alphonse Jean-Baptiste Karr

Quelques mots sur l'auteur :

Alphonse Karr

Romancier, journaliste et polémiste français, Alphonse Jean-Baptiste Karr est né le 24 novembre 1808 à Paris. Il succombe à une fluxion de poitrine à l'âge de 82 ans dans sa maison de Saint-Raphaël le 30 septembre 1890.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Les 146 citations de Alphonse Karr :

L'amour est une chasse où le chasseur doit se faire poursuivre par le gibier.
Alphonse Karr ; La Pénelope normande, le 13 janvier 1860.

La mélancolie est la chaîne qui lie la fin de l'homme à son commencement.
Alphonse Karr ; Les fleurs animées (1847)

Dans la vie commune, une femme doit s'appuyer sur un homme un peu plus grand qu'elle.
Alphonse Karr ; Sur la plage (1862)

L'amour, la seule passion qui cherche son bonheur dans celui d'un autre.
Alphonse Karr ; Encore les femmes (1858)

Il n'y a que les gens qui aiment qui comprennent les saintes délicatesses de la chasteté.
Alphonse Karr ; Sur la plage (1862)

On va vite en amour, surtout quand on va seule !
Alphonse Karr ; En fumant (1861)

La vie se partage en deux moitiés, l'une pleine d'espérances qui ne doivent point se réaliser ; l'autre, livrée aux regrets de bonheurs dont nous n'avons pas joui ; car ce qui nous semblait si beau dans l'avenir, ce qui, lorsque nous l'avons atteint, ne nous a donné que désappointement et dégoût, reprend sa magie dans le passé.
Alphonse Karr ; Les soirées de Sainte-Adresse (1853)

Les rudes épreuves de la vie ne payent pas trop cher une heure d'amour.
Alphonse Karr ; Clothilde (1839)

Chaque femme est sa propre poupée, qu'elle habille et arrange.
Alphonse Karr ; Encore les femmes (1858)

L'amour est la plus terrible et la plus honnête des passions, c'est la seule qui ne puisse s'occuper de son bonheur sans y comprendre le bonheur d'un autre.
Alphonse Karr ; Promenade hors de mon jardin (1856)

Le sort est un grand poète comique qui se donne parfois à lui-même de singulières représentations aux dépens des vanités humaines.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)

On demande en général à la vie plus qu'elle ne renferme ; nous sommes accoutumés à mettre notre bonheur dans des choses impossibles, et notre malheur dans des choses inévitables.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)

Par la lecture, on s'absente de soi-même et de sa propre vie.
Alphonse Karr ; Plus ça change (1875)

L'amitié n'existe pas plus entre deux femmes qu'entre deux épiciers domiciliés en face l'un de l'autre.
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)

Il y a dans un adultère beaucoup plus de haine contre le mari que d'amour pour l'amant.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)

Il faut boire avec modération.
Alphonse Karr ; Un voyage autour de mon jardin (1845)

Le mariage n'est qu'une association de convenances ; c'est une fraternité d'intérêts et non de sentiments ; c'est une imposture spirituelle pour donner des garanties à la société. Le mariage est une fiction ingénieuse ; les maris eux-mêmes, qui l'entretiennent encore, n'y croient pas ; ils savent bien que la fidélité est impossible ; et il faut leur rendre justice, ils n'y prétendent pas.
Alphonse Karr ; Agathe et Cécile (1853)

La grâce de la femme est trompeuse et sa bonté n'est que vice
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)

La raison désire l'honnête et l'utile ; la vanité et la passion portent au voluptueux et à l'excessif.
Alphonse Karr ; La maison de l'ogre (1890)

Il n'y a de grandes passions que les passions malheureuses.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)

Un premier amour trompé laisse de l'amertume dans le présent et de la défiance dans l'avenir.
Alphonse Karr ; Feu Bressier (1844)

Une ou deux qualités, bonnes ou mauvaises, constituent l'homme honnête et le coquin.
Alphonse Karr ; Sous les orangers (1848)

L'amour d'une femme est le soleil de l'âme ; il donne la vie et la force.
Alphonse Karr ; Sous les tilleuls (1832)

La vie est partagée en deux parts : l'espérance et les regrets.
Alphonse Karr ; Sous les tilleuls (1832)

L'amitié des jeunes filles n'est que l'apprentissage de l'amour.
Alphonse Karr ; La famille Alain (1848)

Ses citations classées par œuvres :

Le chemin le plus court »