Alphonse Jean-Baptiste Karr

Quelques mots sur l'auteur :

Alphonse Karr

Romancier, journaliste et polémiste français, Alphonse Jean-Baptiste Karr est né le 24 novembre 1808 à Paris. Il succombe à une fluxion de poitrine à l'âge de 82 ans dans sa maison de Saint-Raphaël le 30 septembre 1890.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Les 129 citations de Alphonse Karr :

On n'adore la plupart des femmes que faute de les pouvoir aimer.
Alphonse Karr ; Vendredi soir (1835)

Les yeux noirs sont plus vifs qu'expressifs, ils expriment profondément ce qu'ils disent mais ils ne peuvent tout dire. Ils sont semblables à un instrument mélodieux qui n'aurait que quelques notes. Les yeux bleus au contraire expriment toutes les nuances, même les plus délicates et les plus insaisissables ; c'est un instrument mélodieux et harmonieux qui possède tous les tons et les demi-tons.
Alphonse Karr ; Une heure trop tard (1833)

Pour plaire aux femmes, tout le monde s'épuise en compliments. On n'attaque la place que par un côté ; il y a avantage à se présenter du côté qui n'est pas attaqué, et par conséquent pas défendu. D'ailleurs les femmes, avant tout, veulent plaire ; elles n'ont rien à faire près de ceux qui les trouvent adorables, et qui se récrient à chacun de leurs gestes, à chacune de leurs paroles. Mais si un homme ne les admire pas sans restriction, c'est celui-là qu'elles veulent charmer, et s'il ne se rend pas de suite, il a beau jeu, et peut faire une bonne capitulation.
Alphonse Karr ; Une heure trop tard (1833)

Le premier attrait de l'amour est la nouveauté, presque tous les amours meurent avec elle, car alors il n'y a plus rien, la nouveauté n'est plus ; l'habitude n'est pas encore, mais si l'amour survit à cette crise, et devient une habitude, il ne meurt plus.
Alphonse Karr ; Une heure trop tard (1833)

Il y a toujours dans l'amour beaucoup d'illusion et de curiosité : — Quand on a exprimé le jus d'un limon, que ce soit dans une limonade ou pour s'en laver les mains, on jette également l'écorce.
Alphonse Karr ; Une heure trop tard (1833)

L'ami d'une femme peut, à la faveur d'un moment et d'une occasion, devenir son amant ; mais l'homme qu'elle n'a jamais vu a mille fois plus de chances favorables que lui pour réussir.
Alphonse Karr ; Une heure trop tard (1833)

Par la lecture, on s'absente de soi-même et de sa propre vie.
Alphonse Karr ; Plus ça change (1875)

Le langage de l'amour a une si douce musique qu'on n'est pas exigeant pour les paroles.
Alphonse Karr ; En fumant (1861)

L'amour, c'est le parfum de l'âme qui s'épanouit.
Alphonse Karr ; Encore les femmes (1858)

J'aime la fleur, comme l'oiseau qui chante, et le bleu de vos yeux comme le bleu du ciel.
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)

L'amour est une chasse où le chasseur doit se faire poursuivre par le gibier.
Alphonse Karr ; La Pénelope normande, le 13 janvier 1860.

La mélancolie est la chaîne qui lie la fin de l'homme à son commencement.
Alphonse Karr ; Les fleurs animées (1847)

Dans la vie commune, une femme doit s'appuyer sur un homme un peu plus grand qu'elle.
Alphonse Karr ; Sur la plage (1862)

L'amour, la seule passion qui cherche son bonheur dans celui d'un autre.
Alphonse Karr ; Encore les femmes (1858)

Il n'y a que les gens qui aiment qui comprennent les saintes délicatesses de la chasteté.
Alphonse Karr ; Sur la plage (1862)

On va vite en amour, surtout quand on va seule !
Alphonse Karr ; En fumant (1861)

Les rudes épreuves de la vie ne payent pas trop cher une heure d'amour.
Alphonse Karr ; Clothilde (1839)

Chaque femme est sa propre poupée, qu'elle habille et arrange.
Alphonse Karr ; Encore les femmes (1858)

L'amour est la plus terrible et la plus honnête des passions, c'est la seule qui ne puisse s'occuper de son bonheur sans y comprendre le bonheur d'un autre.
Alphonse Karr ; Promenade hors de mon jardin (1856)

Le sort est un grand poète comique qui se donne parfois à lui-même de singulières représentations aux dépens des vanités humaines.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)

On demande en général à la vie plus qu'elle ne renferme ; nous sommes accoutumés à mettre notre bonheur dans des choses impossibles, et notre malheur dans des choses inévitables.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)

L'amitié n'existe pas plus entre deux femmes qu'entre deux épiciers domiciliés en face l'un de l'autre.
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)

Il y a dans un adultère beaucoup plus de haine contre le mari que d'amour pour l'amant.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)

Il faut boire avec modération.
Alphonse Karr ; Un voyage autour de mon jardin (1845)

Le mariage n'est qu'une association de convenances ; c'est une fraternité d'intérêts et non de sentiments ; c'est une imposture spirituelle pour donner des garanties à la société. Le mariage est une fiction ingénieuse ; les maris eux-mêmes, qui l'entretiennent encore, n'y croient pas ; ils savent bien que la fidélité est impossible ; et il faut leur rendre justice, ils n'y prétendent pas.
Alphonse Karr ; Agathe et Cécile (1853)

Ses citations classées par œuvres :

Le chemin le plus court »