Alphonse Karr (2)

Les citations célèbres de Alphonse Karr :

Le sort est un grand poète comique qui se donne parfois à lui-même de singulières représentations aux dépens des vanités humaines.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)
On demande en général à la vie plus qu'elle ne renferme ; nous sommes accoutumés à mettre notre bonheur dans des choses impossibles, et notre malheur dans des choses inévitables.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)
L'amitié n'existe pas plus entre deux femmes qu'entre deux épiciers domiciliés en face l'un de l'autre.
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)
Il y a dans un adultère beaucoup plus de haine contre le mari que d'amour pour l'amant.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)
Il faut boire avec modération.
Alphonse Karr ; Un voyage autour de mon jardin (1845)
Le mariage n'est qu'une association de convenances ; c'est une fraternité d'intérêts et non de sentiments ; c'est une imposture spirituelle pour donner des garanties à la société. Le mariage est une fiction ingénieuse ; les maris eux-mêmes, qui l'entretiennent encore, n'y croient pas ; ils savent bien que la fidélité est impossible ; et il faut leur rendre justice, ils n'y prétendent pas.
Alphonse Karr ; Agathe et Cécile (1853)
La grâce de la femme est trompeuse et sa bonté n'est que vice
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)
La raison désire l'honnête et l'utile ; la vanité et la passion portent au voluptueux et à l'excessif.
Alphonse Karr ; La maison de l'ogre (1890)
Il n'y a de grandes passions que les passions malheureuses.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)
Un premier amour trompé laisse de l'amertume dans le présent et de la défiance dans l'avenir.
Alphonse Karr ; Feu Bressier (1844)
L'amour d'une femme est le soleil de l'âme ; il donne la vie et la force.
Alphonse Karr ; Sous les tilleuls (1832)
L'amitié des jeunes filles n'est que l'apprentissage de l'amour.
Alphonse Karr ; La famille Alain (1848)
De toute la vie, de tout ce qu'elle renferme de bonheur et de plaisir, de tout ce qu'elle peut offrir au cœur et à l'esprit, je ne connais rien, rien qu'une femme.
Alphonse Karr ; Sous les tilleuls (1832)
Le cœur danse sur des chansons que chante l'espérance.
Alphonse Karr ; Sous les tilleuls (1832)
La vie se partage en deux parts : l'espérance et les regrets.
Alphonse Karr ; Sous les tilleuls (1832)
Tout le monde veut avoir un ami, mais personne ne s'occupe d'en être un.
Alphonse Karr ; Une vérité par semaine (1852)
L'amitié d'homme à femme est une chimère, à moins que l'on ne donne le nom d'amitié à une liaison dans laquelle l'amour est devenu l'accessoire après avoir été le principal.
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)
Le peu qu'on fait de bien, on ne le fait que mal.
Alphonse Karr ; Clovis Gosselin (1851)
Les ennuis à qui parle trop viennent plus vite que la gloire.
Alphonse Karr ; L'esprit d'Alphonse Karr (1888)
Il n'y a pas de haine aussi terrible que celle dont l'origine est de l'amour gâté.
Alphonse Karr ; Le testament normand (1853)
L'homme fait des vices des plaisirs qui lui échappent, et des vertus des infirmités qui lui arrivent.
Alphonse Karr ; Am Rauchen (1842)
L'espérance et le souvenir ont le même prisme : l'éloignement.
Alphonse Karr ; Am Rauchen (1842)
Dans l'amour, il y a une personne qui aime, et l'autre qui est aimée.
Alphonse Karr ; Am Rauchen (1842)
Préférez-vous les brunes ou les blondes ? Je crois que les brunes se conservent plus longtemps !
Alphonse Karr ; Sur la plage (1862)
Être riche, c'est vivre sans aucune privation ; c'est tenir un équilibre juste et constant entre ses besoins ou ses désirs, et les moyens de les satisfaire.
Alphonse Karr ; Une heure trop tard (1833)
Il y a des gens tellement grossiers qu'on s'attriste de partager quelque chose avec eux.
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)
Quand il ne s'agit que de s'aimer, il n'y a pas de danger à se laisser séduire par les qualités.
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)
Les remords d'une belle femme ce sont des regrets.
Alphonse Karr ; Nouvelles guêpes (1853)
Tout bonheur se compose de deux sensations tristes : le souvenir de la privation dans le passé, et la crainte de perdre dans l'avenir.
Alphonse Karr ; Clothilde (1839)
L'amour produit les nobles ambitions ; l'amour produit le génie.
Alphonse Karr ; Hortense (1841)