La comtesse Anna-Élisabeth de Noailles

Quelques mots sur l'auteur :

Anna de Noailles

Anna-Élisabeth de Bassaraba-Brancovan est une poétesse française née le 15 novembre 1876 à Paris. Le 18 août 1896 à Évian, Anna-Élisabeth épouse le comte Mathieu de Noailles avec qui elle aura un fils, le comte Anne Jules (1900-1979). Anna de Noailles s'éteint dans sa chambre rue Scheffer à Paris le 30 avril 1933 à l'âge de 57 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie.

Les 24 citations d'Anna de Noailles :

La beauté de l'amant n'est qu'au cœur de l'amante.
Anna de Noailles ; Poème de l'amour (1924)

La douleur, c'est le point de rage où le sort le plus redouté vient défier notre courage.
Anna de Noailles ; Poème de l'amour (1924)

L'orgueil est l'ennemi constant de l'amour.
Anna de Noailles ; Poème de l'amour (1924)

Vivre, c'est désirer encore.
Anna de Noailles ; Poème de l'amour (1924)

On aime plus âprement que l'on ne hait.
Anna de Noailles ; Poème de l'amour (1924)

La beauté du monde est dans l'œil.
Anna de Noailles ; L'honneur de souffrir (1927)

Mon cœur a des miroirs, mais il n'a pas d'égaux.
Anna de Noailles ; L'honneur de souffrir (1927)

Je cherche en vain l'oubli, l'espoir, l'inconscience, pour être délivrée enfin de ton absence !
Anna de Noailles ; L'honneur de souffrir (1927)

Jamais rien ne se remplace, je le sais tant, que je suis lasse d'être un univers de regret !
Anna de Noailles ; L'honneur de souffrir (1927)

Vivre n'est pas un bien, les clairs instants sont rares : d'un jour plus dur encore un jour dur est suivi.
Anna de Noailles ; L'honneur de souffrir (1927)

Chaque être souffrant seul croît qu'il a l'apanage d'un mal plus sombre et plus cuisant.
Anna de Noailles ; L'honneur de souffrir (1927)

La tendresse a ses jours d'ennuis.
Anna de Noailles ; L'honneur de souffrir (1927)

L'instinct est un bonheur que n'est pas la raison.
Anna de Noailles ; L'honneur de souffrir (1927)

Tant que l'on vit, la vie amoureuse est possible.
Anna de Noailles ; L'honneur de souffrir (1927)

À ce coeur si rompu, si amer et si lourd, accorde le dormir, sans songes et sans peines, sauve-le du regret, de l'orgueil, de l'amour.
Anna de Noailles ; À la nuit (1924)

Il est des fleurs qui ne croissent que pour les couvents.
Anna de Noailles ; Les passions et vanités (1926)

La bonté n'atténue pas la lucide vision.
Anna de Noailles ; Passions et vanités (1926)

L'amour, c'est la chose profonde.
Anna de Noailles ; Temps de vivre (1924)

L'amour n'a pas d'autre problème que d'autoriser le désir.
Anna de Noailles ; Poème de l'amour (1924)

Le temps n'a pas toujours une égale valeur.
Anna de Noailles ; Poème de l'amour (1924)

Le plaisir n'est que ce qu'on prête, mais la vie est ce que l'on donne.
Anna de Noailles ; Poème de l'amour (1924)

Le corps, unique lieu de rêve et de raison, asile du désir, de l'image et des sons.
Anna de Noailles ; L'honneur de souffrir (1927)

Il n'est rien de réel que le rêve et l'amour.
Anna de Noailles ; Chanson du temps opportun.

Seul le plaisir physique contente l'âme pleinement.
Anna de Noailles ; Choix de poésies (1930)

Les rubriques sur Anna de Noailles :