Françoise Giroud, née Léa France Gourdji

Quelques mots sur l'auteur :

Françoise Giroud

Écrivaine et journaliste française née le 21 septembre 1916 à Lausanne en Suisse, Françoise Giroud est décédée le 19 janvier 2003 à l'Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine. Femme politique française, elle meurt dans le coma à l'âge de 86 ans suite à une chute dans un escalier. Elle a été incinérée le 22 janvier 2003 au crématorium du Père-Lachaise.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Les 59 citations de Françoise Giroud :

Quand l'amour tourne court mieux vaut se séparer que de se prendre en grippe.
Françoise Giroud ; On ne peut pas être heureux tout le temps (2001)

L'indifférence est une infirmité de l'esprit et du coeur.
Françoise Giroud ; Journal d'une parisienne (1994)

Le bonheur, c'est faire ce que l'on veut et vouloir ce que l'on fait.
Françoise Giroud ; Ce que je crois (1978)

Une femme, avec quatre enfants, n'a pas le temps de s'ennuyer.
Françoise Giroud ; La nouvelle vague (1958)

Être mortelle ne m'offusque pas : la mort me blesse quand elle emporte ceux que j'aime, mais elle ne m'est scandale que lorsqu'elle frappe des êtres jeunes, pas ceux qui, comme moi, sont usés.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Un mariage réussi est, en soi, une œuvre qui en vaut bien une autre.
Françoise Giroud ; Une poignée d'eau (1973)

Que Dieu protège les enfants dont la mère a pleuré la naissance.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Tant bien que mal, avec des succès et des échecs, je me suis gouvernée depuis l'âge tendre ; j'ai connu de grandes douleurs, de grands malheurs : on ne peut pas être heureux tout le temps.
Françoise Giroud ; On ne peut pas être heureux tout le temps (2001)

Dans ce pays, on divorce comme on se mouche.
Françoise Giroud ; Françoise Giroud vous présente le Tout-Paris (1952)

Rien n'est plus beau que de s'aimer et, si possible, pour un couple, de durer.
Françoise Giroud ; On ne peut pas être heureux tout le temps (2001)

J'aime la France, j'aime ce pays de façon charnelle ; j'aime ses coteaux et ses rivières, ses terres rouges, ocres ou noires, ses pierres blondes ; j'aime l'intelligence de ses habitants, comparés à ceux des autres contrées ; j'aime leur goût de la vie, sans être aveugles pour autant.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Être amoureux, cela donne des ailes.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Une certaine France est en train de disparaître, et surtout, cela va trop vite. Changer, c'est le mouvement même de la vie ; mais quand le rythme du changement dépasse la cadence naturelle des êtres humains, cela fait mal. Nous y sommes, et nous avons mal.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Voilà que, depuis vingt ans, nous avons, en France, tourné le dos à l'espérance et nous l'avons remplacée par la peur. Peur de perdre son emploi, peur de perdre sa couverture sociale, peur des immigrés, peur de Le Pen, peur de Maastricht, peur de la mondialisation de l'économie, peur pour les enfants qui ne connaîtront plus l'ascenseur social, et tout cela finit par tourner à la peur de vivre.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

En quatre-vingts ans, j'ai vu le monde se transformer de fond en comble à travers bien des tumultes, et la France traverser bien des crises. Je n'ai jamais vu, dans les pires moments, qu'elle soit en crise d'espérance.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Si mes jours se prolongent, j'écrirai encore un livre, peut-être deux, mais je suis au bout de ma route, maintenant. Recommencer ? Ah non ! La balance est trop lourde du côté des douleurs. Me réincarner, voilà qui me plairait bien. J'aimerais être chat dans une bonne maison, un chat soyeux et moqueur.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Dans l'avenir tel qu'il m'apparaît, personne ne sera plus propriétaire de son emploi. Personne ne vieillira plus dans son entreprise en attendant la retraite. On changera peut-être vingt fois d'employeur dans une vie. Le maître mot sera précarité, insécurité dans le travail.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Ainsi, à 72 ans, me suis-je mise à l'ordinateur. Longtemps j'ai pensé que j'en serais incapable, que c'était bien de la prétention de croire que j'aurais encore cette faculté d'adaptation. C'est l'un de mes petits-fils qui m'a convaincue du contraire : « je te connais, m'a-t-il dit. Tu te débrouilleras très bien. » Il m'a donné l'adresse où acheter l'animal. Et puis s'est produit le miracle : en trois leçons d'une heure et demie, j'ai appris à maîtriser la merveilleuse machine. Outre les services que celle-ci me rend, l'épisode a agi sur moi comme une injection de jeunesse. Donc, dans ma tête, je n'étais pas rouillée, je pouvais encore.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Si vieillir, c'est se désintéresser et devenir indifférent, ce malheur là m'est épargné.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

La sagesse des nations prétend que chaque âge a ses plaisirs. Foutaise ! Je n'ai jamais vu que la vieillesse ait les siens. Mais il est vrai qu'on peut vieillir et conserver le bonheur de vivre, à condition d'être en bonne santé.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Une société française où les femmes auraient perdu le désir de séduire serait d'une tristesse infinie.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Le désir éperdu de changer le monde, c'est masculin.
Françoise Giroud ; On ne peut pas être heureux tout le temps (2001)

Tous les hommes que j'ai connu ont aimé que je sache m'habiller, du matin au soir, et pas seulement me déshabiller.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Avant de s'éteindre, il faut vieillir, c'est là une série de petites morts qu'il faut subir. Perdre ses moyens, c'est mourir un peu, et c'est révoltant. Voir un visage se faner, un corps se déformer, des mains se couvrir de taches, c'est mourir un peu, et c'est dégoûtant. Renoncer enfin à sa capacité de séduction, devenir transparente aux yeux des hommes, c'est mourir à toute une part de soi-même, et c'est dur à vivre.
Françoise Giroud ; Arthur ou le bonheur de vivre (1997)

Si vous compreniez à quel point l'ignorance humaine conduit la Terre à sa destruction, vous en seriez terrifié !
Françoise Giroud ; La rumeur du monde (1999)