Frédéric Charles Antoine Dard

Quelques mots sur l'auteur :

Frédéric Dard

Écrivain français né le 29 juin 1921 à Jallieu dans l'Isère, Frédéric Dard est décédé le 6 juin 2000 à Bonnefontaine en Suisse. Auteur de plus de 300 livres dont la moitié signée du pseudonyme de San Antonio, il meurt à l'âge de 78 ans. Frédéric Dard repose au cimetière de Saint-Chef en Dauphiné, le village de sa petite enfance situé dans l'Isère.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 59 citations de Frédéric Dard :

L'échec, c'est la réussite du con.
Fréderic Dard ; San-Antonio, Les Con, le 2 septembre 1973.

On n'a rien à gagner à emmerder les gens qui n'ont rien à perdre.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Le règlement, c'est comme la musique : on l'applique avec un bâton !
Fréderic Dard ; Les salauds vont en enfer (1956)

Quand l'argent tombe du ciel il faut le ramasser.
Fréderic Dard ; Le cauchemar de l'aube (1961)

L'humanité souffre d'un fléau nouveau dont rien n'entravera les ravages : l'intelligence. Oui, l'intelligence, avec son cortège funèbre de positivisme et de compréhension. L'imbécile le plus épais subit le despotisme de ce tyran dont le règne ne fait que commencer.
Fréderic Dard ; Saint-Gengoul (1945)

Rien n'est plus épouvantable à subir que le soupçon ! On ne sait plus quelle attitude avoir, ni quels mots prononcer pour persuader les autres de son innocence.
Fréderic Dard ; Les brumes de Manchester (1986)

Un héros, c'est bien joli tant que ça vit, mais une fois mort, c'est rudement con.
Fréderic Dard ; La crève (1946)

Rien n'est jamais perdu pour celui qui refuse l'échec.
Fréderic Dard ; Toi qui vivais (1958)

Un mari est toujours plus ou moins ridicule. Se croire propriétaire d'une femme est puéril. Une femme n'appartient à personne. C'est une chose exposée aux convoitises. La femme la plus sérieuse se répand dans les yeux qui la sollicitent.
Fréderic Dard ; Saint-Gengoul (1945)

L'existence est une sorte de rue à traverser... gardez-vous à gauche, gardez-vous à droite.
Fréderic Dard ; Mausolée pour une garce (1958)

J'apprends à vivre, c'est rudement coton. Je crois que si je passais un examen aujourd'hui, je me ferais recaler !
Fréderic Dard ; Mausolée pour une garce (1958)

Il faut avoir patienté devant une cabine téléphonique occupée par une femme pour vraiment mesurer à quel point le beau sexe est bavard.
Fréderic Dard ; Le pain des fossoyeurs (1957)

Le seul vrai plaisir de ce monde, c'est l'assouvissement.
Fréderic Dard ; Le monte-charge (1961)

La vie appartient à ceux qui ne reculent pas.
Fréderic Dard ; Des yeux pour pleurer (1957)

La force des femmes réside dans leur ingénuité.
Frédéric Dard ; Georges et la dame seule (1944)

Tout est avidité et hypocrisie ici-bas !
Frédéric Dard ; La mort silencieuse (1945)

Changer, c'est se tendre vers un but opposé à celui qu'on poursuivait.
Frédéric Dard ; Saint-Gengoul (1945)

Se croire propriétaire d'une femme est puéril : une femme n'appartient à personne.
Frédéric Dard ; Saint-Gengoul (1945)

La femme la plus sérieuse se répand dans les yeux qui la sollicitent.
Frédéric Dard ; Saint-Gengoul (1945)

Sa femme est tellement frigide qu'il lui a fait ses mômes sous anesthésie.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Dans la vie, on est toujours seul : l'important est de savoir avec qui !
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Je suis un obsédé sexuel, mais il est inutile de me féliciter : j'ai également des défauts.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Sa femme est encore bien pour mon âge.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Le baise-main est un bon début : çà permet de respirer la qualité de la viande.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Prenez garde en traversant la vie : un con peut en cacher un autre !
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)