Honoré de Balzac

Quelques mots sur l'auteur :

Honoré de Balzac

Romancier, dramaturge, écrivain, journaliste et critique littéraire, Honoré de Balzac est né le 20 mai 1799 à Tours dans l'Indre-et-Loire. Il décède le 18 août 1850 à son domicile parisien 30, rue Fortunée, et repose au cimetière du Père-Lachaise (division 48).

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 121 citations d'Honoré de Balzac :

L'amour est la seule passion qui ne souffre ni passé ni avenir.
Honoré de Balzac ; Les Chouans (1835)

Après avoir donné plus qu'il n'a, l'amour finit par donner moins qu'il ne reçoit.
Honoré de Balzac ; La fausse maîtresse (1841)

Le hasard est le résultat d'une immense équation dont nous ne connaissons pas toutes les racines.
Honoré de Balzac ; Z. Marcas, le 25 juillet 1840.

On ne peut pas ruiner un homme qui ne possède rien.
Honoré de Balzac ; Gobseck (1830)

Beaucoup d'appelés et peu d'élus est une loi de la Cité aussi bien que du Ciel.
Honoré de Balzac ; Les employés (1838)

L'amour a son instinct, il sait trouver le chemin du cœur.
Honoré de Balzac ; La femme de trente ans (1834)

Tout amour durable commence par de rêveuses méditations.
Honoré de Balzac ; L'enfant maudit (1831)

L'amour est comme la mer, qui vue superficiellement ou à la hâte, est accusée de monotonie par les âmes vulgaires. Tandis que certains êtres privilégiés passent leur vie à l'admirer en y trouvant sans cesse de changeants phénomènes qui les ravissent.
Honoré de Balzac ; La Vendetta (1830)

L'amour n'est pas seulement un sentiment, il est aussi un art. Quelque mot simple, une précaution, un rien, révèle à une femme le grand et sublime artiste qui peut toucher son cœur sans le flétrir.
Honoré de Balzac ; La recherche de l'absolu (1834)

Pour un homme passionné, toute femme vaut ce qu'elle lui coûte.
Honoré de Balzac ; Ursule Mirouët (1842)

L'amour a ses intuitions, comme le génie a les siennes.
Honoré de Balzac ; Le lys dans la vallée (1836)

Il est dans toute figure humaine une place où les secrets mouvements du cœur se trahissent.
Honoré de Balzac ; Béatrix (1839)

Il se rencontre parfois entre deux ennemis la même lucidité de raison, la même puissance de vue intellectuelle qu'entre deux amants qui lisent dans l'âme l'un de l'autre.
Honoré de Balzac ; Gobseck (1830)

Il est des phrases épigrammatiques qui font un plaisir passager, et des blessures de longue durée.
Honoré de Balzac ; Autre étude de femme (1839-1842)

La paresse pleine de suffisance ne mène à n'être qu'un sot.
Honoré de Balzac ; Le médecin de campagne (1833)

La vie des oisifs est la seule qui coûte cher, c'est un vol social que de consommer sans produire.
Honoré de Balzac ; Le médecin de campagne (1833)

À mesure que l'on monte en haut de la société, il s'y trouve autant de boue qu'il y en a par le bas ; seulement elle s'y durcit et se dore.
Honoré de Balzac ; La duchesse de Langeais (1834)

En amitié, les fautes sont des crimes.
Honoré de Balzac ; Vautrin (1840)

La vie sociale est comme la terre, elle nous donne en raison de nos efforts.
Honoré de Balzac ; L'envers de l'histoire contemporaine (1848)

Le véritable amour est un océan de sensations éternelles et toujours neuves où l'on se plonge avec délice.
Honoré de Balzac ; Louis Lambert (1832)

Le premier amour est une seconde enfance jetée à travers nos jours de peine et de labeur.
Honoré de Balzac ; Le médecin de campagne (1833)

Il y a des amis qui sont comme des rosiers qui n'ont que des épines.
Honoré de Balzac ; Pensées (1799-1850)

Aimer, c'est se plonger dans l'infini, n'apercevoir aucune borne au sentiment.
Honoré de Balzac ; Le centenaire ou les deux Beringheld (1824)

Aimer, c'est donner autant que l'on reçoit, mais s'efforcer mutuellement de donner plus.
Honoré de Balzac ; Le centenaire ou les deux Beringheld (1824)

Consacre-toi à un être, de telle sorte que tu ne vives, ne penses que pour son bonheur.
Honoré de Balzac ; Le centenaire ou les deux Beringheld (1824)

Quelques œuvres de Honoré de Balzac :