Jacques-Bénigne Bossuet

Quelques mots sur l'auteur :

Jacques-Bénigne Bossuet

Homme d'Église, académicien et écrivain français né le 27 septembre 1627 à Dijon en Côte-d'Or, Jacques-Bénigne Bossuet est décédé le 12 avril 1704 à Paris. Il est élu à l'Académie française le 31 mai 1671, Bossuet meurt à l'âge de 76 ans de la maladie de la pierre, et repose dans la cathédrale de Meaux en Seine-et-Marne.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 75 citations de Jacques-Bénigne Bossuet :

La connaissance est donnée pour entendre ce qu'il y a de plus vrai.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Sermon pour la profession de Mme Vallière (1675)

L'ignorance est la plus dangereuse des maladies, et la cause de toutes les autres.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)

L'amour-propre dore si bien nos vices que nous les prenons pour des vertus.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La médisance (1688)

Toute erreur est fondée sur quelque vérité dont on abuse.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)

Qui veut apprendre la sagesse doit écouter la parole du vieillard.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La politique tirée de l'écriture sainte (1709)

Qui sait le passé peut conjecturer l'avenir.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La politique tirée de l'écriture sainte (1709)

Le temps découvre les secrets, le temps confirme les bons conseils.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La politique tirée de l'écriture sainte (1709)

Qui veut bien juger de l'avenir doit consulter les temps passés.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La politique tirée de l'écriture sainte (1709)

L'homme est né pour la paix, et il ne respire que la guerre.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La charité fraternelle (1666)

La science la plus nécessaire à la vie humaine, c'est de se connaître soi-même.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La charité fraternelle (1666)

Une bonne réputation est la seconde vie d'un homme.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Traité de la concupiscence (posthume, 1731)

La perfection de l'homme est de vivre selon la raison.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)

On répare ses fautes quand on les pleure.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Oraisons funèbres (1669)

La vie humaine est semblable à un chemin dont l'issue est fatale. On nous en avertit dès le premier pas, mais la loi de la nature nous dicte d'avancer toujours.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)

Le médisant exerce la plus lâche de toutes les vengeances, puisque, s'il ne peut se venger autrement, il montre que sa haine est bien furieuse par le plaisir qu'il prend de critiquer en paroles celui qu'il ne peut blesser physiquement.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La médisance (1688)

Le médisant, à force de parler, croit tout à fait ce qu'il ne croyait qu'à demi.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La médisance (1688)

Le médisant n'épargne pas même ses meilleurs amis, si toutefois un tel homme est capable d'en avoir.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La médisance (1688)

L'envie n'a pas le courage assez bon pour chercher la véritable grandeur, mais elle tâche de s'élever en abaissant les autres.
Jacques-Bénigne Bossuet ; La médisance (1688)

L'homme n'épargne que lui-même dans ses jugements.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)

La vérité est une reine qui a dans le ciel son trône éternel, et le siège de son empire dans le sein de Dieu. Il n'y a rien de plus noble que son domaine, puisque tout ce qui est capable d'entendre en relève, et qu'elle doit régner sur la raison même, qui a été destinée pour guérir et gouverner toutes choses.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)

Le bonheur n'est point le transport passager des sens, c'est un état constant et permanent de l'âme ; il ne peut prendre de consistance dans un cœur agité.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)

La véritable fermeté est le fruit de l'intelligence.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)

L'homme sage est permanent comme le soleil ; le fou change comme la lune.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)

Les réflexions, les connaissances, la philosophie, et plus encore la voix d'une conscience pure, rendent courageux dans le malheur.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)

Il n'y a que la vertu seule dont personne ne peut mal user, parce qu'elle ne serait plus vertu, si l'on en faisait un mauvais usage.
Jacques-Bénigne Bossuet ; Pensées et maximes inédites (1704)