Jean Dutourd

Quelques mots sur l'auteur :

Jean Dutourd

Romancier et essayiste français né le 14 janvier 1920 à Paris, Jean Gwenaël Dutourd est élu à l'Académie française le 30 novembre 1978, il décède à l'âge de 91 ans le 17 janvier 2011 à Paris.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 88 citations de Jean Dutourd :

Le mariage est une chose, l'amour en est une autre, et il est généralement dangereux de les mêler. Le mariage exige de la tolérance, de l'indulgence, bref de l'amitié. L'amour est jaloux, possessif, adorant ou haineux, totalement antinomique de l'amitié, sentiment agréable et raisonnable.
Jean Dutourd ; De la France considérée comme une maladie (1982)

Si l'amour est un maître, l'amitié est la plus discrète et la plus exquise des servantes.
Jean Dutourd ; Pluche ou l'amour de l'art (1967)

Une personne qu'on a aimée et dont on est séparé pendant quelques années se simplifie, se décolore, se schématise ; bref, elle devient une caricature : oubli et calomnie, c'est presque pareil.
Jean Dutourd ; Le bonheur et autres idées (1980)

Il y a des gens qui passent toute leur vie sans savoir qui ils sont, d'autres qui ne se doutent de rien, d'autres qui ne se sont jamais donné la peine de jeter un coup d'œil sur le monde extérieur. L'univers est rempli d'inconscients et de gens aveugles. Tantôt ils ont de la chance, tantôt ils n’en ont pas.
Jean Dutourd ; Les œuvres romanesques (1979)

Souvent des gens qui croient s'aimer, ou du moins ne s'interrogent pas là-dessus, ont cessé de le faire depuis plusieurs années. Les amours conjugales sont comme des tasses fêlées, qui peuvent rester longtemps entières, mais qui se cassent si on les trempe dans l'eau chaude.
Jean Dutourd ; Pluche ou l'amour de l'art (1967)

A vingt ans, la vérité ennuie, j'entends la vérité profonde, la vérité de l'être, qui perce à travers les attitudes, comme les mauvaises herbes au milieu d'un gazon bien tondu. A vingt ans, toute vérité apparaît comme une ortie ou un chardon qu'il faut arracher. A quarante-cinq ans, il n'y a plus que les chardons et les orties qui m'intéressent en moi, et pour un peu j'arracherais le joli gazon qui est autour.
Jean Dutourd ; Pluche ou l'amour de l'art (1967)

Le désespoir n'est pas une grande vague qui submerge un homme ; une brusque invasion, une maladie foudroyante qui brise d'un seul coup tous les ressorts. J'imagine le désespoir, moi, plutôt comme un microbe qui opère ses ravages dans un coin de l'organisme. J'ajouterai qu'il se passe avec le désespoir ce qu'il se passe avec à peu près tous les sentiments et toutes les passions : celui qui en est atteint l'ignore très longtemps. Il ne soupçonne rien du travail du microbe. Puis, un beau jour, il s'aperçoit qu'il ne reste plus rien en lui, plus une trace d'espoir. Tout a été grignoté. Il est comme une maison entièrement absorbée par les termites. La maison tombe en poussière. L'homme tombe en poussière.
Jean Dutourd ; Les horreurs de l'amour (1963)

On fait l'amour, ce soir ? Faut pas en abuser, mignonne.
Jean Dutourd ; Au bon beurre, le 10 septembre 1952.

La chasteté d'un couple n'est pas dans la continence.
Jean Dutourd ; Le septième jour (1995)

Je me fous de l'argent, il n'est intéressant que pour ce qu'il procure.
Jean Dutourd ; Pluche ou l'amour de l'art (1967)

Un authentique chagrin d'amour enferme en lui-même celui qui l'éprouve ; c'est comme une seconde cristallisation, plus solide que la première, et plus durable car, dans ce domaine, contrairement au proverbe, les absents ont toujours raison. L'être aimé vous eût-il dit adieu à jamais, vous eût-il accablé des plus grandes cruautés, on ne parvient pas à lui être infidèle, on est d'autant plus enchaîné charnellement à lui qu'il est invisible.
Jean Dutourd ; Le séminaire de Bordeaux (1987)

La bagatelle, on peut parfaitement s'en passer pendant des mois. La chasteté est bien moins pénible qu'on n'affecte de le dire, surtout les messieurs qui, sur ce chapitre, mentent à qui mieux mieux.
Jean Dutourd ; Les œuvres romanesques (1979)

Ce qu'on n'a pas mérité est un cadeau, un sourire du destin.
Jean Dutourd ; Le bonheur et autres idées (1980)

Toute vérité commence par une piqûre ou par une blessure.
Jean Dutourd ; Pluche ou l'amour de l'art (1967)

L'amour, c'est uniquement une question d'odeur.
Jean Dutourd ; Le déjeuner du lundi (1947)

L'amitié est, de tous les sentiments, celui que j'aime le plus. Je vais même jusqu'à préférer un peu l'amitié à l'amour. L'amour prend trop de temps, trop d'âme ; il apporte des bonheurs et des ennuis trop considérables ; neuf fois sur dix il est assommant, et quand il n'est pas assommant, c'est pire. On laisse tout pour courir à lui, on est sans cesse à son service, et deux passions, c'est trop pour un seul cœur.
Jean Dutourd ; Pluche ou l'amour de l'art (1967)

La plupart des gens traversent la vie avec pour tout bagage une centaine de proverbes. Ils se feraient couper en morceaux plutôt que de l'avouer, ils n'en sont même pas toujours conscients ; mais ces cent proverbes leur permettent de tenir soixante ou quatre-vingts ans sans catastrophe majeure, tout aussi bien que s'ils se réglaient sur les principes de Kant ou de Platon.
Jean Dutourd ; Mimi-Bamboche (1979)

L'amour ressemble parfois à un feu qui prend mal, qui menace à tout instant de s'éteindre. Si tu y jettes des bûches, tu l'étouffes. Tu n'arrives à le faire durer qu'en ajoutant de temps à autre des brindilles.
Jean Dutourd ; Les œuvres romanesques (1979)

Être quitté, cela signifie que votre amour n'est pas mort d'épuisement ou de vieillesse, mais qu'il a été assassiné, qu'il a été tué dans sa fleur.
Jean Dutourd ; L'âme sensible (1959)

Les chagrins d'amour laissent des souvenirs délicieux. Quand leur pointe s'est émoussée, une impression générale de bonheur subsiste, qu'il est toujours très doux d'évoquer. Le cœur s'en trouve comme ennobli.
Jean Dutourd ; L'âme sensible (1959)

Perdre le temps est un délice que je goûte souvent. Je vais de-ci de-là, l'esprit vide, deux pensées roulant dans la tête, comme des billes. Il ne me déplaît pas de perdre mon temps si c'est comme je le veux. Seul, du temps passé à m'ennuyer me semble réellement perdu.
Jean Dutourd ; Le complexe de César (1946)

Il y a toujours assez de temps pour s'ennuyer, c'est pour s'amuser ou travailler qu'on en manque.
Jean Dutourd ; Le vieil homme et la France (1994)

L'amour est la grande affaire des femmes, même de celles qui ne l'ont guère connu ou pas du tout. Elles ont un œil d'aigle pour le repérer, si soigneusement se dissimule-t-il ; elles le devinent avant qu'il soit éclos.
Jean Dutourd ; Les œuvres romanesques (1979)

En amour, le plaisir reçu enchaîne autant, sinon plus, que le plaisir donné.
Jean Dutourd ; Les œuvres romanesques (1979)

Un homme et une femme qui passent leur vie entière ensemble, qui finissent par ne faire plus qu'une seule et même âme, qu'un seul et même être, est l'une des plus belles réussites humaines.
Jean Dutourd ; Les œuvres romanesques (1979)