Jean-Jacques de Lingrée (3)

Les citations de Jean-Jacques de Lingrée :

On n'est pas seulement indiscret par vanité, on l'est plus souvent encore par l'impossibilité de se taire, et même contre son propre intérêt : trop de causes contribueraient à cacher la vérité, si l'indiscrétion ne nous avait été donnée comme un des moyens de la faire connaître.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Les indiscrets, malgré l'exemple qu'ils donnent, croient toujours à la vertu particulière de leurs recommandations.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Il y a des méchants qui ne nuisent qu'à leurs ennemis ; l'indiscret nuit à tout le monde.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

L'amitié, l'amour et la fortune peuvent aisément échapper à qui n'a pas en soi de quoi garder un secret.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

On doit autant condamner l'inconstance de nos jugements et de nos opinions, quand elle tient à nous-mêmes, que l'approuver quand elle tient à l'inconstance des personnes et des choses dont nous jugeons.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Le secret de n'être importun à personne est de ne pas l'être à soi-même.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

On peut souvent juger d'un homme, à la première vue, sur le degré d'importance qu'il se donne : ainsi une bulle de savon, par son étendue, donne la mesure du vide qu'elle renferme.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

On gagne à modérer son imagination de voir au moins se réaliser quelques-unes de ses espérances.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

On n'est jamais plus ignorant que par la science des choses inutiles.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

La modestie n'engage jamais à s'humilier autant que la vanité.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Deux espèces d'hommes ne peuvent parvenir à connaître leurs semblables : ceux qui ne descendent jamais en eux-mêmes, et ceux qui n'en sortent jamais.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Nous avons découvert dans l'habitude un pouvoir souvent égal à celui de la nature ; nous sommes bien loin de tirer tout le parti que nous pourrions d'une aussi précieuse découverte.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

La durée de nos goûts dépend plus de nos opinions que de nos besoins.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Rien ne devrait plus nous corriger de notre penchant à condamner les goûts d'autrui, que de voir à quel point nous en changeons nous-mêmes.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

La générosité d'argent est facile, il n'y a qu'à être riche pour en avoir : mais c'est celle qui ne coûte pas un sou, celle de l'âme, qui est estimable. C'est une belle chose qu'un homme vraiment généreux, car il n'y a de grandeur sur la terre que dans le sacrifice de soi.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Il ne manque à l'homme reconnaissant que l'occasion d'être généreux.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Il ne faut souvent à l'homme doué de force qu'une réflexion juste pour changer un vice en vertu.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Il semble qu'il n'y ait de dupe de la flatterie que celui qui s'en laisse charmer ; mais celui-là ne l'est pas moins qui se persuade, en flattant, d'avoir une sorte de supériorité sur celui qu'il flatte.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

On n'a jamais plus de peine à résister à la flatterie que lorsqu'elle s'exerce devant témoins.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Ce qui rend ceux qui ont l'habitude de la finesse si souvent dupes de leurs propres ruses, c'est que la confiance qu'ils ont en eux-mêmes, les empêchant de se borner à tromper les sots, les engage presque toujours à s'adresser à des gens qui les font connaître.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

La finesse n'abuse ou ne perd si fréquemment ceux qui en font usage, que parce que, trop occupés à attaquer, l'attention qu'ils y emploient, est contraire à celle qui est nécessaire pour se défendre.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Ce qui aide si souvent un fat à réussir auprès des femmes, c'est l'espèce de gloire qu'elles trouvent à se faire aimer de ceux qui s'aiment tant eux-mêmes.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

La familiarité avec une femme est une porte ouverte vers l'amour.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

On ne mérite pas l'estime des hommes quand on cherche à l'obtenir que pour s'élever au-dessus d'eux.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

On pardonne plus aisément à autrui de ne nous avoir jamais estimé, que d'avoir cessé de nous estimer.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)