Johann Paul Friedrich Richter

Quelques mots sur l'auteur :

Jean-Paul Richter

Écrivain allemand né le 21 mars 1763 à Wunsiedel en Haute-Franconie, Jean-Paul Richter est décédé le 14 novembre 1825 à Bayreuth, ville située au nord de la Bavière. Richter meurt à l'âge de 62 ans des suites d'un œdème, il repose dans le cimetière de Bayreuth.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Les 50 citations de Jean-Paul Richter :

L'amour commence par les yeux, comme l'art du dessin.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Les femmes veulent seulement que l'on s'excuse auprès d'elles, peu leur importe comment.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

On n'a pas besoin de beaucoup moins que de tout pour être heureux, et de beaucoup plus que de rien pour être malheureux.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Ceux qui redoutent les lumières comme un danger pour les peuples ressemblent aux personnes qui craignent que la foudre ne tombe par les fenêtres, tandis qu'elle ne pénètre jamais à travers les carreaux, mais par leur encadrement de plomb ou par le trou des cheminées qui fument.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

L'amour n'est pas seulement passager, la haine l'est encore ; ces deux sentiments meurent lorsqu'ils ne croissent plus.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

La laideur est une douleur qu'une femme conserve toute sa vie.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Notre vie est semblable à une chambre obscure, les images d'un autre monde s'y retracent d'autant plus vivement qu'elle est plus sombre.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Jetez des fleurs sur les dépouilles mortelles de votre jeune compagne, ô vierges dont elle égalait naguère la beauté : on parsème de fleurs le berceau de l'enfance, couvrez-en aujourd'hui son cercueil ; les joies de la mort doivent surpasser celles de la vie, le cercueil est le berceau du ciel.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Le critique n'emploie pas précisément sa plume pour écrire, mais pour rappeler à elles par l'odeur du roussi des personnes privées de sentiment ; il chatouille avec elle le gosier du plagiaire, afin de produire sur lui l'effet de l'émétique ; il s'en sert comme d'un cure-dent pour lui nettoyer la bouche. De toute la nomenclature des savants, il est le seul qui ne puisse jamais s'épuiser ni déposer sa plume, fut-il demeuré un siècle entier assis devant son écritoire. Tandis que le philosophe et le poète traitent des sujets neufs, le critique ne fait qu'appliquer la routine de son jugement et de son goût à mille productions nouvelles.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Que peut le soleil des sciences sur les gens du monde et du bon ton ? Produire le même effet que l'autre soleil sur les glaces du pôle, les argenter et les dorer de ses rayons, mais non les pénétrer.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Les journaux renferment d'excellentes vérités au milieu des plus grossiers mensonges, ce sont quelques pièces d'or enveloppées de papier-monnaie.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Ne dites pas : Nous voulons souffrir, car vous le devez ; dites plutôt : Nous voulons agir, car vous n'y êtes pas obligés.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Sans bibliothèques la vie serait trop fade et trop insipide. La société la plus spirituelle n'est pas celle que les tailleurs, mais celle que les relieurs habillent.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Le passé et l'avenir se voilent à nos regards, mais l'un porte le voile des veuves, l'autre celui des vierges.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Le poète ressemble aux cordes de la lyre, il devient invisible comme elles lorsqu'il s'ébranle, et rend des sons mélodieux.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Le sceptre du mariage se montre aux yeux d'une jeune fiancée comme la houlette d'un berger de Gessner. Mais a-t-elle vu quel usage le berger fait de sa houlette ? Il s'en sert pour jeter de la boue aux brebis et pour les chasser des mauvais pâturages.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Un ami est à la fois le soleil et le tournesol, il attire et il suit.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Les vêtements sont les armes de la beauté, elle les dépose ensuite après le combat, comme le soldat devant son vainqueur.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

La Providence a donné aux Français l'empire de la terre, aux Anglais celui de la mer, aux Allemands celui de l'air.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Le plus grand calme peut seul imprimer aux femmes le type du beau moral ; c'est ainsi que les plus belles cristallisations ne doivent la régularité qui en fait le prix, qu'à l'immobilité des corps qui concourent à leur formation.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

La vie d'un courtisan est, comme celle du chrétien, une prière constante pour obtenir quelque chose.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

L'amour meurt d'indigestion.
Jean-Paul Richter ; Quintus fixlein (1796)

Les formalités administratives ressemblent aux habits longs qui soutiennent d'abord pendant quelque temps au-dessus de l'eau celui qui y tombe, mais qui l'entraînent ensuite au fond par leur pesanteur.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)

Le bon langage est un bouclier.
Jean-Paul Richter ; Blumen, frucht und domenstücke (1818)

S'il est vrai que celui-là seul qui aime bien est capable de bien haïr, la plupart des femmes commencent à aimer de si bonne heure qu'il leur reste encore assez de temps pour haïr.
Jean-Paul Richter ; Pensées (1829)