Madeleine de Puisieux, née Madeleine d'Arsant

Quelques mots sur l'auteur :

Madeleine de Puisieux

Moraliste et romancière française née le 28 novembre 1720 à Paris, Madeleine d'Arsant est décédée le 12 avril 1798 dans sa ville natale. Elle épouse Philippe-Florent de Puisieux, homme de lettres et avocat au parlement de Paris, et fut également la maîtresse de Denis Diderot.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 90 citations de Madeleine de Puisieux :

L'amour est comme les liqueurs fortes pour ceux qui les aiment, ils ont beau se dire qu'elles les tuent, ils y reviennent.
Madeleine de Puisieux ; Conseils à une amie (1751)

Dieu pardonne tout, et les hommes ne pardonnent rien.
Madeleine de Puisieux ; Conseils à une amie (1751)

N'ayez point de finesse, il est trop difficile d'en avoir assez.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

La sincérité est l'amie inséparable de la vérité.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

La curiosité a perdu plus de jeunes filles que le penchant.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

En toutes circonstances, il n'y a pas de mal qui n'ait son remède.
Madeleine de Puisieux ; Conseils à une amie (1751)

Une tête bien faite s'accommode de tous les oreillers que la fortune lui présente.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

Le vrai moyen de vivre sans inquiétude, et de mourir sans regrets, est de régler toute sa vie sur la droite intention et l'équité.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

Tel évènement qui vous désespère peut vous conduire au bonheur.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

La première faute, entre des gens mariés, est de se manquer d'égards.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

On fait tout ce qu'on veut d'un homme vain en flattant sa vanité.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

Une femme d'esprit fait tout ce qu'elle veut d'un mari qui l'estime.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

La patience est nécessaire quand on a longtemps à vivre.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

Insulter au malheur des autres, c'est mettre le comble à l'inhumanité.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

Il n'y a point de remèdes à la sottise et à l'imbécilité, ni même à la fourberie.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

La fourberie porte avec elle sa marque distinctive, les physionomies trompent rarement.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

Il y a beaucoup d'esprit à n'en pas montrer quelquefois, et surtout à ne pas voir que les autres en manquent.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

L'opulence est l'école de la vanité, de la dureté, de l'ignorance et du libertinage.
Madeleine de Puisieux ; Réflexions et pensées (1798)

Pour se défaire d'un importun, il faut lui demander des emprunts.
Madeleine de Puisieux ; Réflexions et pensées (1798)

La raillerie est toujours indécente.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

Les plus beaux jours sont ceux que l'on passe auprès de ceux qu'on aime.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

Il y a des gens qui vivent ensemble faute de pouvoir se passer l'un de l'autre.
Madeleine de Puisieux ; Les caractères (1751)

L'amitié a ses moments de tiédeur, comme la dévotion
Madeleine de Puisieux ; Réflexions et pensées (1798)

Le plus grand obstacle à la fortune est une délicatesse de penser.
Madeleine de Puisieux ; Réflexions et pensées (1798)

Savoir bien penser et bien agir est la plus grande sagesse.
Madeleine de Puisieux ; Réflexions et pensées (1798)