Marcel Jouhandeau (3)

Les citations de Marcel Jouhandeau :

Fais ton possible pour être poli, rien pour faire de la peine.
Marcel Jouhandeau ; Lettres d'une mère à son fils (1971)

La politesse n'est qu'une forme du respect que les autres nous inspirent.
Marcel Jouhandeau ; Être inimitable (1964)

Sourire est notre dernière politesse, la suprême coquetterie, l'ultime parure de nos visages.
Marcel Jouhandeau ; Écrits secrets (posthume, 1988)

Méfiez-vous de ceux qui font étalage de leur politesse !
Marcel Jouhandeau ; Parousie, Journaliers (1967-1968)

La politesse a le front de la bonté et le cœur de l'insolence.
Marcel Jouhandeau ; Monsieur Godeau intime (1926)

On est souvent humble parce qu'on se sent orgueilleux, poli parce que l'on voudrait être insolent.
Marcel Jouhandeau ; Lettres et divers écrits (1979)

La sainteté n'est peut-être que le comble de la politesse.
Marcel Jouhandeau ; De l'abjection (1939)

La sincérité absolue ne peut conduire qu'à l'immobilité ou à la folie.
Marcel Jouhandeau ; Algèbre des valeurs morales (1935)

Le plaisir est le plus souvent imparfait : Ce n'est pas une raison pour le refuser.
Marcel Jouhandeau ; Le portrait de Don Juan (posthume, 1981)

Dire oui à tout sans réticence ni crainte, c'est pratiquer la vertu d'abandon.
Marcel Jouhandeau ; Parousie (1968)

Le sacrilège des sacrilèges, c'est de porter mortellement la main sur soi.
Marcel Jouhandeau ; Trois crimes rituels (1962)

L'absence est le contraire de l'absence quand on aime : Comment douter de l'existence d'un soleil !
Marcel Jouhandeau ; Du pur amour (1970)

Il est des gens de bonne foi qui ne sentent que ce qui leur est dû, et rien de ce qu'ils doivent.
Marcel Jouhandeau ; Chroniques maritales (1938)

Il n'y a pas de courage triste.
Marcel Jouhandeau ; Journal sous l'occupation (postume, 1980)

Ce qui me fatigue, ce n'est pas d'en trop faire, c'est la paresse des autres.
Marcel Jouhandeau ; Jaunisse, Chronique (1956)

Je ne connais rien de plus comique, de plus ridicule, que le repos des paresseux.
Marcel Jouhandeau ; La possession (1970)

On est rarement paresseux par nature, mais par erreur de calcul face au travail.
Marcel Jouhandeau ; Que l'amour est un (1967)

Le paresseux a toujours la même allure qui nous oblige à penser que le moindre geste lui coûte.
Marcel Jouhandeau ; Ma classe de sixième (1966)

Rien n'est plus néfaste à l'amour que la moindre intimité.
Marcel Jouhandeau ; Que l'amour est un (1967)

À mesure que le corps descend vers son déclin, vers son apogée l'âme s'élève.
Marcel Jouhandeau ; Réflexions sur la vieillesse et la mort (1956)

La discrétion est la seule vertu qui souffre l'excès, sans en souffrir.
Marcel Jouhandeau ; Le portrait de Don Juan (posthume, 1981)

Par la constance de la générosité, on supprime la morale.
Marcel Jouhandeau ; Éloge de l'imprudence (1931)

La douceur envers soi est la source de toute politesse.
Marcel Jouhandeau ; Réflexions sur la vieillesse et la mort (1956)

Ceux qui peuvent haïr ou songer à se venger ne savent pas ce que c'est qu'aimer.
Marcel Jouhandeau ; Que la vie est une fête (1966)

Le seul somnifère efficace et bénéfique est la sérénité qu'il s'agit de vouloir atteindre.
Marcel Jouhandeau ; Nouveau testament (1968)