Maurice Chapelan (2)

Les citations de Maurice Chapelan :

D'un certain âge, qui vient vite, la vieillesse c'est l'âge qu'on n'a pas encore.
Maurice Chapelan ; Main courante (1957)

Longtemps l'enfant persiste dans l'homme et l'accompagne, jusqu'au jour où il semble soudain lui lâcher la main et le voici qui s'éloigne, qui rapetisse et qui disparaît. C'est que nous avons franchi notre sommet, et commençons à descendre. Les rides, les poches sous les yeux, la calvitie, le pourrissement de la denture, le ramollissement des chairs, vus de l'intérieur de soi-même, c'est un petit garçon qui les supporte et s'en afflige, tout étonné du mauvais tour qu'a fini par lui jouer la vie.
Maurice Chapelan ; Main courante (1957)

Le bonheur d'aimer, c'est la merveille où prendre et donner se confondent.
Maurice Chapelan ; Rien n'est jamais fini (1977)

L'ami, le seul, est celui avec qui l'on pourrait vivre comme avec une femme.
Maurice Chapelan ; Amoralités familières (1964)

Il faut beaucoup d'amour pour aller jusqu'au bout d'un peu.
Maurice Chapelan ; Amours amour (1967)

Il y a les femmes avec qui on fait l'amour, et celles avec qui l'on en parle.
Maurice Chapelan ; Main courante (1957)

L'esprit brille davantage dans le dénigrement que dans l'éloge.
Maurice Chapelan ; Lire et écrire (1960)

S'étendre est plus facile que s'entendre, et s'étreindre que s'atteindre.
Maurice Chapelan ; Amours amour (1967)

Plus de gens meurent ou tuent par amour-propre que par amour.
Maurice Chapelan ; Amours amour (1967)

On ne choisit pas ses parents, rarement sa religion, à peine ses amis et sa femme ; ainsi presque tout dont dépend ou le bonheur ou le malheur de l'homme échappe à sa judiciaire.
Maurice Chapelan ; Main courante (1957)

L'âge vrai d'un homme est ce qu'il lui reste à vivre, son reliquat d'avenir, tout comparable au contenu d'une bouteille qui se vide.
Maurice Chapelan ; Main courante (1957)

On déteste parfois sa famille de chair, on aime toujours sa famille d'esprit.
Maurice Chapelan ; Lire et écrire (1960)

La simplicité a toujours été l'attribut de la vérité.
Maurice Chapelan ; Amoralités familières (1964)

Le bonheur d'aimer et d'être aimé est un état d'ivresse légère.
Maurice Chapelan ; Rien n'est jamais fini (1977)

Le bonheur ne se partage pas : on le vit ou on l'envie.
Maurice Chapelan ; Main courante (1957)

Qui ne supporte pas la vérité est à plaindre ou à mépriser, selon les raisons qu'il s'en donne.
Maurice Chapelan ; Rien n'est jamais fini (1977)

La dernière illusion est de croire qu'on les a toutes perdues.
Maurice Chapelan ; Main courante (1957)

Que le bonheur qu'on prend ne soit pas du malheur qu'on donne.
Maurice Chapelan ; Amours amour (1967)

Dès que nos enfants ont des enfants, ils se mettent à nous comprendre.
Maurice Chapelan ; Amours amour (1967)

Je t'aime, tu t'aimes, on sème.
Maurice Chapelan ; Amours amour (1967)

Le bonheur est du sable entre les doigts du vent.
Maurice Chapelan ; Amante en abîme (1989)

La volupté, au même titre que l'ascétisme, est un devoir du corps envers l'esprit.
Maurice Chapelan ; Rien n'est jamais fini (1977)

Un livre est un miroir, si un singe s'y regarde, ce n'est évidemment pas le visage d'un apôtre qui apparaît.
Maurice Chapelan ; Rien n'est jamais fini (1977)

De toutes les philosophies, la seule véritablement profonde, qui mérite le nom de sagesse, enseigne à l'homme de vivre au présent.
Maurice Chapelan ; Rien n'est jamais fini (1977)

Le drame d'aimer une femme beaucoup plus jeune que soi, et d'en être aimé, tient à la différence, non des âges, qui rend cet amour merveilleux, mais des vitesses auxquelles le temps l'emporte et vous emporte.
Maurice Chapelan ; Rien n'est jamais fini (1977)