Pierre Reverdy

Quelques mots sur l'auteur :

Pierre Reverdy

Poète et écrivain français né le 11 septembre 1889 à Narbonne dans l'Aude, Pierre Reverdy est décédé le 17 juin 1960 à Solesmes dans la Sarthe.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 50 citations de Pierre Reverdy :

Le suicide est une stupidité.
Pierre Reverdy ; Le voleur de Talan (1917)

La commune mesure des hommes ce sont les petitesses et non pas la grandeur. C'est pourquoi l'on pousse tant en relief les faiblesses qui peuvent rabaisser un peu les plus grands.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Le contemplatif est celui pour qui l'envers vaut plus que l'endroit.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Le propre de l'homme est son inexplicable besoin de merveilleux.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Le rêve, c'est la roue libre de l'esprit.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Penser sans agir n'est pas vivre, mais végéter.
Pierre Reverdy ; Note éternelle du présent (1973)

En amour, la femme est plus maîtresse de son désir que l'homme.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Ce n'est pas de liberté qu'on a besoin, mais de n'être enchaîné que par ce qu'on aime.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Qu'un homme soit capable de tourner autour de plusieurs axes, le voilà aussitôt désaxé.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour.
Pierre Reverdy ; Nord-Sud (1918)

Imiter, c'est essayer de se souvenir le plus exactement possible.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Un visage sans intérêt devient tout de suite intrigant sous un masque.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

L'esprit se libère par l'abandon de toute initiative, mais il s'amollit.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Un ami, c'est quelqu'un à qui l'on a donné barre sur soi, mais qui doit bien se garder d'en abuser.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

L'action qui ne permet pas de retour sur soi-même, unifie.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Il ne peut pas y avoir de christianisme sans amour.
Pierre Reverdy ; Le gant de crin (1927)

L'homme est une bête féroce par elle-même apprivoisée.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Une ardeur de tempérament excessive nous jette dans une activité sans ordre qui n'est que de l'agitation.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

La bravoure est encore le plus beau et le meilleur des masques. Le courage, qui durcit les lignes, les brouille encore mieux, à l'œil qui observe et devant l'esprit qui veut déchiffrer.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

La vie n'est qu'une succession de défaites.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

La conscience ne s'accommode pas facilement de la notion de liberté. Rien qui nous empêtre davantage, aussitôt qu'elle est engagée. N'en pas avoir est à peu près le seul moyen d'être libre, ou la faire taire avant même qu'elle ait parlé.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Un auteur qui prétendrait n'écrire que pour la postérité serait comme l'enfant qui rêve de suicide pour embêter ses parents : Ils en pleureront bien après. Et l'autre : quelle honte pour ceux qui n'auraient pas su, à temps, l'apprécier. Seulement ceux qui sont de son temps, les responsables, seraient morts aussi bien que lui.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Il y a pour l'âme des aubes et des crépuscules sans nombre chaque jour.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Les hommes de talent sont en général pleins d'eux-mêmes. Ils ne voient qu'eux et leur attention ne se porte guère plus loin que la distance où finit l'atmosphère de succès ou de gloire qui les enveloppe et les isole dans l'espace infini mais insignifiant.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

La foi, c'est un cran d'arrêt dans la course à la vérité. Une chose est être avide de foi, une autre être avide de vérité. Je voudrais bien pouvoir croire, disent les uns. Et, s'ils y parviennent, leur crise est terminée. Mais les autres n'en ont jamais fini de chercher et d'attendre dans le tourment.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)