Stanislas Leszczynski (3)

Les citations de Stanislas Leszczynski :

La louange est une insulte quand elle n'est pas sincère.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

Si la justice ne se vend pas, elle coûte cher, et il faut être bien riche pour obtenir gain de cause.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

L'esprit galoppe d'ordinaire ; le jugement marche au pas.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

La jalousie modérée est une preuve d'amour, la jalousie excessive est un manque de respect.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

La jalousie n'est jamais une preuve d'amour quand elle passe de l'excès à la fureur.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

Les injures ne sont jamais pardonnées quand elles s'adressent à nos proches plutôt qu'à nous-mêmes.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

Le meilleur moyen de se consoler de son ignorance, c'est de croire inutile tout ce qu'on ne sait pas.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)

Rien ne caractérise mieux la supériorité du génie que le talent de préparer de loin les grands succès.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

Il est rare que le succès ne justifie pas la hardiesse d'un génie entreprenant.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

On n'arrive à la fortune que par degrés, mais il ne faut qu'un jour pour la perdre.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

L'expérience qui ne s'acquiert que par des fautes est un maître qui coûte trop cher.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)

Vouloir trop user de ses droits, c'est le meilleur moyen de les perdre.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

Moins on exige des autres, et plus souvent on obtient.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

Bien des gens seraient plus estimés s'ils étaient moins pédants de leur réussite.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

On se trompe souvent est estimant trop les hommes, mais rarement en les estimant peu.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

L'espérance aura encore beau nous décevoir, on lui accordera toujours la même confiance.
Stanislas Leszczynski ; Maximes et pensées inédites (1766)

Il est quelque chose de plus précieux que le courage, l'espérance qui le soutient, et qui l'inspire.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)

Il y a des gens qui craignent si fort l'ennui que la seule crainte de l'éprouver en devient un ennui.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)

Il n'est guère d'homme d'esprit que n'ennuient les sots, et qui ne leur rende à son tour l'ennui que ceux-ci lui donnent.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)

Dans nos disgrâces nous sommes bien moins touchés de la part que nos amis y prennent, que nous ne sommes irrités de la joie que nos ennemis en conçoivent.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)

L'homme n'est faible que par la disproportion qu 'il y a entre ce qu'il peut et ce qu'il voudrait faire : le seul moyen qu'il y ait d'augmenter sa force, c'est de retrancher beaucoup de ses désirs.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)

Il n'est point de désirs qui ne nous flattent ; il en est peu qui ne nous trompent.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)

Heureux le mortel qui, craignant de s'égarer avec ses désirs, les réprime, les retient, les règle du moins et les modère. Plus heureux encore celui qui, dégagé de tout ce qui les fait naître, ne cherche sa satisfaction qu'en lui-même, qui regarde avec indifférence les biens et les maux, confond dans ses idées les sceptres et les houlettes, brave les honneurs sans les craindre, les richesses sans les mépriser, l'estime des hommes sans la dédaigner, les hommes eux-mêmes sans prétendre les blâmer, ni refuser de leur être utile.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)

Quand on est maître de ne suivre que ses désirs, il est bien rare de ne suivre que ses devoirs.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)

Pour nous défaire de nos défauts, il nous suffirait d'en avoir l'idée qu'en ont ceux qui nous les connaissent.
Stanislas Leszczynski ; Le philosophe bienfaisant (1764)