Paul Guillaume André Gide (3)

Les meilleures citations de André Gide :

Rien d'excellent ne se fait qu'à loisir.
André Gide ; Journal (1939-1949)
Ce qui permet le lyrisme de l'enfance, c'est l'illusion.
André Gide ; Journal (1889-1939)
On ne triomphe bien que de ce que l'on assimile.
André Gide ; Journal (1889-1939)
Le mal n'est jamais dans l'amour.
André Gide ; La symphonie pastorale (1919)
Supprimer en soi l'idée de mérite, c'est un grand achoppement pour l'esprit.
André Gide ; Les cahiers (1889-1939)
Conquérir sa joie vaut mieux que de s'abandonner à sa tristesse.
André Gide ; Journal (1889-1939)
Il est bien plus difficile qu'on ne croit de ne pas croire à Dieu.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)
Les préjugés sont les pilotis de la civilisation.
André Gide ; Les faux-monnayeurs (1925)
Le péché, c'est ce qui obscurcit l'âme, c'est ce qui s'oppose à la joie.
André Gide ; La symphonie pastorale (1919)
Les femmes n'ont jamais rien à dire, mais elles ont tout à raconter.
André Gide ; Les cahiers (1918-1951)
Tout ce que tu ne sais pas donner te possède.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)
Chaque action parfaite s'accompagne de volupté.
André Gide ; Les nourritures terrestres (1897)
Le sage est celui qui s'étonne de tout.
André Gide ; Les nourritures terrestres (1897)
Cesse de croire, et instruis-toi.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)
L'expérience instruit plus sûrement que le conseil.
André Gide ; Les faux-monnayeurs (1925)
Toute recherche oblige.
André Gide ; Les faux-monnayeurs (1925)
Ne pas se soucier de paraître ; être, seul est important.
André Gide ; Journal (1887-1950)
Heureux l'homme qui se nourrit des fruits de sa terre.
André Gide ; Nouveaux prétextes (1911)
Protester, c'est s'avouer atteint par l'injure.
André Gide ; L'école des femmes (1929)
Ceux qui croient détenir la vérité par la foi vivent les yeux fermés dans le mensonge.
André Gide ; Journal (1887-1950)
Les plus détestables mensonges sont ceux qui se rapprochent le plus de la vérité.
André Gide ; Si le grain ne meurt (1926)
Si le mariage n'est pas toujours bon, le célibat, par contre, est toujours mauvais.
André Gide ; L'école des femmes (1929)
L'harmonie ne peut être maintenue dans un ménage sans indulgence et sans menues concessions mutuelles.
André Gide ; L'école des femmes (1929)
On n'a jamais fini de parfaire un apprentissage.
André Gide ; Les caves du Vatican (1914)
Il ne faut jamais ôter le retour à personne.
André Gide ; Les caves du Vatican (1914)
Choisir, c'est renoncer pour toujours, pour jamais, à tout le reste et la quantité nombreuse de ce reste demeurait préférable à n'importe quelle unité.
André Gide ; Les nourritures terrestres (1897)
On peut ne plus s'aimer autant qu'aux premiers jours, mais aimer un autre homme, c'est là que tromper commence.
André Gide ; L'école des femmes (1929)
Qui se trompe doit reconnaître au plus tôt son erreur.
André Gide ; Retour de l'U.R.S.S. (1936)
Le cerveau de l'homme est créé par Dieu pour le connaître, comme le cœur de l'homme est créé par Dieu pour l'aimer.
André Gide ; L'école des femmes (1929)
Un ménage uni ne va jamais sans de petits sacrifices réciproques, qui grandissent et embellissent celui qui les fait.
André Gide ; L'école des femmes (1929)
Il n'y a pas que l'amour dans la vie, il y a des tas de gens qui s'épousent sans beaucoup s'aimer, et qui pourtant s'arrangent très bien ensemble.
André Gide ; Robert ou l'Intérêt général (1949)
Non s'efforcer vers le plaisir mais trouver son plaisir dans l'effort même, c'est le secret de mon bonheur.
André Gide ; Journal (1887-1950)
La sagesse n'est pas dans la raison, mais dans l'amour.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)
J'avais besoin d'un poumon, m'a dit l'arbre : alors ma sève est devenue feuille, afin d'y pouvoir respirer. Puis quand j'eus respiré, ma feuille est tombée, et je n'en suis pas mort. Mon fruit contient toute ma pensée sur la vie.
André Gide ; Les nourritures terrestres (1897)
Le parfait est ce qui n'est plus à refaire.
André Gide ; Incidences (1924)
Je veux bien que, l'existence une fois admise, celle de la terre et de l'homme et de moi paraisse naturelle, mais ce qui confond mon intelligence, c'est la stupeur de m'en apercevoir.
André Gide ; Les nourritures terrestres (1897)
Choisis tes ennemis ; mais laisse les amis te choisir.
André Gide ; Conseils au jeune écrivain.
Attends tout ce qui vient à toi, mais ne désire que ce qui vient à toi. Ne désire que ce que tu as. Comprends qu'à chaque instant du jour tu peux posséder Dieu dans sa totalité. Que ton désir soit de l'amour, et que ta possession soit amoureuse.
André Gide ; Les nourritures terrestres (1897)

La liste des auteurs populaires :