Georges Brassens

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Georges Brassens
Poète, auteur, compositeur et interprète français né le 22 octobre 1921 à Sète dans l'Hérault, Georges Brassens est décédé le 29 octobre 1981 à Saint-Gély-du-Fesc, ville située dans le même département. Il enregistre quatorze albums entre 1952 et 1976, Brassens meurt d'un cancer à l'âge de 60 ans et repose au cimetière de Sète. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Ce dictionnaire vous propose 61 citations de Georges Brassens :

Ce n'est pas demain que je supprimerai le mot con de mon répertoire.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Les idées font trois petits tours et puis s'en vont, et la Seine les emporte sous ses ponts.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
La seule qualité des médiocres, c'est la quantité.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Avec un peu de merde et beaucoup de bonne volonté, on peut faire des tas de choses.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Le temps passe cent fois plus vite qu'on ne croit.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Victime d'un retour de flamme conjugal, ma maîtresse est rentrée dans l'ornière légale.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Je vous le dis en vérité, j'emmerde la postérité.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Je suis seul sur la terre et ne suis pas le seul.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Ça m'emmerde que le bon Dieu n'existe pas.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Je n'accepte de mourir sous aucun prétexte.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Les yeux bleus, c'est du snobisme.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
La fête des morts, c'est tous les jours.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Je suis mortel et ne suis pas le seul.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Pour ne pas user son mari, elle prenait celui de la voisine.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Les hommes sont tous frères, et les frères se battent.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
J'économise mes larmes, j'en aurai besoin pour vous enterrer tous.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Le bonheur existe. Prenons-le, mon amour, gardons-le à jamais.
Georges Brassens ; La saison des rendez-vous (1942)
Le cœur à vingt ans se pose où l'œil se pose.
Georges Brassens ; Les amours d'antan (1962)
Y a pas plus de honte à se refuser, ni plus de mérite qu'à se faire baiser.
Georges Brassens ; Chansonnette à celle qui reste pucelle (posthume, 1996)
Elle avait le cœur sur la main, la belle, mais c'était le mien.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Rien n'égale les gens de bonne volonté pour nous gâcher la vie et pour nous emmerder.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Je n'aime pas le téléphone. Je ne peux pas parler aux gens si je ne vois pas leurs yeux.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Les yeux dans les yeux et le cœur joyeux, on oublie la terre et les cieux.
Georges Brassens ; On n'a pas besoin de la lune (1980)
Tout le monde me montre du doigt, sauf les manchots, ça va de soi !
Georges Brassens ; La mauvaise réputation (1952)
Ses lèvres avaient le goût de revenez-y.
Georges Brassens ; Journal et autres carnets inédits (2014)
Que t'importe que le ciel soit pur et joyeux, ton ciel à toi, c'étaient ses yeux.
Georges Brassens ; Que t'importe (1942)
Ceux qui ne pensent pas comme nous sont des cons.
Georges Brassens ; Ceux qui ne pensent pas comme nous (1982)
Tout le monde médit de moi, sauf les muets, ça va de soi !
Georges Brassens ; La mauvaise réputation (1952)
Toujours je regretterai, maman, papa, de vous avoir fait pleurer au temps où nos cœurs ne se comprenaient pas.
Georges Brassens ; Maman, papa (1957)
Comporte-toi comme te le dit ton cœur.
Georges Brassens ; Chansonnette à celle qui reste pucelle (posthume, 1996)