Marguerite Yourcenar (2)

Les citations célèbres de Marguerite Yourcenar :

J'ai lu souvent que les paroles trahissent la pensée, mais il me semble que les paroles écrites la trahissent encore davantage. Écrire est un choix perpétuel entre mille expressions, dont aucune ne me satisfait, dont aucune surtout ne me satisfait sans les autres. Une lettre, même la plus longue, force à simplifier ce qui n'aurait pas dû l'être : On est toujours si peu clair dès qu'on essaie d'être complet !
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)
Mon amie, vivre est difficile. J'ai assez bâti de théories morales pour n'en pas construire d'autres, et de contradictoires : Je suis trop raisonnable pour croire que le bonheur ne gît qu'au bord d'une faute, et le vice pas plus que la vertu ne peut donner la joie à ceux qui ne l'ont pas d'eux-mêmes.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)
Les femmes pleurent les yeux ouverts, mais elles jouissent les yeux fermés.
Marguerite Yourcenar ; Électre ou La chute des masques (1954)
Tout bonheur est un chef-d'œuvre : La moindre erreur le fausse, la moindre hésitation l'altère, la moindre lourdeur le dépare, la moindre sottise l'abêtit.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
La mort n'est pas une fin, elle peut-être un commencement, une naissance ou un voyage.
Marguerite Yourcenar ; Le mystère d'Alceste (1963)
Tout en moi n'était pas mauvais, mais tout pouvait l'être.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Chaque homme a honte de son visage entaché de sommeil.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Le vin nous initie aux mystères volcaniques du sol, aux richesses minérales cachées : Une coupe de vin bue à midi, en plein soleil, ou au contraire absorbée par un soir d'hiver dans un état de fatigue qui permet de sentir immédiatement au creux du diaphragme son écoulement chaud, sa sûre et brûlante dispersion le long de nos artères, est une sensation presque sacrée, parfois trop forte pour une tête humaine.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Dire que mes jours sont comptés ne signifie rien ; il en fut toujours ainsi ; il en est ainsi pour nous tous. Mais l'incertitude du lieu, du temps, et du mode, qui nous empêche de bien distinguer ce but vers lequel nous avançons sans trêve, diminue pour moi à mesure que progresse ma maladie mortelle. Le premier venu peut mourir tout à l'heure, mais le malade sait qu'il ne vivra plus dans dix ans.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Ce matin l'idée m'est venue pour la première fois, que mon corps, ce fidèle compagnon, cet ami plus sûr, mieux connu de moi que mon âme, n'est qu'un monstre sournois qui finira par dévorer son maître.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Tout moment est dernier parce qu'il est unique.
Marguerite Yourcenar ; La tour de la prison (1977)
Rien n'est plus lent que la véritable naissance d'un homme.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
La passion comblée a son innocence, presque aussi fragile que toute autre.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Il y a peu d'hommes auxquels on ne puisse apprendre convenablement quelque chose. Notre grande erreur est d'essayer d'obtenir de chacun en particulier les vertus qu'il n'a pas, et de négliger de cultiver celles qu'il possède.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Les plus opaques des hommes ne sont pas sans lueurs.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Tout silence n'est fait que de paroles qu'on n'a pas dites.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)
La vie a plus d'horreurs que le gouffre des mers n'a de monstres errants dans ses replis amers.
Marguerite Yourcenar ; Le jardin des chimères (1921)
Il n'est pas de bonheur plus grand que nos amours ni plus profond que nos sourires.
Marguerite Yourcenar ; Le jardin des chimères (1921)
On dit : Fou de joie. On devrait dire : Sage de douleur.
Marguerite Yourcenar ; Les poèmes en prose : Feux (1936)
L'amour est sorcier : il sait les secrets ; l'amour est sourcier, il sait les sources.
Marguerite Yourcenar ; Les poèmes en prose : Feux (1936)
L'indifférence est borgne ; la haine est aveugle ; elles trébuchent côte à côte dans le fossé du mépris.
Marguerite Yourcenar ; Les poèmes en prose : Feux (1936)
Il faut jouir d'un être pour avoir l'occasion de le contempler nu.
Marguerite Yourcenar ; Les poèmes en prose : Feux (1936)
L'avenir comme le passé doit avoir ses fantômes, surtout quand l'avenir n'est distant que d'une matinée.
Marguerite Yourcenar ; Électre ou La chute des masques (1954)
Ni la beauté, ni la jeunesse, ni l'amour n'échappent à la pourriture ; la vie et son cortège de maux sont plus horribles encore que la mort elle-même, il vaut mieux périr que vieillir.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Rien ne dure sans changer.
Marguerite Yourcenar ; Électre ou La chute des masques (1954)
Quand on aime la vie, on aime le passé, parce que c'est le présent tel qu'il a survécu dans la mémoire humaine.
Marguerite Yourcenar ; Les yeux ouverts (1980)
Tout bonheur est une innocence.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)
Il faut toujours un coup de folie pour bâtir un destin.
Marguerite Yourcenar ; Les yeux ouverts (1980)
L'amour est un châtiment ; nous sommes punis de n'avoir pas pu rester seuls.
Marguerite Yourcenar ; Les poèmes en prose : Feux (1936)
J'aime que le temps nous porte, et non qu'il nous entraîne.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)
Il faut aimer les êtres pour apprivoiser leur méfiance.
Marguerite Yourcenar ; Les yeux ouverts (1980)
Dans tout combat entre le fanatisme et le sens commun, ce dernier a rarement le dessus.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Avoir du mérite à s'abstenir d'une faute, c'est une façon d'être coupable.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)
Le véritable lieu de naissance est celui où l'on a porté, pour la première fois, un coup d'œil intelligent sur soi-même.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Nul ne peut dépasser les limites prescrites de sa vie.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Il n'y a pas d'amour sans éblouissement du cœur, il n'y a guère de volupté véritable sans émerveillement de la beauté.
Marguerite Yourcenar ; Les nouvelles orientales (1938)
Les coupables sont les seuls qui s'imaginent être innocents.
Marguerite Yourcenar ; Théâtre (1971)
Ne plus se donner, c'est se donner encore : C'est donner son sacrifice.
Marguerite Yourcenar ; Les poèmes en prose : Feux (1936)
Rien de plus sale que l'amour-propre.
Marguerite Yourcenar ; Les poèmes en prose : Feux (1936)
On n'est jamais tout à fait seul : par malheur, on est toujours avec soi-même.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)
Cesser d'être aimée, c'est devenir invisible.
Marguerite Yourcenar ; Les poèmes en prose : Feux (1936)
C'est avoir tort que d'avoir raison trop tôt.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
La plus haute forme de vertu est la ferme détermination d'être utile.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
C'est insulter les autres que de paraître dédaigner leurs joies.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
La tendresse du père est presque toujours en conflit avec les intérêts du chef.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Le passé, pour peu qu'on y songe, est chose infiniment plus stable que le présent.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)
La philosophie épicurienne, ce lit étroit, mais propre.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
On choisit son père plus souvent qu'on ne pense.
Marguerite Yourcenar ; Électre ou La chute des masques (1954)
La démarche de l'esprit se frayant un chemin à l'envers des choses menait à coup sûr à des profondeurs sublimes, mais rendait impossible l'exercice même qui consiste à être. Il avait trop longtemps aliéné le bonheur d'aller droit devant soi dans l'actualité du moment, laissant le fortuit redevenir son lot, ne sachant pas où il coucherait ce soir, ni comment dans huit jours il gagnerait son pain. Le changement était une renaissance et presque une métempsycose.
Marguerite Yourcenar ; L'Œuvre au noir, le 8 mai 1968.
Tout bonheur est un chef-d'œuvre.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Il y a plus d'une sagesse, et toutes sont nécessaires au monde.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)
Les news de mon-poeme.fr
Vous aimez les citations d'auteurs célèbres ? Découvrez nos dernières citations sur le thème de l'ambition, dont cette citation de Victor Cherbuliez qui dit ceci : Il y a deux sortes d'ambitieux : les dévorants et les rongeurs, les premiers happent le morceau, les autres le grignotent à petits coups de dents.

La liste des auteurs populaires :