Citations Marguerite Yourcenar - Ses 50 citations

Marguerite Yourcenar

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Marguerite Yourcenar

Femme de lettres, romancière, poétesse et critique littéraire française née le 8 juin 1903 à Bruxelles en Belgique, Marguerite Yourcenar est décédée le 17 décembre 1987 à Bar Harbor dans l'État du Maine aux États-Unis à l'âge de 84 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 50 citations de Marguerite Yourcenar :

Les femmes ne voient dans la tendresse qu'un acheminement vers l'amour.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

La vie est le mystère de chaque être, elle est si admirable qu'on peut toujours l'aimer. La passion a besoin de cris, l'amour lui-même se complaît dans les mots, mais la sympathie peut être silencieuse. Je l'ai ressentie, non seulement à des minutes prévues de gratitude et d'apaisement, mais envers des êtres que je n'associais à l'idée d'aucune joie.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Peu durables sont les émotions les plus vives, pour vouloir, du rapprochement d'êtres périssables, engagés de toutes parts dans la mort, tirer un sentiment qui se prétende immortel. Ce qui nous émeut chez un autre ne lui est après tout que prêté par la vie. Je sens trop bien que l'âme vieillit comme la chair, n'est, chez les meilleurs, que l'épanouissement d'une saison, un miracle éphémère, comme la jeunesse elle même. À quoi bon nous appuyer à ce qui passe ?
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Le plaisir est trop éphémère, la musique ne nous soulève un moment que pour nous laisser plus tristes, mais le sommeil est une compensation. Même lorsqu'il nous a quittés, il nous faut quelques secondes pour recommencer à souffrir ; et l'on a, chaque fois qu'on s'endort, la sensation de se livrer à un ami. Je sais bien que c'est un ami infidèle, comme tous les autres ; lorsque nous sommes trop malheureux il nous abandonne aussi. Mais nous savons qu'il reviendra tôt ou tard, peut être sous un autre nom, et que nous finirons par reposer en lui. Il est parfait quand il est sans rêves ; on pourrait dire que, chaque soir, il nous réveille de la vie.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

On s'habitue facilement à la solitude. Il y a une jouissance à savoir qu'on est pauvre, qu'on est seul et que personne ne songe à nous. Cela simplifie la vie.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Il n'est pas difficile de nourrir des pensées admirables lorsque les étoiles sont présentes. Il est plus difficile de les garder intactes dans la petitesse des journées ; il est plus difficile d'être devant les autres ce que nous sommes devant Dieu.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

À mesure que disparaissent ceux que nous avons aimés diminuent les raisons de conquérir un bonheur que nous ne pouvons plus goûter ensemble.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Les confidences sont toujours pernicieuses quand elles n'ont pas pour but de simplifier la vie d'un autre.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Ma mère, dans les derniers temps de sa vie, se plaisait à demeurer sans rien faire aux approches de la nuit. Il semblait qu'elle voulût s'habituer à l'inaction et aux ténèbres. Son visage, je suppose, prenait alors cette expression plus calme, plus sincère aussi, que nous avons lorsque nous sommes tout à fait seuls et qu'il fait complètement noir.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

La souffrance nous rend égoïstes, car elle nous absorbe tout entiers. C'est plus tard, sous forme de souvenir, qu'elle nous enseigne la compassion.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Nos défauts sont parfois les meilleurs adversaires que nous opposions à nos vices.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Les gens qui parlent par ouï dire se trompent presque toujours, parce qu'ils voient du dehors, et qu'ils voient grossièrement. Ils ne se figurent pas que des actes qu'ils jugent répréhensibles puissent être à la fois faciles et spontanés, comme le sont pourtant la plupart des actes humains. Ils accusent l'exemple, la contagion morale et reculent seulement la difficulté d'expliquer. Ils ne savent pas que la nature est plus diverse qu'on ne suppose ; ils ne veulent pas le savoir, car il leur est plus facile de s'indigner que de penser.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Les rêves sont parfois les avant-coureurs du désir.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Rien ne rapproche les êtres comme d'avoir peur ensemble.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Il y a certains moments de notre existence où nous sommes, de façon inexplicable et presque terrifiante, ce que nous deviendrons plus tard.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

J'ai lu souvent que les paroles trahissent la pensée, mais il me semble que les paroles écrites la trahissent encore davantage. Écrire est un choix perpétuel entre mille expressions, dont aucune ne me satisfait, dont aucune surtout ne me satisfait sans les autres. Une lettre, même la plus longue, force à simplifier ce qui n'aurait pas dû l'être : On est toujours si peu clair dès qu'on essaie d'être complet !
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Mon amie, vivre est difficile. J'ai assez bâti de théories morales pour n'en pas construire d'autres, et de contradictoires : Je suis trop raisonnable pour croire que le bonheur ne gît qu'au bord d'une faute, et le vice pas plus que la vertu ne peut donner la joie à ceux qui ne l'ont pas d'eux-mêmes.
Marguerite Yourcenar ; Alexis ou Le traité du vain combat (1929)

Les femmes pleurent les yeux ouverts, mais elles jouissent les yeux fermés.
Marguerite Yourcenar ; Électre ou La chute des masques (1954)

Tout bonheur est un chef-d'œuvre : La moindre erreur le fausse, la moindre hésitation l'altère, la moindre lourdeur le dépare, la moindre sottise l'abêtit.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)

Tout en moi n'était pas mauvais, mais tout pouvait l'être.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)

Chaque homme a honte de son visage entaché de sommeil.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)

Dire que mes jours sont comptés ne signifie rien ; il en fut toujours ainsi ; il en est ainsi pour nous tous. Mais l'incertitude du lieu, du temps, et du mode, qui nous empêche de bien distinguer ce but vers lequel nous avançons sans trêve, diminue pour moi à mesure que progresse ma maladie mortelle. Le premier venu peut mourir tout à l'heure, mais le malade sait qu'il ne vivra plus dans dix ans.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)

Ce matin l'idée m'est venue pour la première fois, que mon corps, ce fidèle compagnon, cet ami plus sûr, mieux connu de moi que mon âme, n'est qu'un monstre sournois qui finira par dévorer son maître.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)

La passion comblée a son innocence, presque aussi fragile que toute autre.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)

Il y a peu d'hommes auxquels on ne puisse apprendre convenablement quelque chose. Notre grande erreur est d'essayer d'obtenir de chacun en particulier les vertus qu'il n'a pas, et de négliger de cultiver celles qu'il possède.
Marguerite Yourcenar ; Les mémoires d'Hadrien (1951)