Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Paul Masson, dit Lemice-Terrieux (2)

Les citations célèbres de Paul Masson :

Parler mal d'un Tsar, même mort, est dangereux.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

Le génie est une longue patience, plus une occasion.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Une mauvaise habitude ne meurt jamais ab intestat.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Le cheval qui a une fois été monté par le Tsar hennit sans cesse.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

Le Tsar est bien puissant, mais non le Tout-Puissant.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

Le Tsar peut bien ébranler le globe terrestre, mais non le faire dévier de son axe.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

Apprendre par cœur est bien, apprendre par le cœur est mieux.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Toute amitié rompue d'un côté l'est des deux.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

La beauté est la clef des cœurs, la grâce le passe-partout.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Le Tsar est bien un cousin de Dieu, mais non son frère.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

Le Tsar a le bras long, mais pas jusqu'au ciel.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

L'amour est l'escalier qui mène au ciel, la foi en est le garde-fou.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Pour que l'amitié succède à l'amour, il faut que l'estime soit pourvue d'un legs important.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

La poule de la Tsarine elle-même ne pond pas des œufs de cygne.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

Où le Tsar veut tailler des courroies, les paysans doivent fournir leur peau.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

Une plaie qui intéresse les poumons d'un blessé intéresse surtout ses héritiers.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Tout cœur qui bat trop fort s'expose à des représailles.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

En matière de calomnie on se partage la besogne ; la loi frappe les coupables, l'opinion les victimes.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Les vieillards, dit-on, retombent en enfance, mais pas de bien haut !
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Le propre des grandes passions est de rendre l'idée de la mort indifférente.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

La véritable amitié se reconnaît à ce qu'elle ne guette dans notre coeur aucune succession à prendre et qu'elle trouve toujours, pour y faire son entrée, des voies semées de fleurs et l'arc de triomphe tout dressé.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Pour étendre son horizon le cœur le plus froid n'a besoin que d'une habile attitude. Pour agrandir une perspective à l'infini, il suffit de deux glaces placées en face l'une de l'autre.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Une femme n'est jamais plus grossière qu'une lettre, qui, si cavalière qu'elle soit, commence et finit toujours par un demi-compliment. Même quand elle ne veut plus rien de nous, elle tient encore à ce que son visage et son pied nous plaisent.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Quand la femme se marie, elle dit : « Oui. » C'est la dernière fois qu'elle prononce une phrase d'une syllabe.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

On aurait tort d'envier aux sots une vanité qui leur sert d'utile dérivatif. C'est comme la crête qui en se gonflant prémunit les dindons contre l'apoplexie.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

On recommande d'éviter l'esprit facile ; quant à l'esprit difficile, son nom seul le condamne. À quel genre alors se vouer ?
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

La plupart des lettres qu'écrivent à leurs derniers instants ceux qui recourent au suicide semblent prouver qu'ils auraient pu employer utilement encore quelques belles années, tout au moins à feuilleter des grammaires.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

À la porte du Paradis terrestre fut placé un ange armé d'une épée. Rien ne peint mieux la déchéance de l'humanité que l'apparition de ce premier factionnaire.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Si l'on formait pour chaque homme un dossier des lettres d'amour qu'il a écrites pendant sa vie, il en est peu qui n'obtiendraient, grâce à ce certificat, leur entrée dans une maison de santé.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Le monde a deux poids et deux mesures, si encore il s'en servait !
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Certains dévots se rendent à l'Église comme à un moulin à prières.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Toute maladie du corps social trouve plus vite des avocats que des médecins.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Un amour qui meurt de ses blessures était au moins anémique.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Quand le Tsar a la petite vérole, le pays en porte les trous.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

Un seul peut être Tsar, mais beaucoup peuvent l'aimer.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

Qui peut traire les vaches du Tsar en trait aussitôt le beurre et le fromage.
Paul Masson - Œuvre : Le Tsar dans le proverbe russe (1895)

Si l'inconduite consiste à courir de la brune à la blonde, le plus grand débauché est le monogame, puisque pour lui une femme les résume toutes.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

La logique n'est qu'une escrime. À quoi bon l'apprendre quand on ne veut pas se battre ?
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Le sage est le roi de l'humanité, les autres rois ne gouvernent que des patries.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Dans la vie du cœur on est toujours volé quand on s'abandonne à aimer, toujours richement rémunéré quand on se regarde aimer.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

Pas plus que la fraîcheur du gant ne dénonce la propreté de la main, la douceur des manières ne prouve la bonté du cœur. Mais c'est une grave présomption.
Paul Masson - Œuvre : Les pensées d'un Yoghi (1896)

La liste des auteurs populaires :