Pierre-Marie Quitard

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Pierre-Marie Quitard
Grammairien, journaliste et littérateur français, président de la Société de linguistique et de la Société grammaticale de Paris, né à Vabres-l'Abbaye dans l'Aveyron vers la fin d'octobre 1792, Pierre-Marie Quitard est décédé en décembre 1882 à Paris.

Ce dictionnaire vous propose 71 citations de Pierre-Marie Quitard :

La langue est avocat du cœur.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
La tranquillité d'un homme dépend en partie de son voisin.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
L'amant écoute du cœur les prières de sa belle.
Pierre-Marie Quitard ; Les proverbes sur les femmes (1861)
Un mauvais voisin est un malheur, un bon voisin est un bien inestimable.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
L'amour est comme un flambeau, plus il est agité, plus il brûle.
Pierre-Marie Quitard ; Les proverbes sur les femmes (1861)
Le cerveau de la femme est fait de crème de singe et de fromage de renard.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Celui que favorise la Fortune, ses chiens lui pondent des œufs.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Le bénéfice injuste est l'arrhe du malheur.
Pierre-Marie Quitard ; Le dictionnaire étymologique (1842)
L'affamé croit voir la face de Dieu dans le pain qu'on lui offre.
Pierre-Marie Quitard ; Le dictionnaire étymologique (1842)
La vraie bienfaisance est un plaisir qui ne s'use pas.
Pierre-Marie Quitard ; Le dictionnaire étymologique (1842)
La trop grande abondance ne parvient point à maturité.
Pierre-Marie Quitard ; Le dictionnaire étymologique (1842)
La même fleur fait le miel de l'abeille et le venin du frelon.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
La même année vit naître le mariage d'inclination et le repentir.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
La main du pauvre est la bourse de Dieu.
Pierre-Marie Quitard ; Le dictionnaire étymologique (1842)
La femme est un oiseau qu'on ne tient que par le bout de l'aile.
Pierre-Marie Quitard ; Les proverbes sur les femmes (1861)
La bonne aumône doit être à la fois fleur et grain.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Jamais grande abondance ne fut richesse.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Il vaut mieux un bon se taire que ne vaut un fou parler.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Il faut prêter l'épaule à qui est trop chargé.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Il faut prendre les hommes tels qu'ils sont, et les femmes telles qu'elles veulent être.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Il faut être le compagnon de sa femme, non le maître.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Il est plus facile de chasser le diable avec la croix de quelques pistoles qu'avec de l'eau bénite.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
D'un cœur fat ne peut partir une noble pensée.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Dieu conduit le méchant aux pieds de la justice.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Le paresseux se leva pour allumer du feu, et il brûla la maison.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Moyen, ordre et raison régissent la maison.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Les vents purgent le blé, les châtiments corrigent le vice, les malheurs perfectionnent la vertu.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Trois savoirs gouvernent le monde : le savoir, le savoir-vivre et le savoir-faire, et ce dernier supplée souvent aux deux autres.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Trois choses mènent le monde : la loi, la religion et la bienfaisance.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)
Trois beaux ornements de la jeunesse : Tête qui sait réfléchir, langue qui sait se contenir, visage qui sait rougir.
Pierre-Marie Quitard ; Les études historiques sur les proverbes (1860)