Tristan Bernard (2)

Les citations célèbres de Tristan Bernard :

Un homme noble reste à jamais fidèle à son amour ainsi qu'à la parole donnée.
Tristan Bernard ; Les mémoires d'un jeune homme rangé (1899)
Comme il a le cou très court, il a toujours l'air de hausser les épaules.
Tristan Bernard ; Les mémoires d'un jeune homme rangé (1899)
Malheureusement, presque toutes nos lois de prévoyance sont faites pour simplifier, je dirai même pour « tourner » le problème de la vie et jamais pour le résoudre avec ses difficultés nécessaires.
Tristan Bernard ; Le poil civil (1915)
L'expérience, c'est de se dire : Mon Dieu, que j'ai été... bête !
Tristan Bernard ; L'esprit de Tristan Bernard (1925)
L'aide la plus efficace d'un inspecteur de police, c'est le hasard.
Tristan Bernard ; L'esprit de Tristan Bernard (1925)
La prévoyance, poussée à l'absurde, c'est la mort de l'activité.
Tristan Bernard ; Le poil civil (1915)
Prévoir, quand on ne fait que prévoir, c'est mourir d'inertie.
Tristan Bernard ; Le poil civil (1915)
La volonté des hommes contrarie souvent la bonne volonté du destin.
Tristan Bernard ; Triplepatte, le 30 novembre 1905.
Il y a très peu de personnes à qui je voudrais unir ma vie, je n'en ai pas rencontré beaucoup.
Tristan Bernard ; L'école du sentiment (1929)
Il n'est qu'un plaisir plus grand que celui de se laver, c'est celui de ne pas se laver.
Tristan Bernard ; Les veillées du chauffeur (1909)
On ne voyage vraiment que par les grands chemins.
Tristan Bernard ; Les veillées du chauffeur (1909)
Les hommes ne sont pas tout à fait bons, ni carrément méchants.
Tristan Bernard ; Les contes, répliques et bons mots (1964)
Les hommes détestent ataviquement les résolutions à prendre. Au cours de longs siècles de liberté et de responsabilité totale, ils ont trop souvent connu l'ennui d'être obligés d'agir.
Tristan Bernard ; L'enfant prodigue du Vésinet (1921)
Je suis à l'âge où l'on goûte le mieux le plaisir d'aimer, et où l'on apprécie le plus la satisfaction de ne pas aimer. C'est pour moi un très grand agrément qu'une tendre conversation avec une jolie femme. Il n'y en a qu'un de plus grand : c'est d'être seul dans un bon lit où l'on est bien tranquille.
Tristan Bernard ; L'esprit de Tristan Bernard (1925)
C'est Dieu qui a créé le monde, mais c'est le diable qui le fait vivre.
Tristan Bernard ; Sur les grands chemins (1911)
Les mensonges nous entraînent dans des complications à n'en plus finir !
Tristan Bernard ; Sa sœur, le 7 février 1907.
Pour être heureux avec les êtres, il ne faut leur demander que ce qu'ils peuvent donner.
Tristan Bernard ; L'enfant prodigue du Vésinet (1921)
Le costume d'académicien coûte cher, trop cher, j'attends qu'il en meure un qui ait ma taille.
Tristan Bernard ; L'esprit de Tristan Bernard (1925)
Vous allez voir qu'un jour on va nous déclarer la paix et que nous ne serons pas prêts.
Tristan Bernard ; L'esprit de Tristan Bernard (1925)
L'amour nous fait faire et dire ce qu'il veut. C'est un enfantillage orgueilleux de vouloir lui résister. Il y a des milliers d'années qu'il est le maître. On ne peut pas faire autrement que de lui obéir. D'abord, parce qu'on est si heureux de suivre son impulsion !
Tristan Bernard ; L'esprit de Tristan Bernard (1925)
L'amour, c'est parfois agréable, mais c'est trop fatigant. J'ai deux maîtresses ! Une seule maîtresse vous inspire souvent un grand désir de vertu, mais deux maîtresses !
Tristan Bernard ; Le poulailler (1908)
Dans la vie, on se tire souvent des situations compliquées en ne disant rien.
Tristan Bernard ; Les deux amateurs de femmes (1908)
On n'a pas le droit, quand on mène une si mauvaise vie, quand on peut avoir une heure heureuse à passer, on n'a pas le droit d'y renoncer.
Tristan Bernard ; Le théâtre sans directeur (1930)
Je sais que vous aviez des soucis, des ennuis, de mauvais souvenirs ! Il m'est arrivé dans ma vie de consoler des amis ou des amies, et on m'a dit souvent que j'avais un pouvoir réel de consolation, et je suis très, très content chaque fois que j'ai l'occasion d'en faire profiter quelqu'un. Voulez-vous que je vous console un peu ?
Tristan Bernard ; Le sexe fort, le 12 avril 1917.
Le vrai bon joueur est celui qui sait passer.
Tristan Bernard ; Triplepatte, le 30 novembre 1905.
On ne doit pas songer qu'à soi. On peut se dire qu'une fois au pouvoir, on ne sera pas mal placé pour aider au succès de ses idées ou pour empêcher le triomphe des idées adverses. Le rôle d'un modéré, au sein d'un ministère avancé, ne serait peut-être pas négligeable !
Tristan Bernard ; Tristan Bernard en verve (1971)
Plus on rencontre des difficultés dans la vie, plus on a en soi de fierté et de contentement de soi-même.
Tristan Bernard ; Monsieur Codomat (1907)
Sans remords, on s'ennuie dans la paresse.
Tristan Bernard ; Tristan Bernard en verve (1971)
Le remords est le meilleur des stimulants pour ne rien faire.
Tristan Bernard ; Tristan Bernard en verve (1971)
Les choses que l'on n'a pas eues sont toujours les plus belles.
Tristan Bernard ; Un perdreau de l'année, le 24 avril 1926.
Ceux qui agissent sont toujours optimistes, et leur optimisme leur est trop nécessaire pour agir.
Tristan Bernard ; Le poil civil (1915)
Ce que nous aimons dans nos amis, c'est le cas qu'ils font de nous.
Tristan Bernard ; Les deux amateurs de femmes (1908)
Mentir, c'est à la portée de toute personne qui n'est pas empruntée.
Tristan Bernard ; Mathilde et ses mitaines (1912)
La mort, c'est la fin d'un monologue.
Tristan Bernard ; Le satyre intermittent (1925)
Les politiciens ne comparent pas les idées, ils les opposent.
Tristan Bernard ; Le taxi fantôme (1920)
On a beau être adversaires en politique, cela n'empêche pas de s'estimer et d'user de bons procédés.
Tristan Bernard ; Les deux canards, le 3 décembre 1913.
Il n'y a qu'une chose qui me réussisse, c'est de dormir.
Tristan Bernard ; Le poulailler (1908)
Ceux qui ont à se faire pardonner se croient obligés d'être plus aimables.
Tristan Bernard ; Triplepatte, le 30 novembre 1905.
L'honnêteté n'est pas un habit des dimanches, mais un vêtement de tous les jours.
Tristan Bernard ; Le poil civil (1915)
Un seul bon argument vaut mieux que plusieurs arguments meilleurs.
Tristan Bernard ; Les secrets d'État (1908)
Mieux vaut se quitter de temps en temps ; si on était toujours ensemble, on finirait par s'embêter !
Tristan Bernard ; L'anglais tel qu'on le parle (1899)
Être bête offre cet avantage, et aussi ce danger, que soi-même on ne s'en aperçoit pas.
Tristan Bernard ; Le poil civil (1915)
Faut-il cesser d'être vertueux parce qu'il y a des hypocrites ?
Tristan Bernard ; Le journal des vélocipédistes (1895)
Deux mariages, vous savez, ça vaut un incendie.
Tristan Bernard ; Le captif, le 9 février 1904.
On ne pense pas à tous les frais que nous avons nous autres bigames.
Tristan Bernard ; Le captif, le 9 février 1904.
Ah ! que ne suis-je riche, pour venir en aide au pauvre que je suis !
Tristan Bernard ; Le fardeau de la liberté, le 15 mai 1897.
Il faut mettre de l'argent de côté pour en avoir devant soi.
Tristan Bernard ; Le fardeau de la liberté, le 15 mai 1897.
On se lasse de dominer, on ne se lasse point d'être dominé.
Tristan Bernard ; La féerie bourgeoise (1924)
Mieux vaut ne pas réfléchir du tout que de ne pas réfléchir assez.
Tristan Bernard ; Triplepatte, le 30 novembre 1905.
Pour un homme intelligent, vous n'êtes pas si bête que ça.
Tristan Bernard ; Petit café, le 12 octobre 1911.
Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre. Moralité : L'un d'eux s'ennuyait au logis.
Tristan Bernard ; Les contes, répliques et bons mots (1964)
Beaucoup de divorces sont nés d'un malentendu, beaucoup de mariages aussi.
Tristan Bernard ; Les petites curieuses (1920)
Il n'y a pas d'enfants sots : il n'y a que de sots parents.
Tristan Bernard ; Les parents paresseux (1932)
Les news de mon-poeme.fr
Vous aimez les citations d'auteurs célèbres ? Découvrez nos dernières citations sur le thème de l'ambition, dont cette citation de Victor Cherbuliez qui dit ceci : Il y a deux sortes d'ambitieux : les dévorants et les rongeurs, les premiers happent le morceau, les autres le grignotent à petits coups de dents.

La liste des auteurs populaires :