François Pierre Guillaume Guizot

Quelques mots sur l'auteur :

François Guizot

Historien et homme politique français, membre de l'Académie française, né le 4 octobre 1787 à Nîmes dans le département du Gard, François Guizot est décédé le 12 septembre 1874 à Saint-Ouen-le-Pin dans le Calvados à l'âge de 86 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 41 citations de François Guizot :

Le chagrin a toujours sa cause en dehors de celui qui l'éprouve.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

Définition du proverbe et de l'adage : Le proverbe est une sentence populaire ou un mot familier et plein de sens. L'adage est un proverbe piquant et plein de sel. Le proverbe annonce une vérité naïve, tirée de l'observation ; l'adage donne à cette vérité une pointe pour la rendre plus pénétrante. Il n'y a que du sens et de la précision dans le proverbe ; il y a de l'esprit et de la finesse dans l'adage. Le proverbe instruit ; l'adage excite. Le proverbe qui joint à l'instruction des motifs d'agir, est un adage.
François Guizot ; Dictionnaire des synonymes de la langue française (1809)

Définition de l'apophtegme : L'apophtegme est un dit mémorable, un trait remarquable, qui, parti d'une âme ou d'une tête énergique, fait sur nous une vive impression, c'est un éclat d'esprit, de raison et de sentiment.
François Guizot ; Dictionnaire des synonymes de la langue française (1809)

Définition de la maxime : La maxime est une proposition, une instruction importante, majeure, faite pour éclaircir et guider les hommes dans la carrière de la vie, c'est une grande règle de conduite.
François Guizot ; Dictionnaire des synonymes de la langue française (1809)

Définition de l'axiome : L'axiome est une proposition, une vérité capitale, principale, si évidente par elle-même, qu'elle captive par sa propre force et avec une autorité irréfragable l'entendement bien disposé, c'est le flambeau de la science.
François Guizot ; Dictionnaire des synonymes de la langue française (1809)

Définition de la sentence : La sentence est une proposition, un enseignement court et frappant, qui, déduit de l'observation, ou puisé dans le sens intime ou la conscience, nous apprend ce qu'il faut faire ou ce qui se passe dans la vie, c'est une espèce d'oracle.
François Guizot ; Dictionnaire des synonymes de la langue française (1809)

Bien des gens se mêlent d'enseigner ce qu'ils devraient encore étudier.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

J'aime la vérité dans l'amitié, la sincérité dans l'amour.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

Le soupçon est une croyance douteuse et désavantageuse, une idée de défiance.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

Le courage tient plus de la raison, la bravoure est plus du tempérament.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

Il est des occasions où la circonspection même compromet, et où le soin de ne mécontenter aucun parti expose aux soupçons de tous.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

Les bienfaits du despotisme sont courts, il empoisonne les sources mêmes qu'il ouvre. Il ne possède qu'un mérite d'exception, une vertu de circonstance, et dès que son heure est passée, tous les vices de sa nature éclatent et pèsent de toute part sur la société.
François Guizot ; Histoire de la civilisation en France (1830)

Une espérance est un point d'appui pour l'espoir.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

L'espérance trompée ne nous laisse souvent dans le cœur qu'un sentiment de peine.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

L'homme de bien se garde avec soin de faire des mensonges ; l'homme sage d'en dire.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

Le bavard n'est jamais sans sottise, il ne tarde pas à le prouver et à déplaire.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

La prudence suspecte ceux qui ont donné matière à la suspicion.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

La conscience est le tribunal de la pensée, c'est le juge intérieur qui prononce sur la moralité des actes ; témoin inévitable de tout ce qui se passe en nous, elle est la voix dénonciatrice de nos secrets penchants.
François Guizot ; Histoire générale de la civilisation en Europe (1828)

La conscience est cette faculté qu'à l'homme de contempler ce qui se passe en lui, d'assister à sa propre existence, d'être pour ainsi dire spectateur de lui-même. Quels que soient les faits qui s'accomplissent dans l'homme, c'est par le fait de conscience qu'ils se révèlent à lui. La conscience atteste la liberté, comme la sensation, comme la pensée ; l'homme se voit, se sait libre, comme il se voit, comme il se sait sentant, réfléchissant, jugeant.
François Guizot ; Histoire générale de la civilisation en Europe (1828)

Il suffit d'aimer pour être amoureux ; il faut témoigner qu'on aime pour être amant.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

Être trop mécontent de soi est une faiblesse, être trop content de soi est une sottise.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

Il y a des tristesses profondes qui fuient la consolation.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

La tendresse n'existe qu'autant que l'amour-propre se néglige.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

Il y a une grande différence entre une liaison durable et un amour constant.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)

On pense pour connaître ; on songe pour agir.
François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809)