Germaine de Staël (3)

Les citations de Germaine de Staël :

Il y a dans la destinée de presque tous les hommes, quand on se donne la peine d'y regarder, la preuve manifeste d'un but moral et religieux dont ils ne se doutent pas toujours eux-mêmes, et vers lequel ils marchent à leur insu.
Madame de Staël ; Considérations sur la Révolution française (posthume, 1818)

La délicatesse est pour les âmes élevées un devoir plus impérieux encore que la justice.
Madame de Staël ; Delphine (1802)

La beauté est une dans l'univers, et sous quelque forme qu'elle se présente, elle excite toujours une émotion religieuse dans le cœur de l'homme.
Madame de Staël ; Corinne ou l'Italie (1807)

Une vulgarité révoltante dans les manières se trouve souvent réunie à l'exercice d'une autorité quelconque.
Madame de Staël ; De la littérature (1799)

De tous les hommes que je n'aime pas, c'est certainement mon mari que je préfère.
Madame de Staël ; Maximes et pensées (1766-1817)

Les femmes sont le sultan, et les hommes le sérail.
Madame de Staël ; Corinne ou l'Italie (1807)

Le désir de plaire rend dépendant de l'opinion, le besoin d'être aimé en affranchit.
Madame de Staël ; De l'Allemagne (1810)

Par l'amour, il est vrai, l'on peut être égaré, mais par lui plus souvent l'on doit être éclairé.
Madame de Staël ; Sophie ou les sentiments secrets (1786)

On cesse de s'aimer si quelqu'un ne vous aime.
Madame de Staël ; Sophie ou les sentiments secrets (1786)

Voyager est, quoi qu'on en puisse dire, un des plus tristes plaisirs de la vie.
Madame de Staël ; Corinne ou l'Italie (1807)

Qui a trop confiance en soi commet des fautes, mais qui a trop de défiance en commet aussi.
Madame de Staël ; Pensées détachées, 85.

La monotonie dans la retraite tranquillise l'âme ; la monotonie dans le grand monde fatigue l'esprit.
Madame de Staël ; De l'Allemagne (1810)

La poésie est le langage naturel à tous les cultes.
Madame de Staël ; De l'Allemagne (1810)

La critique littéraire est bien souvent un traité de morale.
Madame de Staël ; La littérature (1799)

La parfaite vertu est le beau idéal du monde intellectuel.
Madame de Staël ; La littérature dans ses rapports... (1799)

Les hommes peuvent abandonner leurs actions au vice, mais jamais leur jugement.
Madame de Staël ; La littérature dans ses rapports... (1799)

La vie ne semble souvent qu'un long naufrage, dont les débris sont l'amitié et l'amour.
Madame de Staël ; Réflexions sur le suicide (1813)

La puissance d'aimer, l'activité de la pensée, le prix qu'on attache à l'opinion, font de tel ou tel genre de vie une existence douce pour les uns, et tout à fait pénible pour les autres.
Madame de Staël ; Réflexions sur le suicide (1813)

L'inflexible loi du devoir est la même pour tous, mais les forces morales sont purement individuelles.
Madame de Staël ; Réflexions sur le suicide (1813)

L'âme ne reçoit aucun plaisir de ce qu'elle reconnaît elle-même pour passager.
Madame de Staël ; Corinne ou l'Italie (1807)

L'amour est un égoïsme à deux.
Madame de Staël ; De l'Allemagne (1810)

La douleur perfectionne beaucoup le caractère ; on rattache dans sa pensée ses fautes à ses malheurs.
Madame de Staël ; Corinne ou l'Italie (1807)

L'amour, c'est toi seule qui l'éprouves, c'est toi seule qui l'inspires.
Madame de Staël ; Corinne ou l'Italie (1807)

Ses citations classées par œuvres :