Recueil de poésie et de citations ainsi que des proverbes.

Les citations d'Henri-Frédéric Amiel.

1 — Qui est Henri-Frédéric Amiel ?

Photo d'Henri-Frédéric Amiel Biographie courte : Écrivain et philosophe suisse romand, Henri-Frédéric Amiel est né le 27 septembre 1821 à Genève. Connu pour son journal intime monumental (16 867 pages), Henri-Frédéric Amiel est mort à l'âge de 59 ans le 11 mai 1881 à Genève. (Source : Wikipédia)

2 — Les 225 pensées et citations d'Henri-Frédéric Amiel :

Tous les scolasticismes me rendent douteux ce qu'ils démontrent, parce qu'au lieu de chercher ils affirment dès le début. Leur objet est de construire des retranchements autour d'un préjugé et non de découvrir la vérité. Ils amassent des nuages et non des rayons.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 30 août 1872.

Pour la conduite de la vie les habitudes font plus que les maximes, parce que l'habitude est une maxime vivante devenue instinct et chair. Réformer ses maximes n'est rien, c'est changer le titre du livre. Prendre de nouvelles habitudes, c'est tout, car c'est atteindre la vie dans sa substance. La vie n'est qu'un tissu d'habitudes.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 30 décembre 1850.

Une séparation jugée nécessaire peut être poignante, et l'on est rarement aussi fort qu'on le croyait contre les coups, même prévus, de la destinée. Nos sentiments sont chose plus compliquée que le nœud gordien et plus faciles à trancher brusquement par un acte de la volonté qu'à dénouer par une gradation trop délicate et une prudence trop sympathique. Il est certains maux que la compassion augmente et qui gagnent à être traités par le fer et le feu, ou même par la glace.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1852)

Dans ma vie, il ne me manque qu'une chose : une âme avec qui partager, car l'émotion et l'enthousiasme me débordent comme une coupe trop pleine. Je voudrais les partager avec une autre âme.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

L'incertitude est l'asile de l'espérance.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 23 janvier 1881.

Rien n’est bagatelle de ce qui blesse un cœur.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Même au jour où leur cœur se détache et nous blesse, deux ceux qui nous aimaient pensons avec noblesse.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 28 février 1872.

Dis-moi tous tes chagrins, toutes tes blessures, peut-être qu'en cherchant bien nous trouverons le baume.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 20 avril 1873.

Les âmes aigries aiment à rendre le fiel pour le miel et une blessure pour une gentillesse.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 29 février 1872.

Tous les malheurs commencent par un point, les catastrophes ne sont au début qu'une imperceptible désagrégation moléculaire : Une égratignure devient une plaie, une négligence devient une ruine, une étincelle devient un incendie. De là l'importance des infiniment petits et l'impérieuse nécessité de la vigilance soutenue. Remédier à propos, aviser à temps est une des attentions de la sagesse, un des préceptes de l'art de vivre. Ecraser le basilic dans son œuf simplifierait considérablement le combat de l'existence. Mais pour cela, il faut le coup d'œil perçant et la main prompte.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 7 janvier 1866.

Exister pour se soigner ne vaut pas la peine de vivre.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 18 janvier 1876.

Un malade qui ne veut pas guérir est atteint bien plus d'égoïsme que de toute autre affection.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Rendre un plaisir pour une peine guérit le saignement du cœur.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 6 août 1876.

Un ami véritable est une douce chose, mais une amie est encore mieux, car son amitié est encore plus perspicace et encore plus dévouée ; elle est plus intense et plus active dans sa fidélité.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 28 août 1863.

Qu'il est malaisé le passage du vilain âge, de l'âge ingrat, de l'âge gris, où les maux secrets, lassitude décrépitude, des plus calmes font des aigris. De tout on se désintéresse, rien ne caresse, on fuit les autres, on se fuit ; vigueur, jeunesse, adieu ! L'aurore se décolore lorsque dans notre âme il fait nuit.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 23 juin 1872.

Que devenir quand tout nous quitte : Santé, joie, affections, fraîcheur des sens, mémoire, capacité de travail ; quand le soleil nous semble se refroidir et la vie se dépouiller de tous ses charmes ? Que devenir, si l'on n'a aucune espérance ? Faut-il s'étourdir ou se pétrifier ? — La réponse est toujours la même : S'attacher au devoir.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Mettre de la joie dans les âmes, c'est au fond mon plus cher plaisir.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 4 septembre 1861.

Chacun remue des liasses de papier-monnaie, mais peu ont palpé l'or.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 6 novembre 1877.

La jeunesse d'aujourd'hui devient de plus en plus indocile et semble prendre pour devise : « Notre ennemi, c'est notre maître. » Le bambin veut avoir les privilèges du jeune homme et le jeune homme entend conserver ceux du gamin. Au fond, ceci est la conséquence régulière de notre système de démocratie égalitaire. Dès que la différence de qualité est officiellement égale à zéro en politique, il est clair que l'autorité de l'âge, de la science et de la fonction disparaît.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 20 mars 1865.

En ce monde, on est toujours l'obstacle de quelqu'un, puisque, si petit qu'on se fasse, on occupe toujours un espace quelconque, et que, si peu qu'on envie ou qu'on possède, on est envié et convoité par quelqu'un. Vilain monde, monde de vilains ! Pour se consoler, il faut songer aux exceptions, aux âmes nobles et généreuses. Il y en a, qu'importent les autres !

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 9 février 1880.

La plus belle existence serait celle d'un fleuve où les cascades et les rapides ne seraient traversés que près du berceau, et dont le cours grossissant se formerait d'une succession de riches vallées résumées chacune en un lac aux aspects également et diversement pittoresques, pour aboutir, à travers les plaines de la vieillesse, à l'océan où tout ce qui se fatigue vient demander le repos. Il est peu de ces existences pleines, fécondes et douces. À quoi sert de les désirer ou de les regretter ? Il est plus sage et plus malaisé de voir dans son lot le meilleur qu'on pût avoir, et de se dire qu'après tout le plus habile tailleur ne peut nous faire un justaucorps plus exact que notre peau.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 29 août 1880.

Un Etat qui accorde des droits sans devoirs équivalents et correspectifs fait ou fera faillite forcément.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 13 mars 1880.

La renommée ne court pas après ceux qui ont peur d'elle. Elle se moque des personnes respectueuses qui méritent ses faveurs mais ne les arrachent pas.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 20 septembre 1876.

Si la vie est un bonheur, un malheur ou un hasard, on la gouverne en conséquence ; on cherche à l'augmenter, à la diminuer, ou l'on joue avec elle : trois systèmes fort différents.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 10 août 1874.

Parfois je m'étonne de moi-même, et je m'étonne de m'étonner.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 22 octobre 1879.

Je crois très peu aux masses, aux foules, à toutes les rengaines et ferblanteries démocratiques. Je crois aux individus de mérite, c'est-à-dire à quelques hommes, non à l'ensemble. Ce n'est pas là dédaigner l'humanité, car l'élite et la tête de l'humanité en font partie. Mais je crois que le progrès se fait par les meilleurs, par le petit nombre, par les êtres de choix, les grands cœurs, les génies, les héros, les martyrs, les inventeurs, les penseurs, c'est-à-dire par la fleur et l'aristocratie de l'humanité, et que le reste, le tissu cellulaire, les viscères, les muscles de ce grand corps, bénéficie du progrès, mais reçoit dix fois plus qu'il ne donne !

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 3 mars 1872.

Suis-je un vieillard débarrassé de la passion par les années, ou une âme philosophique qui tend à secouer par elle-même cet esclavage ? Il est probable que l'âge, l'esprit critique, et la satisfaction aidant, je suis arrivé dans la région des calmes. Gare aux ouragans qui peuvent la traverser encore !

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 13 décembre 1861.

Je veux accueillir le bonheur avec un sourire, il est une grâce ; et que Dieu m'aide à sourire encore quand il s'envolera. Ce qui me relève un peu à mes yeux, c'est ce pouvoir de réjouir et de fortifier de belles âmes.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1852)

Je sens que ma vie s'en va comme l'eau, que ma destinée s'épuise rapidement et que je n'ai rien fait de bon et que l'irréparable m'envahit comme la marée montante. Diminué, affaibli, déchu, je n'ai pas même goût à exploiter mes restes. Je ronge mon frein avec grâce et pour ne plus être dépecé malgré moi, j'abandonne toute prétention en bloc.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 15 octobre 1880.

Bien souvent on croit être véridique et on a tout transformé, les uns en bien, les autres en mal.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 21 octobre 1880.

Chacun poursuit le bonheur et le bonheur esquive la poursuite de chacun.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 18 mars 1869.

L'étincelle de l'existence ne se communique que dans l'amour.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 23 juillet 1876.

Le vulgaire c'est la majorité du public. Seulement le public est chatouilleux dans son orgueil comme le peuple roi ; il faut incliner les faisceaux consulaires devant sa prétendue majesté.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 16 juin 1878.

J'ai besoin de fréquenter davantage mes compagnons d'âge. Je sens que je m'isole, j'ai peu de points de contact. Pour l'éloquence ou pour l'influence, il faut maintenir ouverts les pores magnétiques de communication avec vos semblables.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 10 février 1846.

J'ai trop aimé et fréquenté les femmes, mais il n'est jamais trop tard pour être sage.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Ma mémoire est un crible qui ne retient plus que les gros cailloux.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 16 juin 1874.

Le temps perdu pour le bonheur et le devoir, ni le ciel ni la terre ne me sauront le moindre gré et ne me rendront la moindre parcelle. En un mot, ces retards sont une pure sottise, s'ils ne sont pas une indispensable nécessité. — Mais que faire quand on redoute l'irréparable, et qu'on a horreur des regrets ? Ecouter les appels extérieurs, les suggestions amicales, les avertissements affectueux, et ne pas s'endurcir quand on entend la voix de la bienveillance pure et l'unanimité du bon sens.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Quand on est triste, c'est le moment où un cœur ami est nécessaire pour comprendre et adoucir un peu par sa sympathie les ennuis d'une vie qui a besoin de bonheur et qui ne sait pas où le trouver.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 18 mai 1872.

Heureux mortel qui vit dans un milieu merveilleusement adapté à ses goûts et à ses préférences !

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 3 janvier 1873.

J'ai été aimé, sans l'avoir su ni voulu, et plus d'une fois. J'ai donc fait souffrir et beaucoup. Mais ai-je trompé, ai-je torturé sciemment ? En conscience, non. J'ai été aveugle, stupide, incrédule, en fait de passions ; je n'ai jamais deviné à l'avance et j'ai à peine pu croire, à l'épreuve, que je fusse dangereux, qu'on pût s'attacher à moi d'une façon énergique, quand je n'étais qu'aimable, amical et bienveillant, sans préférence ni trouble. J'ai fait du mal, comme un hérisson pique, sans m'en douter.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 3 septembre 1860.

Le véritable amour est celui qui ennoblit la personne, qui fortifie le cœur et qui sanctifie l'existence.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 28 décembre 1880.

Le destin fait l'homme, mais l'homme fait aussi son destin.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 27 juin 1848

Les grimauds venimeux qui abritent leur insignifiance derrière le paravent d'un journal prennent pour de la compétence leur fatuité ou leur animosité. En théorie, la presse est un sacerdoce ; en pratique elle est souvent un chantage, une vendetta, une perfidie, en un mot une chose ignoble et qui s'abuse sur ses droits comme sur sa valeur.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Quand je n'aime plus du tout, je n'aime bientôt plus rien. D'un grain noir dans mon ciel je tire involontairement une tempête ; d'un atome de fiel j'empoisonne toute ma vie intérieure ; d'une semence invisible je fais germer toute une moisson de plantes vénéneuses.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 8 juillet 1853.

Dans notre prétendue société, l'homme est toujours mesuré par autre chose que par sa valeur humaine, et l'habit, le parti, la coterie, le nom, l'argent, ont plus d'importance que le mérite sérieux, que la distinction individuelle.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 5 juillet 1853.

Je vis l'ombre d'un esprit qui traçait l'ombre d'un système avec l'ombre de l'ombre même.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 10 janvier 1868.

Gare aux commencements ! ils décident de tout le reste.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 25 mars 1868.

Les droits d'autrui sont aussi sacrés que les droits personnels.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 6 mars 1872.

On apprend quelque chose avec ceux qui savent.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 3 juin 1877.

L'impatience de la chèvre dans un esprit de tortue, cela se voit assez fréquemment.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 13 mai 1865.

À esprit borné, cœur plus large, à esprit plus large, cœur plus borné.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Chuter dans un précipice est plus facile que d'arriver au sommet.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

La vie c'est souffrir puis mourir, on n'a pas le temps de vivre.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 31 juillet 1854.

S'il est deux choses qui abondent en ce monde, c'est l'égoïsme et la paresse.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 3 avril 1865.

Les femmes ont un instinct céleste pour le malheur.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 30 mars 1872.

Avoir de la vitalité, c'est avoir frais sous la canicule et chaud sous le Sagittaire, c'est porter sa saison avec soi, et braver celle du dehors. La santé est l'indépendance du climat et du dehors. La santé de l'âme est la vraie liberté, c'est-à-dire l'équilibre dans la joie.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 22 mai 1870.

Un travail à échéance lointaine est absurde. On ne vit plus qu'au jour le jour.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 4 février 1881.

Mieux vaut la qualité que la quantité.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 11 mai 1877.

La pédanterie, c'est de châtier le prochain au lieu de soi-même, et d'entrer dans le monde avec une férule au lieu de la laisser au vestiaire.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 29 août 1879.

Une bonne épouse est une bénédiction de Dieu.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Il est difficile de s'arrêter à un jugement définitif sur un homme qui a provoqué et autorisé toutes les antipathies, et dont la vie dément les principes, dont la devise et le talent se contredisent.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 27 mars 1878.

Il faut être le remorqueur de sa vie, et non la remorque.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 21 février 1865.

La malveillance et l'ineptie marchent volontiers ensemble.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 19 juillet 1879.

Le rire est un palliatif, un émulsif ; la gaieté est un bon génie, qui entretient la santé du cœur.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 30 juillet 1848.

L'amour, c'est la mort du moi pour la naissance du nous.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Les avances, les habiletés me font une impression de bassesses, et vaincre ce qui ne vaut pas la peine d'un combat n'a jamais chatouillé mon ambition.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 15 décembre 1864.

J'aime mieux ma propre considération que quelques milliers de francs ; il ne me semble pas que cette bagatelle puisse être interdite, car elle ne fait tort qu'à moi-même.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 27 octobre 1875.

Quand le ménage ne donne aucun bonheur, l'homme est très exposé à bifurquer.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 17 janvier 1876.

Je suis bien toujours le même, l'être errant sans nécessité, l'exilé volontaire, l'éternel voyageur, l'homme sans repos, qui, chassé par une voix intérieure, ne construit, n'achète et ne laboure nulle part, mais passe, regarde, campe et s'en va.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 21 juillet 1856.

La haine a beau être un meurtre ; le haineux n'y veut voir qu'une hygiène. C'est pour se faire du bien qu'il fait du mal, comme un chien enragé mord pour s'ôter la soif.

Henri-Frédéric Amiel - Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

J'ai la passion du suicide sans en avoir le courage. Je m'enferme avec le démon de l'hypocondrie et je m'amuse à le voir sucer mes moelles.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 23 août 1863.

Qui n'espère point est à l'état chronique de démoralisation.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 7 novembre 1864.

Le manque d'amour me rend stérile, le bonheur me rendrait fécond.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 12 février 1853.

Mieux vaut échouer par le concours que d'être nommé par faveur.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 15 novembre 1848.

La bêtise cherche la bêtise, comme l'oxygène cherche le plomb.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 22 juin 1876.

Aimer, se faire aimer, voilà le but qu'il ne faudrait jamais oublier.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 10 août 1849.

L'esprit égalitaire est le contraire du goût ; il ne perçoit pas les nuances et n'admet pas la diversité des rangs intellectuels. Il rend niais en fait d'art.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 12 juin 1876.

Le mariage doit être une éducation mutuelle et infinie.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 31 mai 1848.

Quand on se voit vieillir, on se prend à aimer la jeunesse pour elle-même et à faire de la beauté une vertu, de la santé un mérite, de la chair fraîche une noblesse. L'enlaidissement paraît une sorte de flétrissure.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 17 mai 1869.

Un coin de ciel bleu reparaît à l'Orient, c'est comme un rideau de théâtre qui remonte.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 26 août 1873.

L'inertie, volontaire ou non, est le crépuscule funéraire de l'individu, et la société est pleine de malheureux qui se sont ensevelis eux-mêmes tout vivants sous la chape de plomb de l'homicide oisiveté.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 6 janvier 1853.

Qui aime bien égratigne sans scrupule.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 20 janvier 1880.

La vie est trop courte pour la dissiper en niaiseries, en nivèleries, en billevesées plus creuses qu'un nuage, et plus insipides que l'eau d'un marais. C'est se remplir de néant que d'occuper ainsi ses heures. Il faut les utiliser au mieux, et aller droit au but.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 13 mai 1872.

La solution avec les cerveaux bornés est d'éviter toute discussion.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 25 septembre 1880.

Ne prends au sérieux que les gens sérieux et les choses sérieuses.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 28 juillet 1848.

Rien de grand sans un grand amour, mais pas de grand amour sans calvaire.

Henri-Frédéric Amiel - Il penseroso (1858)

Je me dérobe dans la frivolité comme la sépia dans son nuage d'encre.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 23 novembre 1850.

La frivolité guillerette n'est qu'une gageure littéraire et comme un tic de jeunesse.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 14 août 1875.

On ne recommence pas la vie quand elle approche de son terme.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 27 août 1879.

On ose appeler amour des escrimes de coquetterie qui ne sont pas même des amourettes.

Henri-Frédéric Amiel - Journal intime, le 14 avril 1875.
Les citations suivantes »

3 — Quelques œuvres de Henri-Frédéric Amiel :

Grains de mil »

4 — La liste des auteurs populaires :

Le dictionnaire des meilleurs auteurs français et étrangers »
Top