Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Jean de La Bruyère

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Jean de La Bruyère Essayiste et moraliste français né le 17 août 1645 à Paris, Jean de La Bruyère est décédé à Versailles le 10 mai 1696. Élu à l'Académie française le 14 mai 1693, il décède d'une attaque d'apoplexie dans la nuit du 10 au 11 mai 1696, et repose au cimetière Notre Dame à Versailles. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Ce dictionnaire vous propose 66 citations de Jean de La Bruyère :

Il est peut-être moins difficile aux vrais génies de rencontrer le grand et le sublime que d'éviter toutes sortes de fautes.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères (1688)
Un homme fat et ridicule rêve la veille par où et comme il pourra se faire remarquer le jour qui suit. Un homme sage se laisse habiller par son tailleur. Il y a autant de faiblesse à fuir la mode qu'à l'affecter.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, Du mérite (1688)
L'on s'insinue auprès de tous les hommes, ou en les flattant dans les passions qui occupent leur âme, ou en compatissant aux infirmités qui affligent leur corps. En cela seul consistent les soins que l'on peut leur rendre. De là vient que celui qui se porte bien et qui désire peu de choses, est moins facile à gouverner.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères (1688)
Les méchants sont comme les mouches, qui parcourent le corps d'un homme, et ne s'arrêtent que sur ses plaies.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle (1688)
La témérité des charlatans et leurs tristes succès qui en sont les suites, font valoir la médecine et les médecins ; si ceux-ci laissent mourir, les autres tuent.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle (1688)
Un bon médecin est celui qui a des remèdes spécifiques, ou s'il en manque, qui permet à ceux qui les ont, de guérir ses malades.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle (1688)
Le caprice est dans les femmes tout près de la beauté pour être son contrepoison.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères (1688)
Je me rachèterai toujours fort volontiers d'être fourbe par être stupide et passer pour tel.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De l'homme (1688)
On ne trompe point en bien, la fourberie ajoute la malice au mensonge.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De l'homme (1688)
On ne peut aller loin dans l'amitié si l'on n'est pas disposé à se pardonner nos petits défauts.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De la société (1688)
On monte à un poste éminent et délicat plus aisément qu'on ne s'y conserve.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De la cour (1688)
Nous devons travailler à nous rendre très dignes de quelque emploi, le reste ne nous regarde point, c'est l'affaire des autres.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, Du mérite (1688)
Il y a moins de honte d'être refusé pour un emploi qu'on mérite que d'y être placé sans le mériter.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De la cour (1688)
La finesse est l'occasion prochaine de la fourberie ; de l'une à l'autre le pas est glissant : le mensonge seul en fait la différence ; si on l'ajoute à la finesse, c'est fourberie.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De la cour (1688)
La finesse flotte entre le vice et la vertu.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De la cour (1688)
Les gens d'esprit méprisent les grands qui n'ont que de la grandeur.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, Des grands (1688)
Chaque vertu ne demande qu'un homme, la seule amitié en veut deux.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle (1688)
La pauvreté manque de beaucoup de choses, l'avarice manque de tout.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle (1688)
L'avare mort dépense plus, en un seul jour, que ce qu'il a dépensé vivant en dix années.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, Des biens de fortune (1688)
La curiosité n'est pas un goût pour ce qui est bon ou beau, mais pour ce qui est rare.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De la mode (1688)
La vanité est l'aliment des sots.
Jean de La Bruyère ; Les maximes et pensées inédites (1696)
Il faut très peu de fonds pour la politesse dans les manières ; il en faut beaucoup pour celle de l'esprit.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, Des jugements (1688)
Un coupable puni est un exemple pour la canaille : un innocent condamné est l'affaire des honnêtes gens.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De quelques usages (1688)
Le stupide est un sot qui ne parle point, en cela plus supportable que le sot qui parle.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, Des jugements (1688)
Un sot est celui qui n'a pas même ce qu'il faut d'esprit pour être fat.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, Des jugements (1688)
Le voile de la modestie couvre le mérite, et le masque de l'hypocrisie cache la malignité.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, Des jugements (1688)
Chez certains hommes, savant et pédant sont synonymes.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, Des jugements (1688)
Rien ne ressemble plus à la vive persuasion que le mauvais entêtement.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, Des jugements (1688)
Il y a dans quelques hommes une certaine médiocrité d'esprit qui contribue à les rendre sages.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De l'homme (1688)
Rarement on se repent d'avoir parlé peu, très souvent de trop parler.
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De l'homme (1688)

Quelques œuvres de Jean de La Bruyère :