Jean-Jacques Rousseau (3)

Les meilleures citations de Jean-Jacques Rousseau :

L'ami de la vérité n'est point attaché à telle opinion plutôt qu'à telle autre ; quoi qu'il dise, pourvu qu'il le pense, il tend à son but.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Qui ne fait pas ce qu'il dit ne le dit jamais bien.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Malheur à quiconque prêche une morale qu'il ne pratique pas !
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou la nouvelle Héloïse (1761)

Le premier prix de la justice est le sentiment qu'on la pratique.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Combien de fois la voix intérieure nous dit qu'en faisant notre bien aux dépens d'autrui, nous faisons mal. Nous croyons suivre l'impulsion de la nature, et nous lui résistons : en écoutant ce qu'elle dit à nos sens, nous méprisons ce qu'elle dit à nos cœurs. L'être actif obéit, l'être passif commande. La conscience est la voix de l'âme ; les passions sont la voix du corps.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Conscience ! conscience ! instinct divin ; immortelle et céleste voix ; guide assuré d'un être ignorant et borné, mais intelligent et libre ; juge infaillible du bien et du mal, qui rend l'homme semblable à Dieu ; c'est toi qui fais l'excellence de sa nature et la moralité de ses actions, sans toi je ne sens rien en moi qui m'élève au-dessus des bêtes, que le triste privilège de m'égarer d'erreurs en erreurs, à l'aide d'un entendement sans règle et d'une raison sans principe.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

La haine des méchants ne fait que s'animer davantage par l'impossibilité de trouver sur quoi la fonder, et le sentiment de leur propre injustice n'est qu'un grief de plus dans celui qui en est l'objet.
Jean-Jacques Rousseau ; Les confessions (1765-1770)

Dans l'amitié, gardez à jamais la noble candeur des belles âmes. On peut laisser penser aux indifférents ce qu'ils veulent, mais c'est un crime de souffrir qu'un ami nous fasse un mérite de ce que nous n'avons pas fait pour lui.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Toutes les grandes passions se forment dans la solitude ; on n'en a point de semblables dans le monde, où nul objet n'a le temps de faire une profonde impression, et où la multitude des goûts énerve la force des sentiments.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou la nouvelle Héloïse (1761)

Je hais les mauvaises maximes encore plus que les mauvaises actions.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou la nouvelle Héloïse (1761)

La force du devoir, la beauté de la vertu, entraînent, malgré nous, nos suffrages, et renversent nos insensés préjugés.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

L'un des avantages des bonnes actions, est d'élever l'âme et de la disposer à en faire de meilleures : car telle est la faiblesse humaine, qu'on doit mettre au nombre des bonnes actions l'abstinence du mal qu'on est tenté de commettre.
Jean-Jacques Rousseau ; Les confessions (1765-1770)

Pourquoi toujours des réponses ? Si ma méthode répond d'elle-même aux objections, elle est bonne ; si elle n'y répond pas, elle ne vaut rien.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Les fables peuvent instruire les hommes, mais il faut dire la vérité nue aux enfants : sitôt qu'on la couvre d'un voile, ils ne se donnent plus la peine de le lever.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

L'apparente facilité d'apprendre est cause de la perte des enfants. On ne voit pas que cette facilité même est la preuve qu'ils n'apprennent rien. Leur cerveau lisse et poli rend comme un miroir les objets qu'on lui présente ; mais rien ne reste, rien ne pénètre. L'enfant retient les mots, les idées se réfléchissent : ceux qui l'écoutent les entendent, lui seul ne les entend point.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Un cœur droit est le premier organe de la vérité.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou la nouvelle Héloïse (1761)

Les abus sont toujours plus inépuisables que les richesses.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou la nouvelle Héloïse (1761)

La vanité de l'homme est la source de ses plus grandes peines.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou la nouvelle Héloïse (1761)

Je ne crois devoir à personne plus de ménagement qu'à moi-même.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Le faux ami n'aime que son propre intérêt, et si la cupidité le lui conseille, il devient ingrat et parjure.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

L'amour-propre est un instrument utile, mais dangereux ; souvent il blesse la main qui s'en sert, et fait rarement du bien sans mal.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Ce n'est pas en exerçant l'empire sur les autres, c'est en dominant sur soi-même qu'on peut uniquement se flatter de parvenir au bonheur.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Pour conserver un fidèle ami, il faut l'être soi-même. Une personne qui rapporte tout à elle, qui n'aime que relativement à sa convenance particulière, doit renoncer aux douceurs et aux avantages de l'amitié.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Combien de gens profanent le nom et l'usage de l'amitié ! Dans les uns, ce n'est que l'art du mensonge et de l'intérêt, dans les autres, un stratagème pour parvenir plus sûrement à leurs fins. Il vaut infiniment mieux être seul et isolé, que d'ouvrir son âme à de pareils amis.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Un impertinent est un sot, si rempli de lui-même, qu'il compte les autres pour rien.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Il n'y a rien de vrai et d'expressif que ce qui part du cœur : on le voit et on l'entend, sans le secours même de la voix et des oreilles.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Les peines du temps présent seraient bien peu de chose, si elles ne nous rappelaient pas le souvenir des plaisirs du temps passé. Nous ne nous plaignons de ce qui est, que parce que nous regrettons ce qui n'est plus.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

J'ai toujours rêvé de rencontrer un véritable un ami qui fût un confident à qui je puisse ouvrir mon âme, un conseil dans mes délibérations, un consolateur dans mes peines, un autre moi-même par les liens de la tendresse et de la fidélité. J'ai cru, un instant, avoir trouvé ce trésor inestimable ! Mais, hélas, je me suis trompé. La trahison que j'éprouve m'apprendra à ne plus me fatiguer à la poursuite d'une chimère.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Rien ne soulage mieux les peines et les chagrins que la liberté de se plaindre, et de puiser de la consolation dans le sein d'un ami. Mais peu de gens, bien trop infortunées, ont la chance de pouvoir compter sur un véritable ami, qui soit capable de vous écouter, sans vous juger.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Je vois deux personnes qui paraissent extrêmement liées d'amitié entre elles. Si je disais à chacune d'elles tout le mal qu'elles m'ont dit l'une de l'autre, elles se détesteraient encore plus qu'elles ne paraissent s'aimer.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)