Louis Joseph Mabire (3)

Les meilleures citations de Louis Joseph Mabire :

Un fat choisit un ami comme il choisit un costume. Il faut qu'il aille à la taille des prétentions qu'il a et à l'air de visage qu'il veut avoir.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Le temps fuit ; la conscience crie ; la mort menace ; le ciel sollicite ; l'enfer gronde ; et l'homme dort.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Il ânonne sa pensée dans une langue abondante, il se perd dans de fades histoires, il cite des mots sans sel, il endort son monde sur ce qui lui est indifférent, et le réveille au bruit de tout ce qui peut lui être le plus désagréable. Est-ce tout ? Il faut encore que, dans la chaleur d'une conversation pleine de vie, il vienne jeter le froid de ses banalités, et la glace. Voilà ce que fait l'ennuyeux, et voilà ce qui le fait.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Rien de plus dangereux que de prendre ses bons sentiments pour de bonnes pensées.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Les habitudes deviennent, avec le temps, de véritables incrustations chez l'homme.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Les défauts se détachent sur le fond uni de la vertu, et se perdent dans le fond troublé du vice.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Les gens détestables sont ceux que nous détestons.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Que de déceptions le cœur s'épargnerait s'il ne demandait à chacun que ce qu'il peut donner ! mais sa dernière préoccupation est de s'assurer de la solvabilité de ses débiteurs.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire des proverbes arabes (1830)

Les fautes de nos amis affligent autant notre amour-propre que notre cœur.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Il faut gouverner ses qualités presque aussi attentivement que ses défauts.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

L'envieux mourant éteindrait volontiers le soleil afin que personne n'en jouisse après lui.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Le respect humain blanchit les dehors de la conscience sans relever ses ruines intérieures.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Celui qui de gaieté de cœur va au-devant de la tentation, s'est d'avance arrangé à l'amiable avec l'idée de faillir.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Hélas ! ce n'est pas trop de notre plus grande force pour tenir tête à notre plus petite faiblesse.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Le peuple a perdu les croyances qu'il avait et n'a pas acquis les connaissances qu'il n'a jamais eues ; le peuple a, pour exercer sa souveraineté, ignorance et ses passions.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

En amour, l'esprit est l'ennemi du cœur ; quand celui-ci parle, l'autre n'est plus qu'un sot.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

On n'est pas plus maître de toujours aimer qu'on ne l'a été de ne pas aimer.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Ne me parlez pas de ces esprits emmagasinés goutte à goutte dans une citerne : la citerne est large, profonde, remplie jusqu'à la voûte ; mais il faut y puiser à grands renforts de bras, et la disette seule fait apprécier son mérite. Ah ! que j'aime mieux ces esprits de source, toujours renouvelés, frais, limpides, qui suivent leur pente naturelle et réfléchissent dans leurs mille détours tous les accidents du ciel et de la terre ! Ils ont la vie et la portent partout où ils passent.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

La vérité la plus difficile à reconnaître est celle qui se cache dans l'erreur : qui s'avise d'aller chercher un proscrit chez son ennemi déclaré ?
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Jeune, la femme se montre de profil, et l'homme se montre de face ; plus tard, la femme se déploie au trois quarts, et l'homme se replie au profil.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Avec les hommes, on échange quelques idées, et avec les femmes, on échange beaucoup de nuances.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Avez-vous le bonheur de plaire ? Toutes les défenses extérieures tombent devant vous : vous touchez au cœur. Déployez l'esprit le plus séduisant, les qualités les plus attachantes ; prodiguez les attentions les plus délicates, le dévouement le plus absolu, les recherches de la galanterie la plus raffinée. Si vous ne plaisez pas, vous serez estimé et remercié.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Les femmes observent avec une vive curiosité un homme qu'elles savent plaire à d'autres yeux ; elles aiment à contrôler le goût qu'il inspire, et si par hasard elles le partagent, elles ne seront pas fâchées de donner à ce nouveau venu, dans leur intérêt, des raisons de croire qu'il aurait peut-être mieux fait d'épouser Célimène.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Entre le vice et la vertu, l'idiotisme et le génie, la folie et le bon sens, l'espace est immense, et les degrés qui le remplissent aussi multipliés que ceux de l'échelle de Jacob. Croire que nous pouvons, à l'aide de notre simple raisonnement, choisir le degré où nous avons le droit de nous placer, serait une prétention dangereuse : aller trop haut est ridicule ; trop bas, un malheur. Quel moyen donc invoquer ? Un seul, la comparaison. Sachez ce qu'est votre prochain, et vous saurez ce que vous êtes.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Un vieil ami est une chose toujours nouvelle.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire des proverbes italiens (1830)

Le croyant qui affirme l'impuissance absolue de la raison méconnaît un fait divin, et le philosophe qui nie la nécessité de la foi méconnaît un fait humain ... En quoi l'homme est-il fait à l'image de Dieu, si ce n'est par sa raison ? Et comment l'homme éprouverait-il cette soif insatiable de croire, si ce n'était un besoin de sa nature et une des conditions de sa destinée ?
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Certes, je ne veux pas amoindrir la valeur de l'esprit, mais il ne faut pas le surfaire. Galathée serait encore une statue, si Pygmalion n'avait été qu'un homme d'esprit.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire des proverbes chinois (1830)

Le moraliste est, de nécessité, un curieux impitoyable ; il en use avec l'homme à la façon de l'enfant, qui n'a cesse ni repos s'il ne brise sa poupée, pour découvrir les ressorts qui la font mouvoir.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Le plaisir de mettre en relief l'habileté de ses calculs n'est pas sans inconvénients : on peut très bien révolter un confident que l'on croit éblouir.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire des proverbes indiens (1830)

Les pensées sont partout : les unes se cachent ou sommeillent ; les autres courent les rues, mais si sales, si mal peignées, si méconnaissables sous leurs guenilles, que ce n'est qu'après les avoir lavées, peignées, brossées et rhabillées, que l'on peut décemment les produire dans le monde.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Qu'elles parlent, écrivent ou inventent un homme, les femmes excellent à faire quelque chose de rien.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

La liste des auteurs populaires :