Charles-Louis de Secondat, dit Montesquieu

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Montesquieu
Philosophe, penseur et écrivain français né le 18 janvier 1689 à La Brède près de Bordeaux, Montesquieu est décédé le 10 février 1755 à Paris. Il fut élu à l'Académie française le 5 janvier 1728, il meurt à l'âge de 66 ans, Montesquieu repose dans la chapelle Sainte-Geneviève de l'église Saint-Sulpice à Paris. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 102 citations de Montesquieu :

L'étude a été pour moi le souverain remède contre les dégoûts de la vie, n'ayant jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Aimer lire, c'est faire un échange des heures d'ennui contre des heures délicieuses.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Une femme ne peut guère être belle que d'une façon, mais elle est jolie de cent mille.
Montesquieu ; L'essai sur le goût (1757)
En fait de parure, il faut toujours rester au-dessous de ce qu'on peut.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Il semble que les têtes des plus grands hommes s'étrécissent lorsqu'elles sont assemblées, et que là où il y a plus de sages, il y ait aussi moins de sagesse. Les grands corps s'attachent toujours si fort aux minuties, aux formalités, aux vains usages, que l'essentiel ne va jamais qu'après.
Montesquieu ; Les lettres persanes (1721)
J'aime les maisons où je puis me tirer d'affaire avec mon esprit de tous les jours.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
La politique est une lime sourde qui use et qui parvient lentement à sa fin.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
La tyrannie est toujours faible et lente dans ses commencements comme elle est prompte et vive dans sa fin. Elle ne montre d'abord qu'une main pour secourir, et elle opprime ensuite avec une infinité de bras.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
Heureux celui qui, connaissant tout le prix d'une vie douce et tranquille, repose son cœur au milieu de sa famille, et ne veut connaître d'autre terre, que celle qui lui a donné le jour !
Montesquieu ; Les lettres persanes (1721)
Les grandes vertus se cachent ou se perdent ordinairement dans la servitude.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Il n'y a rien de si difficile que de faire l'amour avec de l'esprit ; moi je dis qu'il est encore plus difficile de faire l'amour avec le cœur.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
La propreté est l'image de la netteté de l'âme.
Montesquieu ; Les lettres persanes (1721)
Il y a trois tribunaux qui ne sont presque jamais d'accord : celui des lois, celui de la religion et celui de l'honneur.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
De deux mauvais partis, l'un est meilleur que l'autre.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Il n'y a pas de gens plus méprisables que les petits esprits, et les grands sans probité.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
L'argent est très estimable, quand on le méprise.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Les hommes flottent sans cesse entre de fausses espérances et des craintes ridicules.
Montesquieu ; Les lettres persanes (1721)
Un homme n'est pas pauvre parce qu'il n'a rien, mais parce qu'il ne travaille pas.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Quand on court après l'esprit, on attrape la sottise.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
On ne fait rien de bien que ce qu'on fait librement.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Une famille vertueuse est un vaisseau tenu pendant la tempête par deux ancres, la religion et les mœurs.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
Les hommes s'accommodent presque toujours mieux des milieux que des extrémités.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
Les gens qui veulent toujours enseigner empêchent beaucoup d'apprendre.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
Le gouvernement fait les hommes.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
La monarchie est un état violent qui dégénère toujours en despotisme ou en république.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
En courant après le plaisir, on attrape la douleur.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Lorsque la mort a égalisé les fortunes, une pompe funèbre ne devrait plus les différencier.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Le climat influe sur la disposition habituelle du corps, et par conséquent sur le caractère.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires, celles que l'on peut éluder, la législation.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
Rarement la corruption commence par le peuple.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)