Charles-Louis de Secondat, dit Montesquieu (2)

Les citations célèbres de Montesquieu :

La mort d'un criminel est licite, la loi qui le punit a été faite en sa faveur.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
Les financiers soutiennent l'État, comme la corde soutient le pendu.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Le peuple a toujours la souveraineté d'opinion, jamais celle d'action.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Le bien politique, comme le bien moral, se trouve toujours dans un juste milieu.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
Il ne faut pas faire par les lois ce que l'on peut faire par les mœurs.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
On apprend à bien écrire qu'en lisant les meilleurs auteurs.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
On renonce à ses erreurs le plus tard que l'on peut.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
La tristesse vient de la solitude du coeur.
Montesquieu ; Arsace et Isménie (1730)
Il y a plus de constance à user sa chaîne qu'à la rompre.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Une belle action est celle qui a de la bonté, et qui demande de la force pour la faire.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
On n'offense jamais plus les hommes que lorsqu'on choque leurs usages.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Dans la paix se faire le plus de bien, et dans la guerre le moins de mal possible, voilà le droit des gens.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
Le luxe des grands corrompt le peuple dans l'abondance, et l'aigrit dans la misère.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Plus on met de sages ensemble, moins on obtient de sagesse.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
L'on aime mieux ses petits-enfants que ses fils.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Quand l'infortune devient générale dans un pays, l'égoïsme devient universel.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Un flatteur est un esclave qui n'est bon pour aucun maître.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Rire pour rien s'appelle science du monde.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Moins on pense, plus on parle.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Le cœur n'est jamais le cœur que quand il se donne.
Montesquieu ; Arsace et Isménie (1730)
Un homme à qui il manque un talent se dédommage en le méprisant.
Montesquieu ; Les lettres persanes (1721)
L'homme d'esprit sûr de plaire quand il voudra, néglige très souvent de le faire.
Montesquieu ; Les lettres persanes (1721)
La vanité sert mal ceux qui en ont une dose plus forte que nécessaire.
Montesquieu ; Les lettres persanes (1721)
Hommes modestes, venez que je vous embrasse, vous faites la douceur et le charme de la vie.
Montesquieu ; Les lettres persanes (1721)
Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
La médiocrité est un garde-fou.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
Dieu m'a donné du bien, et je me suis donné du superflu.
Montesquieu ; Les pensées et maximes diverses (1717-1755)
L'homme est une créature qui obéit à une créature qui veut.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)
L'extrême obéissance suppose de l'ignorance dans celui qui obéit.
Montesquieu ; De l'esprit des lois (1748)