Victor Cherbuliez

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Victor Cherbuliez

Romancier, journaliste, auteur dramatique, essayiste et critique littéraire français né le 19 juillet 1829 à Genève en Suisse, Victor Cherbuliez est décédé le 1er juillet 1899 à Combs-la-Ville dans le département de la Seine-et-Marne en région Île-de-France à l'âge de 69 ans. Cherbuliez repose au cimetière du Montparnasse à Paris.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Les 85 citations de Victor Cherbuliez :

Les pipes dont on est le plus fier sont celles qu'on ne fume pas.
Victor Cherbuliez ; La ferme du Choquard (1883)

La mort est une halte dans la vie, un temps de jachères, auquel succèdent de nouvelles moissons !
Victor Cherbuliez ; Le comte Kostia (1863)

Le fond de l'amour est une curiosité toujours renaissante et toujours déçue. On se croit à chaque instant sur la voie d'une découverte ; mais en arrivant à la dernière ligne du chapitre, on s'aperçoit qu'on l'avait déjà lu : il n'y avait de changé que la vignette du frontispice.
Victor Cherbuliez ; Le grand œuvre (1867)

Il у a des génies qui, méconnus de leur vivant, ont besoin de quelques années de cercueil pour se faire rendre par un monde ingrat une tardive justice.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

Le plus sceptique des hommes est sceptique en femmes, sceptique en affaires, sceptique en religion.
Victor Cherbuliez ; Noirs et rouges (1881)

Il y a des esprits pénétrants à qui leur pénétration ne sert de rien.
Victor Cherbuliez ; Le prince Vitale (1864)

Un scepticisme précoce démêle trop tôt l'envers de toute chose.
Victor Cherbuliez ; Le fiancé de Mademoiselle Saint-Maur (1876)

Les peines de cœur, c'est une affaire de trois semaines, comme les rhumes.
Victor Cherbuliez ; Le fiancé de Mademoiselle Saint-Maur (1876)

Les embarras du style trahissent parfois les embarras de la conscience.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

Les esclandres produisent toujours des éclaboussures qui rejaillissent sur tout le monde.
Victor Cherbuliez ; Samuel Brohl et compagnie (1877)

La discipline de la volonté est le secret des conquêtes durables et des longs bonheurs.
Victor Cherbuliez ; Meta Holdenis (1873)

Ce n'est pas assez d'attendre l'occasion, il faut la flairer et la guetter.
Victor Cherbuliez ; Les hommes et les choses du temps présent (1883)

On prend son parti de la solitude, mais on ne se fait guère à l'isolement.
Victor Cherbuliez ; Meta Holdenis (1873)

Ce que nous avons de meilleur est souvent la source de nos plus grands embarras.
Victor Cherbuliez ; Meta Holdenis (1873)

La diplomatie est un art qui en comprend quatre : l'art de s'informer, lequel demande des yeux et des oreilles ; l'art de renseigner, dont la première condition est de savoir se mettre à la place des autres ; l'art de conseiller, le plus délicat de tous, et enfin l'art de négocier, où le caractère doit venir en aide à l'esprit.
Victor Cherbuliez ; Meta Holdenis (1873)

Un grain de foi transporte les montagnes.
Victor Cherbuliez ; Le roman d'une honnête femme (1865)

On a beau ne pas s'aimer, on se rencontre quelquefois dans la même pensée.
Victor Cherbuliez ; Meta Holdenis (1873)

Le monde ne convient pas aux cœurs sérieusement occupés, car il est lui-même une occupation et une affaire, et c'est ainsi qu'il faut le prendre quand on veut véritablement s'y plaire. Ceux qui ne lui demandent que d'amuser leur ennui et de les distraire d'eux-mêmes ne tardent pas à s'en lasser ; ses plaisirs sont monotones, ses fêtes se ressemblent toutes : elles tournent toujours dans le même cercle que leur tracent les conventions et la tyrannie de la mode. Une imagination vive trouve plus de ressources dans les circonstances les plus ordinaires de la vie domestique : libre de toute gêne, elle s'en empare pour les varier à l'infini, et se livre au bonheur de faire de rien quelque chose.
Victor Cherbuliez ; Le roman d'une honnête femme (1865)

Le plus grand fléau de notre pauvre espèce, ce sont les idées confuses. Folles ambitions, sottes vanités, tout vient de là. Quiconque voit clair découvre que le bonheur est de vivre au fond d'une retraite avec sa bien-aimée.
Victor Cherbuliez ; Le roman d'une honnête femme (1865)

Je connais des femmes qui mentent ; mais les unes mentent quand elles affirment qu'elles aiment, les autres quand elles soutiennent qu'elles n'aiment pas. Ces dernières méritent votre indulgence. Elles se défendent comme elles peuvent contre l'homme qu'elles redoutent et peut-être contre elles-mêmes. Leurs mensonges sont un bouclier derrière lequel s'abritent leur repentir et leur faiblesse.
Victor Cherbuliez ; Le fiancé de Mademoiselle Saint-Maur (1876)

Il y a des gens qui n'ont que des vertus négatives, mais il y en a qui ne les ont même pas.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

Une tête bien faite vaut mieux qu'une tête bien pleine.
Victor Cherbuliez ; Les hommes et les choses du temps présent (1883)

Comme l'avarice, la jalousie endurcit le cœur.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

Bien des gens continuent de tourner leur meule, mais il ne faut pas leur demander de l'aimer.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

L'orgueil est, selon les cas, un grand stimulant ou un grand empêchement.
Victor Cherbuliez ; Une gageure (1890)