Charles-Guillaume Étienne

Quelques mots sur l'auteur :

Charles-Guillaume Étienne

Auteur dramatique et académicien français né le 5 janvier 1777 à Chamouilley dans le département de la Haute-Marne en région Grand Est, Charles-Guillaume Étienne est décédé à Paris le 13 mars 1845 à l'âge de 67 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Les 19 citations de Charles-Guillaume Étienne :

Le plus faible est toujours celui que l'on accable.
Charles-Guillaume Étienne ; Les deux gendres, le 11 août 1810.

Entre les deux, mon cœur balance.
Charles-Guillaume Étienne ; Maximes et réflexions (1845)

Brillante de beauté, de grâces, de jeunesse, pour vous plaire, on accourt, on s'empresse.
Charles-Guillaume Étienne ; L'Intrigante, I, 9, le 6 mars 1813.

On est jamais servi si bien que par soi-même.
Charles-Guillaume Étienne ; Bruis et Palaprat, I, 2, le 28 novembre 1807.

Le plus beau des discours ne vaut pas une aumône, et quand un malheureux vient vous tendre la main, laissez-là tous vos écrits, et donnez-lui du pain.
Charles-Guillaume Étienne ; Les deux gendres, le 11 août 1810.

C'est l'opinion qui gouverne le monde.
Charles-Guillaume Étienne ; Les deux gendres, le 11 août 1810.

On ne refuse rien à l'épouse qu'on aime.
Charles-Guillaume Étienne ; L'Intrigante, I, 9, le 6 mars 1813.

Tous les cœurs bien nés chérissent la patrie.
Charles-Guillaume Étienne ; L'Intrigante, I, 1, le 6 mars 1813.

On pense, on pense encore à celle qu'on adore, et l'on revient toujours à ses premiers amours.
Charles-Guillaume Étienne ; Joconde ou les Coureurs d'aventures, III, 1 (1814)

Ah ! d'une ardeur sincère le temps ne peut distraire, et nos plus doux plaisirs sont dans nos souvenirs.
Charles-Guillaume Étienne ; Joconde ou les Coureurs d'aventures, III, 1 (1814)

On passe à la fortune un peu d'impertinence.
Charles-Guillaume Étienne ; Les deux gendres, le 11 août 1810.

On devient infidèle, on court de belle en belle, mais on revient toujours à ses premiers amours.
Charles-Guillaume Étienne ; Joconde ou les Coureurs d'aventures, III, 1 (1814)

La paix du cœur, voilà ce qu'il faut écrire : je n'attends rien de bon d'un auteur qui soupire.
Charles-Guillaume Étienne ; Bruis et Palaprat, I, 4, le 28 novembre 1807.

L'important c'est d'avoir de très bons revenus, avec eux les défauts sont presque des vertus.
Charles-Guillaume Étienne ; Les deux gendres, le 11 août 1810.

On est parfois puni de sa délicatesse.
Charles-Guillaume Étienne ; Les plaideurs sans procès, III, 11, le 29 octobre 1821.

Le désir de briller, l'amour de la parure, font taire dans un cœur la voix de la nature.
Charles-Guillaume Étienne ; Les deux gendres, le 11 août 1810.

L'esprit est modéré quand le cœur est paisible.
Charles-Guillaume Étienne ; Les plaideurs sans procès, II, 12, le 29 octobre 1821.

Ah ! grand Dieu qu'un vieillard est chagrin et grondeur !
Charles-Guillaume Étienne ; Les deux gendres, le 11 août 1810.

Lorsque l'usage exige, il faut s'y conformer.
Charles-Guillaume Étienne ; Les deux gendres, le 11 août 1810.