Ferdinando Galiani, dit l'abbé Galiani

Quelques mots sur l'auteur :

Ferdinando Galiani

Économiste italien né le 2 décembre 1728 à Chieti dans la région Abruzzes en Italie méridionale, Ferdinando Galiani, dit l'abbé Galiani, est décédé à Naples le 30 octobre 1787 à l'âge de 58 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 43 citations de Ferdinando Galiani :

C'est bien fou de se tourmenter d'avance pour s'accoutumer à ne pas souffrir de tourments. C'est le secret de celui qui se cachait dans l'eau crainte de la pluie.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 27 février 1773.

La vieillesse des gens qui pensent est de dix ans plus courte que celle des gens qui végètent.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 16 janvier 1773.

La vieillesse des gens qui pensent est de dix ans plus courte que celle des gens qui végètent.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 16 janvier 1773.

Quand je serai mort, mourez à votre aise et sans vous presser, je n'en saurai rien. Adieu.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 9 janvier 1773.

Un impôt une fois mis en place est éternel.
Ferdinando Galiani ; Maximes et pensées (1787)

On n'a d'attachement à la vie d'autrui qu'en proportion de l'attachement qu'on a à la sienne.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 5 septembre 1772.

On n'est attaché à la vie qu'en proportion des plaisirs qu'elle nous cause.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 5 septembre 1772.

Accoucher d'une fille, cela vaut mieux que rien !
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 6 juin 1772.

L'admiration est un sentiment pour lequel nous avons du goût et du penchant : il ne nous révolte point, il nous plaît même beaucoup trop. Ainsi les hommes estiment moins qu'il ne faudrait, et admirent les autres plus qu'il ne faudrait.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 23 mai 1772.

On ne sait rien des vieilles choses dans une ville où l'on n'aime que les nouveautés.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 9 mai 1772.

Tel est l'homme : toujours diaphane, il croit être quelque chose en soi-même, il n'est rien qu’une transparence.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 25 avril 1772.

Si vous avez un vin anti-ennuyeux envoyez-le moi vite, c'est là le secret qui peut me sauver la vie, car je m'ennuie à périr.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 28 mars 1772.

Le fanatisme est le père et le fils de la barbarie ; il en est enfanté, et il la nourrit ensuite.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 28 mars 1772.

Un monstre gai vaut mieux qu'un sentimental ennuyeux.
Ferdinando Galiani ; Lettre à M. Suard, le 30 juin 1770.

La femme est un animal naturellement faible et malade.
Ferdinando Galiani ; Les femmes, Dialogue (1772)

Le sublime oratoire, c'est l'art de tout dire dans un pays où il est défendu de dire.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 24 septembre 1774.

Certaines morts ne sont que des absences dont nous aurions tort de s'en affliger.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 3 juillet 1773.

La tolérance et l'amour des hommes ne sauraient parvenir à être universels sur toute la terre.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 27 mars 1773.

On est de la même famille lorsqu'on s'entend bien.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 27 mars 1773.

Quand les hommes se ressemblent, ils s'aiment.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 27 mars 1773.

Le sort est un enfant gâté qui touche à tout, et casse bien souvent tout ce qu'il touche.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 27 février 1773.

On a des sauf-conduits contre les menaces ; on n'en a pas contre les prières.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 13 février 1773.

On ne dépayse pas les chefs-d'œuvre d'une langue ; on peut dépayser les chefs-d'œuvre du génie.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 27 février 1773.

On est ce qu'on doit être.
Ferdinando Galiani ; Les femmes, Dialogue (1772)

L'orgueil de l'esprit est plus fort en nous que le contentement du cœur.
Ferdinando Galiani ; Lettre à Louise d'Épinay, le 3 septembre 1774.