Wilhelm Albert Wlodzimierz Apolinary de Kostrowicki

Notre citation favorite :

La citation favorite

Guillaume Apollinaire a dit :
La beauté n'est la plupart du temps que la simplicité.

Les 37 citations de Guillaume Apollinaire :

Il est des loups de toute sorte je connais le plus inhumain, mon cœur que le diable l'emporte et qu'il le dépose à sa porte n'est plus qu'un jouet dans sa main.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, C'est Lou qu'on la nommait (1918)

Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Nuit rhénane (1913)

Quand on a le temps, on a la liberté.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Les fenêtres (1918)

Où va le pâle sourire de la lune qui me regarde écrire.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Veille (1918)

Le galop bleu des souvenances traverse les lilas des yeux, et les canons des indolences tirent mes songes vers les cieux.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Reconnaissance (1918)

De l'illimité et de l'avenir, pitié pour nos erreurs, pitié pour nos péchés.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, La jolie rousse (1918)

La beauté n'est la plupart du temps que la simplicité.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Chant de l'honneur (1915)

Nous lirons dans le même lit, au livre de ton corps lui-même, nous lirons le charmant poème des grâces de ton corps joli.
Guillaume Apollinaire ; Ombre à mon amour, Rêverie sur ta venue (1955)

On imagine difficilement à quel point le succès rend les gens stupides.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, La victoire (1918)

Les feuilles qu'on foule, un train qui roule, la vie s'écoule.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Automne malade (1913)

Ô bouches l'homme est à la recherche d'un nouveau langage auquel le grammairien d'aucune langue n'aura rien à dire.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, La victoire (1918)

Le pré est vénéneux mais joli en automne les vaches y paissant, lentement s'empoisonnent.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Les colchiques (1913)

Incertitude, ô mes délices, vous et moi nous nous en allons comme s'en vont les écrevisses, à reculons, à reculons.
Guillaume Apollinaire ; Le Bestiaire ou cortège d'Orphée (1911)

Les grands hommes qui n'ont pas leur statue sont légion.
Guillaume Apollinaire ; L'inventeur de la gomme à effacer (1909)

Douce poésie ! le plus beau des arts ! Toi qui, suscitant en nous le pouvoir créateur, nous met tout proches de la divinité.
Guillaume Apollinaire ; La femme assise (1914)

Lou si je meurs là-bas souvenir qu'on oublie, souviens-t'en quelquefois aux instants de folie de jeunesse et d'amour et d'éclatante ardeur, mon sang c'est la fontaine ardente du bonheur, et sois la plus heureuse étant la plus jolie.
Guillaume Apollinaire ; Poèmes à Lou, Si je mourais là-bas (1915)

Si je mourais là-bas sur le front de l'armée tu pleurerais un jour ô Lou ma bien-aimée, et puis mon souvenir s'éteindrait comme meurt un obus éclatant sur le front de l'armée, un bel obus semblable aux mimosas en fleur.
Guillaume Apollinaire ; Poèmes à Lou, Si je mourais là-bas (1915)

J'ai cueilli ce brin de bruyère, l'automne est morte souviens-t'en, nous ne nous verrons plus sur terre, odeur du temps Brin de bruyère et souviens-toi que je t'attends.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, L'adieu (1913)

Que lentement passent les heures, comme passe un enterrement. Tu pleureras l'heure où tu pleures, qui passera trop vitement, comme passent toutes les heures.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, À la santé (1913)

O ma jeunesse abandonnée comme une guirlande fanée voici que s'en vient la saison des regrets et de la raison.
Guillaume Apollinaire ; Vitam impendere amori (1917)

Le fleuve est pareil à ma peine il s'écoule et ne tarit pas, quand donc finira la semaine.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Marie (1913)

L'honneur tient souvent à l'heure que marque la pendule.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Lundi rue Christine (1918)

On peut être poète dans tous les domaines : Il suffit que l'on soit aventureux et que l'on aille à la découverte.
Guillaume Apollinaire ; Vitam impendere amori (1917)

L'art, de plus en plus, aura une patrie.
Guillaume Apollinaire ; Vitam impendere amori (1917)

Qui oserait dire que, pour ceux qui sont dignes de la joie, ce qui est nouveau ne soit pas beau ?
Guillaume Apollinaire ; Vitam impendere amori (1917)

Il est grand temps de rallumer les étoiles.
Guillaume Apollinaire ; Les mamelles de Tirésias (1917)

Faut-il qu'il m'en souvienne, la joie venait toujours après la peine.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Le pont Mirabeau (1913)

Passent les jours et passent les semaines, ni temps passé ni les amours reviennent.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Le pont Mirabeau (1913)

Tous les hommes aiment avant tout la lumière, ils ont inventé le feu.
Guillaume Apollinaire ; Les peintres cubistes (1913)

Un Picasso étudie un objet comme un chirurgien dissèque un cadavre.
Guillaume Apollinaire ; Les peintres cubistes (1913)

On ne peut pas transporter partout le cadavre de son père.
Guillaume Apollinaire ; Les peintres cubistes (1913)

Avant tout, les artistes sont des hommes qui veulent devenir inhumains.
Guillaume Apollinaire ; Les peintres cubistes (1913)

Vienne la nuit sonne l'heure, les jours s'en vont je demeure.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Le pont Mirabeau (1913)

Comme la vie est lente, et comme l'espérance est violente.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Le pont Mirabeau (1913)

Ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Les colchiques (1913)

Je chante la joie d'errer et le plaisir d'en mourir.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Le musicien de Saint-Merry (1918)