Guillaume Apollinaire

Quelques mots sur l'auteur :

Guillaume Apollinaire

Critique et théoricien d'art, écrivain et poète français né le 26 août 1880 à Rome en Italie, Guillaume Apollinaire est décédé à l'âge de 38 ans le 9 novembre 1918 à Paris de la grippe espagnole. Déclaré mort pour la France en raison de son engagement durant la guerre, Apollinaire repose au cimetière du Père-Lachaise.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 45 citations de Guillaume Apollinaire :

Mes amours d'un instant valent des amours d'un siècle.
Guillaume Apollinaire ; L'hérésiarque et cie (1910)

Je ne puis refuser mon cœur à tout ce que je vois d'aimable, et dès qu'un beau visage me le demande, si j'en avais dix mille, je les donnerais tous. Les inclinations naissantes, après tout, ont des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l'amour est dans le changement. On goûte une douceur extrême à séduire par cent hommages le cœur d'une jeune beauté ; à voir de jour en jour les petits progrès qu'on y fait ; à combattre par des transports, des larmes et des soupirs l'innocente pudeur qui a peine à rendre les armes.
Guillaume Apollinaire ; Les Trois Don Juan (1915)

Il n'est d'important en amour que le premier contact avec la femme... et le dernier.
Guillaume Apollinaire ; Les Trois Don Juan (1915)

Passent les jours et passent les semaines, ni temps passé ni les amours reviennent.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Le pont Mirabeau (1913)

Ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Les colchiques (1913)

Vienne la nuit sonne l'heure, les jours s'en vont je demeure.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Le pont Mirabeau (1913)

Nous passerons de doux dimanches, plus doux que n'est le chocolat, jouant tous deux au jeu des hanches : le soir, j'en serai raplapla.
Guillaume Apollinaire ; Ombre à mon amour, Rêverie sur ta venue (1955)

Les feuilles qu'on foule, un train qui roule, la vie s'écoule.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Automne malade (1913)

Je chante la joie d'errer et le plaisir d'en mourir.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Le musicien de Saint-Merry (1918)

J'ai souvent rêvé, que, pendant mon sommeil, un serpent se réfugiait dans mon sein pour s'y réchauffer. Éperdu d'horreur et de crainte par le contact de ses écailles glacées, je voulais le rejeter loin de moi. Mais il était si beau, il me regardait avec des yeux si doux et si tristes que je n'avais plus le courage de m'en défaire. Alors il se mettait à siffler langoureusement, comme pour me remercier, et je me rendormais le cœur attendri et troublé.
Guillaume Apollinaire ; Les Trois Don Juan (1915)

Faut-il qu'il m'en souvienne, la joie venait toujours après la peine.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Le pont Mirabeau (1913)

Il est des loups de toute sorte je connais le plus inhumain, mon cœur que le diable l'emporte et qu'il le dépose à sa porte n'est plus qu'un jouet dans sa main.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, C'est Lou qu'on la nommait (1918)

Pour moi, la beauté me ravit partout où je la trouve, et je cède facilement à cette douce violence qui nous entraîne. J'ai beau être engagé, l'amour que j'ai pour une belle n'engage point mon âme à faire injustice aux autres ; je conserve des yeux pour voir le mérite de toutes et rends à chacune les hommages et les tributs où la nature nous oblige.
Guillaume Apollinaire ; Les Trois Don Juan (1915)

Les hommes ne se séparent de rien sans regret, et même les lieux, les choses et les gens qui les rendirent le plus malheureux, ils ne les abandonnent point sans douleur.
Guillaume Apollinaire ; Le flâneur des deux rives (1918)

Mademoiselle, je ne vous ai pas plutôt aperçue que, fou d'amour, j'ai senti mes organes génitaux se tendre vers votre beauté souveraine, et je me suis trouvé plus échauffé que si j'avais bu un verre de raki.
Guillaume Apollinaire ; Les onze mille verges (1907)

Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Nuit rhénane (1913)

Quand on a le temps, on a la liberté.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Les fenêtres (1918)

Où va le pâle sourire de la lune qui me regarde écrire.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Veille (1918)

Le galop bleu des souvenances traverse les lilas des yeux, et les canons des indolences tirent mes songes vers les cieux.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Reconnaissance (1918)

De l'illimité et de l'avenir, pitié pour nos erreurs, pitié pour nos péchés.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, La jolie rousse (1918)

La beauté n'est la plupart du temps que la simplicité.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, Chant de l'honneur (1915)

Nous lirons dans le même lit, au livre de ton corps lui-même, nous lirons le charmant poème des grâces de ton corps joli.
Guillaume Apollinaire ; Ombre à mon amour, Rêverie sur ta venue (1955)

On imagine difficilement à quel point le succès rend les gens stupides.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, La victoire (1918)

Ô bouches l'homme est à la recherche d'un nouveau langage auquel le grammairien d'aucune langue n'aura rien à dire.
Guillaume Apollinaire ; Calligrammes, La victoire (1918)

Le pré est vénéneux mais joli en automne les vaches y paissant, lentement s'empoisonnent.
Guillaume Apollinaire ; Alcools, Les colchiques (1913)