Gustave Flaubert

Quelques mots sur l'auteur :

Gustave Flaubert

Écrivain français né le 12 décembre 1821 à Rouen dans la Seine-Martime, Gustave Flaubert est mort foudroyé par une hémorragie cérébrale, à Croisset au hameau de Canteleu, le 8 mai 1880. Flaubert repose depuis le 11 mai 1880 au cimetière monumental de Rouen.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 89 citations de Gustave Flaubert :

La contemplation d'une femme nue me fait rêver à son squelette.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet, le 8 août 1846.

Le meilleur de la vie se passe à dire : « Il est trop tôt », puis : « Il est trop tard ».
Gustave Flaubert ; Lettre à Jules Duplan (1857)

Je t'aime avec les restes de mon cœur que d'autres amours ont dévoré jusqu'au dernier fil.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet, le 11 juin 1847.

Rien de plus triste qu'un cœur isolé qui n'a pour habitants que des ennuis et des chagrins.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet, le 11 juin 1847.

Aimer, c'est s'unir avec un mélange de tendresse et de plaisir, se voir avec charme.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet, le 30 avril 1847.

Aimer, c'est avoir une préoccupation exclusive de l'être aimé, ne vivre que par lui, ne voir que lui au monde, être plein de son idée, en avoir le cœur comblé, sentir enfin que votre vie est liée à la vie de l'être aimé.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet, le 30 avril 1847.

La patrie est comme la famille, on n'en sent bien le prix que lorsqu'on n'en a plus.
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 28 avril 1847.

Ce ne sont pas les grands malheurs qui font le malheur, ni les grands bonheurs qui font le bonheur, mais c'est le tissu fin et imperceptible de mille circonstances banales, de mille détails ténus qui composent toute une vie de calme radieux, ou d'agitation infernale.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet, le 20 mars 1847.

Un vieil aplomb moral à lui seul vaut tout le reste, il console de tout quand on n'a plus rien.
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 23 février 1847.

L'homme est une si triste machine qu'une paille mise dans le rouage suffit pour l'arrêter.
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 23 février 1847.

Le cœur de l'homme est encore plus variable que les saisons, tour à tour plus froid que l'hiver et plus brûlant que l'été. Si ses fleurs ne renaissent pas, ses neiges reviennent souvent par bourrasques lamentables ; ça tombe ! ça tombe ! ça couvre tout de blancheur et de tristesse, et quand le dégel arrive, c'est encore plus sale !
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet (1847)

Mon cœur, où ont cuvé dans la solitude, les passions, les fantaisies et les rêves d'un autre monde, de sorte qu'il est maintenant bosselé et tordu comme de la vaisselle hors de service, et qu'on aura beau l'essuyer et le rincer, toujours il aura la froide odeur de tout ce qu'on y a mangé autrefois.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet (1847)

Il y a des gens qui ont le cœur tendre, et l'esprit dur.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet (1847)

Je fréquente quelquefois des gens qui m'ont volé et calomnié, et je leur fais aussi bonne mine qu'à d'autres, parce que, dans le fond, je les aime tout autant, ou tout aussi peu que d'autres.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet (1847)

L'amour, c'est un lit où l'on met son cœur pour le détendre.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet (1847)

Quand on s'aime, on peut passer dix ans sans se voir et sans en souffrir.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet (1846)

L'avenir est ce qu'il y a de pire dans le présent. Et tous, vous n'aurez comme les autres que de l'ennui pendant votre vie, et une tombe après la mort, et la pourriture pour l'éternité.
Gustave Flaubert ; Pensées (1915)

As-tu quelquefois voulu être petit oiseau ? nous volerions ensemble, ça doit être si doux de faire l'amour dans l'air ! les vents vous poussent, les nuages vous entourent.
Gustave Flaubert ; Œuvres de jeunesse inédites (1910)

Il y a des moments où l'on croit que l'avenir touche au ciel et qu'on va le prendre avec la main, – crac, une plaine, – un vallon qui descend, et l'on court toujours, emporté par soi-même, pour se briser le nez sur un caillou, s'enfoncer les pieds dans la merde ou tomber dans une fosse.
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 19 janvier 1840.

Ô l'avenir, horizon rose aux formes superbes, aux nuages d'or, où votre pensée vous caresse, où le coeur part en extase et qui, à mesure qu'on s'avance, comme l'horizon, recule, recule et s'en va !
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 19 janvier 1840.

Un cœur est une richesse qui ne se vend pas, qui ne s'achète pas, mais qui se donne.
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 19 janvier 1840.

La femme est un animal vulgaire dont l'homme s'est fait un trop bel idéal.
Gustave Flaubert ; Lettre à Ernest Chevalier, le 28 mars 1841.

La forme est la chair même de la pensée, comme la pensée est l'âme de la vie.
Gustave Flaubert ; Mémoires d'un fou (1838)

Rien n'est humiliant comme de voir les sots réussir dans les entreprises où l'on échoue.
Gustave Flaubert ; L'éducation sentimentale (1869)

Le moyen de vivre avec sérénité et au grand air, c'est de se fixer sur une pyramide quelconque, n'importe laquelle, pourvu qu'elle soit élevée et la base solide. Ah ! ce n'est pas toujours amusant et l'on est tout seul ; mais on se console en crachant d'en haut.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louise Colet, le 30 mai 1852.