Émile Édouard Charles Antoine Zola

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Émile Zola
Écrivain et journaliste français né le 2 avril 1840 dans les Yvelines, Émile Zola est mort dans sa ville natale le 29 septembre 1902. Il décède à 10h du matin dans son appartement de la rue de Bruxelles, et repose au cimetière du Montparnasse situé dans le 14e arrondissement de Paris. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Ce dictionnaire vous propose 68 citations de Émile Zola :

Le joli sourire d'une fillette mûrit trop vite.
Émile Zola ; Une campagne (1880)
Je m'arrange comme il me plaît, et très bien sans doute, puisqu'on m'aime telle que je suis.
Émile Zola ; La série des trois villes, Paris( 1898)
On arrange bien des choses avec de l'argent !
Émile Zola ; La série des trois villes, Paris( 1898)
Aimez, faites le bien, et vous aurez toute une vie heureuse devant vous !
Émile Zola ; Les mystères de Marseille (1867)
Le travail doit être à lui seul une raison d'être sociale, et la juste et heureuse société de demain n'est que dans la réorganisation du travail, qui seule permettra une équitable répartition de la richesse.
Émile Zola ; Le travail (1901)
Les vérités de la science se transmettent, s'accroissent toujours, font toujours plus de lumière et plus de certitude. Le recul d'un siècle ne compte pas, la marche en avant reprend quand même, l'humanité va au savoir, malgré les obstacles. Objecter qu'on ne saura jamais tout est une sottise, il s'agit de savoir le plus possible, pour arriver au plus de bonheur possible.
Émile Zola ; Le travail (1901)
Aimez-vous les uns les autres, c'est la morale de notre divin maître Jésus. Seulement, il a dit aussi que le bonheur n'était pas de ce monde, et c'est une folie coupable que de vouloir réaliser sur cette terre le royaume de Dieu, qui est au ciel.
Émile Zola ; Le travail (1901)
Le plus de bonheur possible de chacun est dans le plus de bonheur réalisé de tous.
Émile Zola ; Le travail (1901)
L'enfant est un jeune arbre qu'il faut redresser et corriger.
Émile Zola ; Le travail (1901)
La presse est une force nécessaire ; je crois en somme qu'elle fait plus de bien que de mal. Mais certains journaux n'en sont pas moins les coupables, affolant les uns, terrorisant les autres ; vivant de scandales pour tripler leur vente.
Émile Zola ; L'affaire Dreyfus, la vérité en marche (1901)
Qui dit discipline dit obéissance.
Émile Zola ; L'affaire Dreyfus, la vérité en marche (1901)
Dans les partis politiques, il y a ce qu'on appelle la discipline. C'est une arme puissante, mais c'est une laide chose. Dans les lettres, heureusement, la discipline ne saurait exister, surtout à notre époque de production individuelle. Si un homme politique a besoin de grouper autour de lui une majorité qui l'appui, et sans laquelle d'ailleurs il ne serait pas, l'écrivain existe par lui-même, en dehors du public ; ses livres peuvent ne pas se vendre, ils sont, ils auront un jour le succès qu'ils doivent avoir. C'est pourquoi l'écrivain, que ses conditions d'existence ne forcent pas à la discipline, est particulièrement bien placé pour juger l'homme politique. Il reste supérieur à l'actualité, il ne parle pas sous la pression de certains faits, ni dans le but d'un certain résultat ; il lui est permis, en un mot, d'être seul de son avis, parce qu'il ne fait pas corps avec un groupe et qu'il peut tout dire, sans déranger sa vie ni risquer sa fortune.
Émile Zola ; Le roman expérimental (1880)
C'est l'impatience du but qui perd notre génération fiévreuse.
Émile Zola ; Correspondance (1858-1871)
Mieux vaut se traîner sur le dos que de souhaiter pour matelas la peau d'une coquine.
Émile Zola ; La faute de l'abbé Mouret (1875)
Une école n'est jamais qu'une halte dans la marche de l'art.
Émile Zola ; Mes haines (1866)
Une œuvre d'art est un coin de la création vu à travers un tempérament.
Émile Zola ; Mes haines, Proudhom et Courbet, I (1866)
C'est violer le secret de nos tendresses que de confier nos causeries.
Émile Zola ; Contes à Ninon, À Ninon (1864)
Rien ne développe l'intelligence comme les voyages.
Émile Zola ; Aventures du grand Sidoine (1864)
Les opinions pèsent si peu devant la toute puissance des faits !
Émile Zola ; Correspondance (1887-1890)
Bonne année, ma Jeanne adorée ! bonne année, ma chère petite Denise ! bonne année, mon cher petit Jacques ! Vous êtes mes trois trésors précieux et je vous envoie tout mon cœur, pour que vous le partagiez vous-même en trois. Faisons des vœux pour que les jours et les semaines passent vite, et pour que nous soyons réunis, afin de reprendre notre existence paisible qui nous semblera d'autant meilleure. Et des baisers encore, et des baisers toujours, toute une moisson de baisers.
Émile Zola ; Lettre à Jeanne Rozerot, le 29 décembre 1898.
Le travail est la vie elle-même, et la vie est un continuel travail.
Émile Zola ; Le travail (1901)
L'injustice sociale sème la haine éternelle, récolte l'universelle souffrance.
Émile Zola ; Le travail (1901)
Mille baisers sur tes beaux yeux.
Émile Zola ; Nana (1880)
Jeunesse ! sois humaine, sois généreuse. Si même nous nous trompons, sois avec nous, lorsque nous disons qu'un innocent subit une peine effroyable, et que notre cœur révolté s'en brise d'angoisse.
Émile Zola ; La vérité en marche, Lettre à la jeunesse (1901)
On dit ce qu'on fait, quand on n'a rien à cacher !
Émile Zola ; La faute de l'abbé Mouret (1875)
Ce n'est là que la santé des êtres, une bonne hygiène pour bien vivre.
Émile Zola ; Le travail (1901)
Dormir toujours, que cela doit être bon, quand on n'a plus rien en soi qui vaut le plaisir de veiller !
Émile Zola ; Pour une nuit d'amour (1898)
On veut toujours tuer les gens quand on se bat ; seulement, on ne les tue jamais, parce que les gens morts sont trop gênants.
Émile Zola ; Pour une nuit d'amour (1898)
Quand on s'aime dans le crime, on doit s'aimer d'une passion dont les os craquent.
Émile Zola ; Pour une nuit d'amour (1898)
Baiser qui donne la vie, baiser qui donne la mort, éternelle flamme faite d'anéantissement et de renaissance.
Émile Zola ; Poèmes lyriques (1881)