Jean-François Collin d'Harleville

Notre citation favorite :

La citation favorite

Jean-François Collin d'Harleville a dit :
Toujours une âme tendre est tant soit peu jalouse.

Les 48 citations de Jean-François Collin d'Harleville :

Nos goût formés dès nos plus jeunes ans, sont souvent nos plus doux penchants.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, III, 2 (1796)

Soyez toujours honnête et raisonnable, la vie vous sera très agréable.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, I, 6 (1792)

Quand on sent que l'on plaît, on en est plus aimable.
Jean-François Collin d'Harleville ; Châteaux en Espagne (1789)

Impossible est un mot que je ne dis jamais.
Jean-François Collin d'Harleville ; Malice pour malice (1794)

Les premiers amours ne s'effacent jamais.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, III, 5 (1796)

Notre meilleur ami, c'est encore le travail.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les mœurs du jour, I, 4 (1800)

Toujours un peu de crainte est jointe à l'espérance.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, III, 2 (1796)

La célébrité ne vaut pas le bonheur.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, II, 3 (1796)

C'est le travail seul qui produit les chefs-d'œuvre.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, I, 3 (1796)

Avant de parler, il faut savoir penser.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, I, 1 (1796)

L'honneur me défend, de faire violence au cœur de mon enfant.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XVI (1791)

Chacun de son affaire, il se faut occuper.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XV (1791)

Mieux vaut ne pas manger, que manger à demi.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XV (1791)

Il faut faire à loisir ce que l'on fait.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XV (1791)

Chacun à son goût, point de dispute.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XIV (1791)

La sincérité semble embellir encore une jeune beauté.
Jean-François Collin d'Harleville ; Malice pour malice, II, 8 (1794)

L'art de flatter est vieux comme le monde.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, IV (1791)

En flatteurs caressés, cet univers abonde.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, IV (1791)

Le plus trompeur souvent est facile à tromper.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XIII (1791)

Chacun a ses embarras, ses peines ; et moi qui vous parle, j'ai moi-même les miennes.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, III, 4 (1792)

Chacun est dans ce monde heureux à sa manière.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, II, 2 (1792)

Pour se soustraire à une servitude, souvent on en rencontre une encore plus rude.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, I, 8 (1792)

Laissez le passé, voyez le présent, et surtout l'avenir.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, I, 2 (1792)

Pour se préparer une heureuse vieillesse, il faut à ses doux nœuds consacrer sa jeunesse.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, I, 8 (1792)

On se marie, on a des enfants, et on amasse ; et si l'on meurt, on sait où le bien passe.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, II, 7 (1792)

Pour un vieux garçon, il n'est point d'avenir.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, II, 1 (1792)

On aime à se vanter de ce qui nous honore.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'optimiste, V, 6 (1788)

Il faut se défier toujours de son rival.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'inconstant, III, 4 (1780)

Le pauvre, lui-même, est riche en espérance.
Jean-François Collin d'Harleville ; Châteaux en Espagne (1789)

Le devoir d'une femme est dans la complaisance.
Jean-François Collin d'Harleville ; Châteaux en Espagne (1789)

L'exemple est le plus grand de tous les séducteurs.
Jean-François Collin d'Harleville ; Mœurs du jour, II, 5 (1800)

On ne condamne point les gens sans les entendre.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, V, 5 (1792)

La vérité n'est qu'une, et n'a qu'un seul langage.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, V, 7 (1792)

Qui craint qu'on ne le trompe est lui-même un trompeur.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XI (1791)

Dans la vie humaine, le bonheur, tôt ou tard, fait oublier la peine.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'optimiste, 5, 13 (1788)

Les vrais trésors : la paix, le travail, la santé.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'optimiste, IV, 5 (1788)

La santé peut paraître à la longue un peu fade ; il faut, pour la sentir, avoir été malade.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'optimiste, I, 7 (1788).

Il faut aimer les gens, non pour soi, mais pour eux.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'optimiste, V, 2 (1788)

Quelquefois dans la vie il faut que l'on s'égare.
Jean-François Collin d'Harleville ; Châteaux en Espagne (1789)

Toujours une âme tendre est tant soit peu jalouse.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac (1791)

À l'amitié, il n'est rien d'impossible.
Jean-François Collin d'Harleville ; Châteaux en Espagne (1789)

Le charme de la vie est dans la confiance.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'optimiste, II, 4 (1788)

Dans un ménage, il faut de petites querelles.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'optimiste, III, 5 (1788)

La vieillesse, c'est l'âge du repos, celui des souvenirs.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'optimiste, III, 9 (1788)

Heureux âge ! à seize ans on n'a point de souci : tout plaît.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'optimiste, I, 3 (1788)

Le ciel bénit toujours les nombreuses familles.
Jean-François Collin d'Harleville ; Châteaux en Espagne (1789)

On peut être honnête homme, et fort mauvais époux.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, III, 4 (1793)

La constance n'est point la vertu d'un mortel, et pour être constant, il faut être éternel.
Jean-François Collin d'Harleville ; L'inconstant, I, 10 (1780)