Jean-François Marmontel

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Jean-François Marmontel

Poète, dramaturge et philosophe français né le 11 juillet 1723 à Bort-les-Orgues dans le Limousin, Jean-François Marmontel est décédé le 31 décembre 1799 à Saint-Aubin-sur-Gaillon, ville située en Haute-Normandie. Élu à l'Académie française le 24 novembre 1763, il fut également élu secrétaire perpétuel, le dernier de l'ancienne Académie, le 27 novembre 1783.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 95 citations de Jean-François Marmontel :

Tout n'est qu'erreur ou vice, hors des limites de la raison.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

La richesse et le luxe engendre la mollesse.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

On peut tout sur un cœur qu'à son gré l'on enflamme.
Jean-François Marmontel ; Cléopâtre (1750)

L'homme est si vain, qu'il croit que tout est fait pour lui.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Le mien, le tien, seront toujours des sujets de discorde.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Ne croyez pas qu'on aime du soir au lendemain, il faut avoir le cœur pour obtenir la main.
Jean-François Marmontel ; Huron, I, 2 - 1768.

Le luxe engendre et nourrit l'oisiveté.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Entre deux d'amis il n'est rien de plus doux que de se confier ses plaisirs et ses peines.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Le propre de la sottise est un manque perpétuel de convenance et d'à-propos.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

L'oisiveté étouffe les talents, et de plus engendre les vices.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

La fierté prend bien souvent sa source dans la médiocrité.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Les vaniteux, rien ne les éblouit, parce que rien n'est plus haut qu'eux.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Qui ne fait le bien que pour être loué ne mérite point qu'on le loue.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

L'avare est tourmenté d'une soif qu'il ne peut éteindre.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Une âme honnête si elle a des torts, ne saurait être en paix avec elle-même.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Personne ne voudrait changer son existence, à condition d'y tout changer.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

La franchise est louable, mais elle a souvent ses excès.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

L'homme est si vain qu'on ne saurait lui plaire à moins de le flatter.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

On ne peut se passer des autres à moins d'être un dieu ou une brute.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

L'héroïsme de la bonté est d'aimer jusqu'à ses ennemis.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Autant les lois sont fortes avec les mœurs, autant les lois sont faibles contre les mœurs.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Mieux vaut vivre seul au monde plutôt que de vivre avec un bouffon.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Conduisez-vous avec les hommes suivant que vous les trouverez dignes d'estime ou de mépris.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

On a peu d'amis lorsqu'on est malheureux, mais le peu qu'on a sont de vrais amis.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)

Tel vous me voyez, tel je suis.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)