Louis Joseph Mabire

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Louis Joseph Mabire

Lexicographe et imprimeur français né le 11 avril 1789 à Angers, Louis Joseph Mabire est décédé le 18 décembre 1853, au 9 rue de La Sourdière, à Paris. Il est l'auteur du Dictionnaire de maximes, publié en 1830, qui contient un grand nombre de proverbes, de citations, de sentences, de pensées, de réflexions, d'adages extraits d'auteurs français et étrangers, et classés par ordre alphabétique.

Les 75 citations de Louis Joseph Mabire :

Qui se repent de bonne foi est plus loin du bien que l'innocent.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Les scrupules sont les vapeurs d'une conscience petite maîtresse.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

L'économie n'est pas une qualité qui brille, mais elle est solide, et elle tient un honnête milieu entre l'avarice et la prodigalité.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

La libéralité ne doit s'étendre que sur les pauvres et non sur les riches : c'est répandre une liqueur que de la verser dans un vase qui en est déjà plein ; le seul moyen de la conserver, c'est de la mettre dans un vase vide.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

L'amour platonique est un non-sens.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

L'orgueil de la femme n'est jamais exempt de vanité.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Ce n'est pas toujours celui qui aime le plus follement qui aime le mieux.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

On n'est jamais trompé en amour que parce que l'on a commencé par se tromper soi-même.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

L'amour est l'imagination du cœur.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Ce que tu fais aux autres bien ou mal, tu dois l'attendre d'eux.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

La beauté est éphémère, elle perd tout en perdant sa fraîcheur.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

À voir la manière dont nous jugeons notre prochain et celle dont il nous juge, il serait à désirer que nous pussions emprunter sa conscience et lui prêter la nôtre.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Entre eux, les hommes s'abrutissent, et les femmes s'aigrissent.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Les faux amis ressemblent à un bonhomme de neige qui fond au moindre rayon du soleil.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire des proverbes arabes (1830)

La vie est un point entre deux éternités.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

La haine suit le jugement, l'antipathie le devance.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Le dédain éclabousse toujours le sot qui le prodigue.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

On improvise des ébauches sans nombre qui remplissent notre vie et ne la décorent pas.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Une jeunesse sans sève surabondante annonce un âge mûr stérile et une vieillesse qui s'assoira sur sa tombe longtemps avant qu'elle soit ouverte.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Il est aisé d'avoir de l'amour-propre lorsqu'on n'a que de l'esprit.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Le bien qu'on fait aujourd'hui fait le bonheur de lendemain.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

On n'est pas digne de plaire à ses amis lorsqu'on ne s'expose jamais à leur déplaire.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

La liberté de jugement nous fait défaut bien plus souvent que le jugement lui-même.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

La réputation excite plus d'envie que la considération, et par cette raison en est moins digne.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)

Il n'est point d'étoffe plus souple que celle du manteau de la religion.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)