Recueil de poésie et de citations ainsi que des proverbes.

Louis Joseph Mabire

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Louis Joseph MabireLexicographe et imprimeur français né le 11 avril 1789 à Angers, Louis Joseph Mabire est décédé le 18 décembre 1853, au 9 rue de La Sourdière, à Paris. Il est l'auteur du Dictionnaire de maximes, publié en 1830, qui contient un grand nombre de proverbes, de citations, de sentences, de pensées, de réflexions, d'adages extraits d'auteurs français et étrangers, et classés par ordre alphabétique.

Les 139 pensées et citations de Louis Joseph Mabire :

N'allons pas emprunter à l'occasion une qualité qui nous manque, c'est un instrument dont nous jouerons toujours faux et gauchement. Soyons ce que nous sommes et soyons le bien.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

L'esprit fait tous les frais d'une pensée fine ; il s'unit à l'imagination dans une pensée ingénieuse, et le sentiment vient en aide à tous deux pour créer une pensée gracieuse.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

La susceptibilité, chez un particulier, n'est qu'un travers ; elle est un vice chez l'homme public qui doit s'estimer assez pour se croire au-dessus de l'épigramme et même de l'injure.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Le cœur a sa paresse, on l'appelle indifférence.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Nous laissons subjuguer notre cœur plus facilement que nos habitudes.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Depuis un siècle la France a essayé de tous les régimes et de tous les remèdes. Elle s'est soumise à tout, l'hygiène exceptée.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

N'attachez qu'une médiocre importance à ces esprits que vous entendez caractériser couramment d'une expression pittoresque : cette étiquette d'un mot couvre tout leur mérite.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Il est des amitiés qui ressemblent à des diamants qui brillent, mais qui n'ont aucune valeur.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

La physionomie de l'expression livre presque toujours le secret de la naissance de la pensée. Si elle se dégage des profondeurs d'une méditation lente et prolongée, la pensée se montre pure, achevée, splendide comme un beau marbre, ou délicate comme un bronze charmant ; échappée å l'inspiration soudaine, elle frappera l'ail de l'intelligence comme l'éclair.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Ne soyons jamais que nous, toujours nous, mais aussi perfectionnés que nous pouvons l'être.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

On admire l'homme dans ses pensées ; on le méprise dans ses desseins et dans ses actions ; on le plaint dans ses remords. On ne le reconnaît plus, quand il se rappelle à lui-même, et qu'il se convertit.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Qui se repent de bonne foi est plus loin du mal que celui qui ne le connut jamais.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Qui n'est pas indulgent s'oublie.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Un jugement sans nuances appelle un plus ample informé.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

J'ai rencontré des esprits si naturels, si vivants, si pleins de grâce et d'éclat, qu'ils m'ont fait éprouver le même enchantement qu'un joli visage.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Les scrupules sont les vapeurs d'une conscience petite maîtresse.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Qui se repent de bonne foi est plus loin du bien que l'innocent.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

L'économie n'est pas une qualité qui brille, mais elle est solide, et elle tient un honnête milieu entre l'avarice et la prodigalité.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

La libéralité ne doit s'étendre que sur les pauvres et non sur les riches : c'est répandre une liqueur que de la verser dans un vase qui en est déjà plein ; le seul moyen de la conserver, c'est de la mettre dans un vase vide.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

J'estime l'intérêt bien entendu à l'égal de l'amour raisonnable. Ces épithètes, qui dénaturent ou nient ce qu'affirment leurs substantifs, en font de francs hypocrites.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Si la religion de l'intérêt remplace un jour la religion de l'abnégation, on y croira.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

L'imagination domine dans la vanité et l'esprit dans l'amour-propre. Plus fin, plus délicat que la vanité, qui est affamée de bruit et d'éclat, l'amour propre, toujours en crainte du ridicule, a recours à toutes les ressources de l'esprit pour cacher ses besoins, ses inquiétudes, ses joies et ses aspirations ; l'orgueil, au contraire, n'a à faire ni d'esprit ni d'imagination ; il est calme, il ne doute pas plus de lui que des autres ; comme l’avare, la contemplation de son trésor lui suffit.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

La générosité après la victoire est le triomphe de l'orgueil. Il monte au Capitole sans haine et sans étonnement ; aussi dédaigneux des acclamations de ses soldats que des bénédictions reconnaissantes des vaincus, il pardonne comme il écrase : pour se satisfaire.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

Hâte-toi de faire ce que tu as à faire, et profite pleinement de tes dernières années.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

On tombe de haut en tombant d'une hauteur d'honnête homme.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

L'homme déifie la femme qu'il aime et canonise celle qu'il épouse.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

La force et la faiblesse séduisent également les femmes.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

L'amour platonique est un non-sens.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

La différence entre le premier et le dernier amour est que nous croyons toujours que le premier est le dernier, et le dernier le premier.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

L'orgueil de la femme n'est jamais exempt de vanité.

Louis Joseph Mabire - Le dictionnaire de maximes (1830)

La liste des auteurs populaires :

Le dictionnaire des meilleurs auteurs français et étrangers »
Top