Les misérables, de Victor Hugo (2)

Les citations de Victor Hugo :

L'indifférence de ces penseurs, c'est là, selon quelques-uns, une philosophie supérieure.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Le premier symptôme de l'amour vrai chez un jeune homme c'est la timidité, chez une jeune fille c'est la hardiesse.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Les bras des mères sont faits de tendresse ; les enfants y dorment profondément.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Une jolie femme est un casus belli ; une jolie femme est un flagrant délit.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Partout où il y a une jolie femme, l'hostilité est ouverte.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Le compliment, c'est quelque chose comme le baiser à travers le voile.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Faire des compliments à celle qu'on aime est la première façon de faire des caresses.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

L'amour est un enfant de six mille ans : L'amour a droit à une longue barbe blanche.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Chacun rêve l'inconnu et l'impossible selon sa nature.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

S'il existe une réalité qui dépasse le rêve, c'est ceci : Vivre.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

La douceur et la profondeur, c'est là toute la femme, c'est là tout le ciel.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Se quereller et se dire vous, uniquement pour mieux se dire tu ensuite.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Devant la volupté le cœur recule, pour mieux aimer.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Aimer remplace presque penser ; l'amour est un ardent oubli du reste.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Aimer, voilà la seule chose qui puisse occuper et remplir l'éternité.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

C'est une terrible chose d'être heureux ! comme on s'en contente ! comme on trouve que cela suffit !
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

La curiosité des amoureux ne va pas très loin au delà de leur amour.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Il y a un Dieu pour ces ivrognes qu'on appelle les amoureux.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Soyez donc amoureux gaiement, que diable !
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Nos amours ont duré toute une semaine, mais que du bonheur les instants sont courts ! S'adorer huit jours, c'était bien la peine, le temps des amours devrait durer toujours.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Une fille d'esprit, c'est possible !
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

La fièvre nourrit le malade et l'amour l'amoureux.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Chacune de nos passions, même l'amour, a un estomac qu'il ne faut pas trop remplir.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Propos de table et propos d'amour ; les uns sont aussi insaisissables que les autres.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Le mérite est de travailler selon ses forces.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Ces deux forces qui sont les deux moteurs : croire et aimer.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Contempler, c'est labourer ; penser, c'est agir.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Une foi ; c'est là pour l'homme le nécessaire : Malheur à qui ne croit rien !
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Mettre, par la pensée, l'infini d'en bas en contact avec l'infini d'en haut, cela s'appelle prier.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Il y a des cœurs où l'amour ne se conserve pas.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Quand on est amoureux comme un tigre, c'est bien le moins qu'on se batte comme un lion.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

L'amour participe de l'âme même ; il est de même nature qu'elle.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

L'amour, c'est la salutation des anges aux astres.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

L'âme est le seul oiseau qui soutienne sa cage.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Vous me demandez qui me force à parler ? Une drôle de chose ; ma conscience.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Le bonheur veut tout le monde heureux.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

L'amour, c'est la bêtise des hommes et l'esprit de Dieu.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Le scepticisme est la carie de l'intelligence.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Ainsi la paresse est mère : Elle a un fils, le vol, et une fille, la faim.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Aimer ou avoir aimé, cela suffit : Ne demandez rien ensuite. On n'a pas d'autre perle a trouver dans les plis ténébreux de la vie.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Quelques œuvres de Victor Hugo :