Les Misérables de Victor Hugo (3)

Les citations de Victor Hugo :

Honte aux passions qui rendent l'homme petit ! Honneur à celle qui le fait enfant !
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

L'amour est la volupté de deux esprits qui se comprennent, de deux cœurs qui s'échangent.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Dieu ne peut rien ajouter au bonheur de ceux qui s'aiment que de leur donner la durée sans fin.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Son rire est une bouche de volcan qui éclabousse toute la terre.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Dieu, c'est la plénitude du ciel ; l'amour, c'est la plénitude de l'homme.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

La symétrie, c'est l'ennui, et l'ennui est le fond même du deuil.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Prospérité suppose capacité : Gagnez à la loterie, vous voilà un habile homme.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Ayez de la chance, vous aurez le reste ; soyez heureux, on vous croira grand.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Les femmes, ces diablesses sont nos anges. Oui, l'amour, la femme, le baiser, c'est un cercle dont je vous défie de sortir, et quant à moi, je voudrais bien y rentrer.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

L'amour a des enfantillages, les autres passions ont des petitesses.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Vous qui souffrez parce que vous aimez, aimez plus encore : mourir d'amour, c'est en vivre.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

L'amour est une respiration céleste de l'air du paradis.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Le suprême bonheur de la vie, c'est la conviction qu'on est aimé.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Le plus beau des autels, c'est l'âme d'un malheureux consolé qui remercie Dieu.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

L'indifférence de ces penseurs, c'est là, selon quelques-uns, une philosophie supérieure.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Le premier symptôme de l'amour vrai chez un jeune homme c'est la timidité, chez une jeune fille c'est la hardiesse.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Les bras des mères sont faits de tendresse ; les enfants y dorment profondément.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Une jolie femme est un casus belli ; une jolie femme est un flagrant délit.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Partout où il y a une jolie femme, l'hostilité est ouverte.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Le compliment, c'est quelque chose comme le baiser à travers le voile.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Faire des compliments à celle qu'on aime est la première façon de faire des caresses.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

L'amour est un enfant de six mille ans : L'amour a droit à une longue barbe blanche.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Chacun rêve l'inconnu et l'impossible selon sa nature.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

S'il existe une réalité qui dépasse le rêve, c'est ceci : Vivre.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

La douceur et la profondeur, c'est là toute la femme, c'est là tout le ciel.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Se quereller et se dire vous, uniquement pour mieux se dire tu ensuite.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Devant la volupté le cœur recule, pour mieux aimer.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Aimer remplace presque penser ; l'amour est un ardent oubli du reste.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Aimer, voilà la seule chose qui puisse occuper et remplir l'éternité.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

C'est une terrible chose d'être heureux ! comme on s'en contente ! comme on trouve que cela suffit !
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

La curiosité des amoureux ne va pas très loin au delà de leur amour.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Il y a un Dieu pour ces ivrognes qu'on appelle les amoureux.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Soyez donc amoureux gaiement, que diable !
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Nos amours ont duré toute une semaine, mais que du bonheur les instants sont courts ! S'adorer huit jours, c'était bien la peine, le temps des amours devrait durer toujours.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Une fille d'esprit, c'est possible !
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

La fièvre nourrit le malade et l'amour l'amoureux.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Chacune de nos passions, même l'amour, a un estomac qu'il ne faut pas trop remplir.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Propos de table et propos d'amour ; les uns sont aussi insaisissables que les autres.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

La joie est le reflux de la terreur.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Le mérite est de travailler selon ses forces.
Victor Hugo ; Les Misérables (1862)

Page principale :

La biographie de Victor Hugo »