Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Abel-François Villemain

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Abel-François VillemainÉcrivain et homme politique français né le 9 juin 1790 à Paris, Abel-François Villemain est décédé le 8 mai 1870 dans sa ville natale. Élu à l'Académie française le 24 avril 1821, il fit partie de la Commission du Dictionnaire de l'Académie et écrivit la préface de l'édition de 1835. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 39 pensées et citations d'Abel-François Villemain :

Pour l'homme droit et sincère, jamais d'exagération, jamais de système orgueilleusement chimérique ; quelquefois des idées incertaines, parce qu'il y a beaucoup d'incertitude dans l'esprit humain ; toujours une candeur et une bonne foi qui feraient pardonner l'erreur même.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Quel est le détracteur qui, dans l'exagération de ses reproches, ne révèle pas quelque défaut véritable ? S'il faut parler des avantages, lorsqu'ils disparaissent sous de nombreux abus, proclamons l'utilité de la critique.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

La critique excessive se décrédite toujours ; on l'écoute, mais on n'y croit plus.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Il est pour l'homme talentueux une sage et noble vengeance, c'est de mépriser l'injustice et la critique, de compter sur son talent, et d'en multiplier sans cesse les œuvres : il y gagnera du temps et de la gloire.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Il est triste et embarrassant d'analyser les idées d'un homme qui n'en a pas !
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Les hommes n'ont-ils rien de mieux que le blâme et l'envie pour animer les progrès du talent ? Si quelquefois une âme fière et indignée remonte par l'effort même qui devait l'abaisser, combien de fois le ressentiment pénible de l'injustice n'a-t-il pas jeté dans l'inaction et dans l'oubli des talents faits pour la gloire ?
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Les hommes ont quelque peine à croire qu'un homme de leur siècle, un homme fait comme eux, qu'ils voient, qu'ils entendent, ait un talent supérieur ; ils s'ennuieraient à la preuve d'une si fade vérité. On souffre avec plus de patience de voir des prétentions humiliées, des talents contestés, des hommes d'esprit tournés en ridicule, si jamais ils peuvent l'être.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Le talent seul peut agrandir l'horizon du goût, lui faire prévoir confusément de nouveaux points de vue, et le disposer d'avance à juger des beautés qui n'existent pas encore.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Dans un esprit faible et impuissant, le bon goût se rapetisse, se rétrécit, devient craintif et superstitieux, et se proportionne à la mesure de l'homme médiocre qui s'en sert aussi timidement pour juger que pour écrire.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Tous les arts sont jugés par de prétendus connaisseurs qui ne peuvent les pratiquer. Il en est ainsi souvent de l'art d'écrire ; et nulle part l'abus n'est plus ridicule et plus nuisible. Pour être un excellent critique, il faudrait pouvoir être un bon auteur.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Le bon goût est le raffinement de la raison cultivée, la perfection du sens naturel.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Le critique éclairé s'empresse d'accorder au talent qui s'égare des louanges instructives.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Le faux est presque toujours la ressource et le déguisement de la faiblesse.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Il est des innovations malheureuses qui ne sont que le désespoir de l'impuissance ; il en est qui, dans leur singularité même, portent un caractère de grandeur.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

La punition d'un critique de mauvaise foi, il finit par perdre le bon sens.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

À force d'abuser de sa conscience, on parvient à se fausser l'esprit.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Le consentement une fois donné, on y tient par amour-propre.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Le vrai génie de l'éloquence séditieuse, qui mêle la raillerie, le raisonnement et la colère, sait avilir par le ridicule celui qu'elle veut écraser sous la haine.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Le pouvoir apaise une sédition, un mouvement populaire, il ne fait rien sur les opinions, même en les réduisant. Elles se fortifient en attendant, et il arrive toujours quelque moment de relâche ou de faiblesse qui leur rend l'occasion d'agir.
Abel-François Villemain - Œuvre : Histoire de Cromwell (1819)

Ce qu'il y a de pur, de noble, d'élevé dans le plus sublime des beaux-arts, n'est pas fait pour être senti par une âme rampante et avilie ; elle n'entend pas ce langage ; elle trouve dans sa propre bassesse une incrédulité toute prête contre les sentiments généreux.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Il y a dans la faveur, dans la confidence du pouvoir, une sorte d'enivrement qui séduit jusqu'à la conscience, et qui fait encore plus de dupes que d'hypocrites.
Abel-François Villemain - Œuvre : Histoire de Cromwell (1819)

Si la haute éloquence a besoin pour se produire d'un langage perfectionné, la perfection de langage ne mérite ce nom que lorsqu'elle est mise en usage pour graver des pensées profondes et de généreux sentiments. L'éloquence qui maîtrise le cœur de l'homme lui est réciproquement soumise ; pour montrer toute sa force, pour atteindre son plus haut point de sublime, elle doit s'exercer sur l'intérêt général, sur l'affection la plus vive du peuple qui l'écoute.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

La pitié que Dieu a mise au fond de l'homme peut être à demi étouffée par de mauvaises institutions, par de barbares préjugées ; mais sitôt qu'elle se réveille dans un cœur, elle trouve mille cœurs qui lui répondent. Rien n'est contagieux comme la pitié ; rien ne sympathise plus puissamment avec tous les hommes que l'exemple d'une bonté courageuse.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Les mœurs ne gouvernent plus l'Europe, les traditions se sont effacées, les usages ont disparu.
Abel-François Villemain - Œuvre : Éloge de Montesquieu (1816)

La loi n'est que le supplément de la modération qui manque aux hommes.
Abel-François Villemain - Œuvre : Éloge de Montesquieu (1816)

Il faut avoir de l'âme pour avoir du goût.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les cours de littérature française (1829)

Un homme médiocre peut avoir un sot orgueil, mais il est impossible qu'un homme doué de quelque talent n'ait pas l'âme fière, sensible, impatiente du mépris.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Une remarque fausse mais polie n'est jamais un affront.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Que la critique évite toujours l'ironie, elle embarrassera les amours-propres les plus intraitables.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

La raillerie est l'expression irrévocable du dédain.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

De nos jours, les abus sont partout.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Le blâme n'exclut pas l'estime, il laisse la consolation de discuter, de contredire.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Le plus grand ridicule est de trouver tous les genres de mérite à l'homme dont on fait l'éloge.
Abel-François Villemain - Œuvre : Éloge de Montaigne (1812)

L'imagination humaine est moins puissante à peindre la félicité que la souffrance.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les cours de littérature française (1829)

L'amour-propre consent bien à être blâmé, mais il ne peut souffrir d'être raillé.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Le philosophe use ses esprits à démêler les vices et le ridicule des hommes.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les cours de littérature française (1829)

Telle est l'influence d'un grand homme, il anime le génie de ceux qu'il éclaire.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Rien n'est inépuisable comme l'admiration que le sublime inspire.
Abel-François Villemain - Œuvre : Les discours et mélanges littéraires (1823)

Par le degré de liberté se mesure la richesse d'un État.
Abel-François Villemain - Œuvre : Éloge de Montesquieu (1816)

La liste des auteurs populaires :