Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Adam Bernard Mickiewicz

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Adam Mickiewicz Professeur, poète et écrivain polonais, Adam Bernard Mickiewicz est né le 24 décembre 1798 à Zaosie, il est décédé du choléra le 26 novembre 1855 à Constantinople. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Ce dictionnaire vous propose 49 citations de Adam Mickiewicz :

Connaître les actes d'un homme, c'est connaître l'homme lui-même.
Adam Mickiewicz ; Les confédérés de Bar (1837)
Satan redoute la solitude, car il est poltron ; et voilà pourquoi le plus souvent il réside dans la foule.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Lorsque sur ma main parfois ta main se pose, en quel repos suave alors je suis plongé !
Adam Mickiewicz ; Incertitude (1825)
Le flatteur et le médisant sont de la même espèce ; tous deux courent après la faveur. Ayez plus de dégoût pour le premier que pour le second. La calomnie renferme toujours une leçon pour le sage ; l'adulation trompe souvent le sage et confirme l'idiot dans sa turpitude.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Le témoignage est plus terrible pour le crime que l'accusation ; le criminel injurie l'accusateur, mais il se jette sur le témoin. La foule a quelquefois outragé les sages, mais elle a toujours lapidé les apôtres.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Mourir n'est rien, c'est vivre qui est difficile.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
On reconnaît l'homme supérieur dans la foule, parce qu'il fait toujours ce qu'il sait faire.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
La sagesse mondaine est comme un feu follet : quand vous êtes dans le droit chemin, elle brille pour vous en faire dévier ; et quand vous êtes à côté, elle disparaît.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Un arbre afin de fleurir et fructifier, doit gravir dans les airs sur ses feuilles comme sur des échelons : il puise dans le sein de la terre les sucs dont il se nourrit ; mais il ne produit de fruits que dans une zone supérieure.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Il n'est pas mal d'être ridicule : on s'est moqué des rois, des sages, des guerriers, des poètes, des médecins, des prêtres ; on s'est moqué de tout excepté de Satan : et lui seul n'est point ridicule.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Ce monde n'est qu'une fable ! — D'accord, mais chaque fable a pour but une moralité.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Les vrais sages sont comme les astres ; ils semblent demeurer en place, lorsqu'ils se meuvent et agissent.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Si l'homme affligé d'insomnie a tort de se mettre au lit, de fermer les yeux, car il prolonge sa nuit en agissant ainsi, le criminel fait bien plus mal en se donnant la mort : guéris-toi de l'insomnie avant d'aller reposer dans la tombe.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Le sage apprécie les hommes ordinaires par leurs discours, et les hommes supérieurs par leur silence.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Il faut une volonté pour un dessein ; un chef stupide est encore meilleur que dix raisonnables.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Les braves gens ne peuvent rien avoir en ce monde, mais les scélérats ne pourront rien avoir dans l'autre.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Satan pêche dans les ténèbres, c'est un oiseau de nuit ; cache-toi dans la lumière, il ne pourra t'apercevoir.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
L'égoïste n'est pas celui qui fuit devant les hommes, mais celui qui les poursuit comme une proie.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Le passé est aussi loin de nous que l'avenir ; pour comprendre le passé, il faut avoir deviné l'avenir.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Dois-je travailler ou souffrir ? — Imite le Sauveur ; comme lui, souffre et travaille sans cesse !
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Le sot est comme un âne au manège ; il a les yeux bandés, et remuant toujours, il reste toujours à la même place.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
L'homme qui ment est un faux monnayeur : de son laiton, à lui seul il appauvrira le monde.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Le corps est un résumé du monde ; l'âme est un abrégé de l'histoire du monde.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Il est dans l'Écriture autant de vérités que d'étoiles dans le ciel : meilleurs sont vos yeux, plus vous en voyez.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Quand Dieu inspire, son sein engloutit tout le passé ; quand Dieu expire, il répand tout l'avenir.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Une haute sagesse ne s'appuie que sur une profonde humilité.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Un seul conseil porte ses fruits, c'est lorsque l'humilité prend conseil de la sagesse.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Quel que soit le sujet de la discussion, plus elle se prolonge, plus elle s'éloigne de la vérité.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Le temps, comme une corde, attelle l'esprit à la matière ; l'esprit doit tirer jusqu'à ce que cette corde soit usée.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
À quoi me serviront, demandait un enfant, ces triangles, ces carrés, ces cercles, ces paraboles ? — Tu dois croire aujourd'hui, dit le sage, qu'ils te sont nécessaires ; et tu ne te convaincras de leur utilité que lorsque tu commenceras à mesurer le monde.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Pour acquérir la sagesse, il ne suffit pas de l'intelligence ; il ne suffit pas d'apprendre beaucoup : la sagesse n'est point la science. Celle-ci cherche à démontrer la pratique par la théorie, l'autre à égaler la théorie par la pratique.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Pourquoi le jugement dernier inspire-t-il à Satan de l'effroi ? Est-ce que la sentence divine lui est encore inconnue ? Regrette-t-il le monde qui doit périr ? Oui, il le regrette ; car il n'aura plus devant qui mentir.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Dieu parle dans le calme, non dans la tempête, celui dont le cœur est calme entend la voix de Dieu.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Le chant des anges est agréable à Dieu, mais le silence des hommes lui est encore plus agréable.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Le temps est une chaîne ; plus tu fuis, plus la chaîne que tu traînes devient longue et pesante.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Celui qui agit pour l'éternité sait apprécier le temps ; car lorsque le temps s'écoule, l'activité finit.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Dieu ne dépouille pas de ses forces le plus grand criminel ; mais il l'abandonne à ses propres forces.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Aucune nation ne jouit du fruit de ses peines ; car aucune ne daigne s'élever jusqu'à l'humilité.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Dieu est le bien, et tout ce qui fait souffrir l'esprit : le mal, la mort, la perdition, viennent de l'homme.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Dieu s'émeut autant que l'âme s'émeut : autant que l'âme est en Dieu, Dieu est en l'âme.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
L'esprit appelle du fond de son infini ; Dieu répond du haut de son infini : les deux infinis se confondent.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Le saint est aussi riche que Dieu, car Dieu partage avec lui tous ses mondes.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
L'esprit, c'est l'édifice ; le corps, comme un échafaudage, doit être démoli lorsque l'édifice est terminé.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
La paix est mon bien et mon bonheur à venir ; je renoncerais à Dieu si Dieu n'était pas la Paix même.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
Que ton âme se prosterne comme une vallée, et l'esprit de Dieu l'arrosera comme un fleuve.
Adam Mickiewicz ; Livres de la nation et des pèlerins polonais (1832)
Pour ta santé, je ne ménagerais ma vie, j'entrerais même en enfer pour ta tranquillité.
Adam Mickiewicz ; Incertitude (1825)
Le coeur n'a pas de maître, il n'est pas un esclave, et de toute contrainte il sait briser l'entrave.
Adam Mickiewicz ; Messire Thadée (1834)
Qui ignore l'amour vit heureux ; il a des nuits tranquilles et les jours sans trouble.
Adam Mickiewicz ; Aïeux (1823)
Plus malheureux que tous est celui qui n'aime plus.
Adam Mickiewicz ; Résignation (1826)

La liste des auteurs populaires :