Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Arsène Housset, dit Arsène Houssaye

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Arsène Houssaye Écrivain et homme de lettres français né le 28 mars 1814 à Bruyères-et-Montbérault dans l'Aisne, Arsène Houssaye est décédé le 26 février 1896 à Paris. Il meurt à l'âge de 81 ans, Arsène Houssaye repose au cimetière du Père-Lachaise situé dans le 20e arrondissement de la ville de Paris. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Ce dictionnaire vous propose 51 citations de Arsène Houssaye :

Mieux vaut tard que jamais, mais parfois mieux vaut jamais que tard.
Arsène Houssaye ; La belle Rafaella (1883)
Tout en lisant l'histoire de la vie, il faut en feuilleter toujours le roman.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
La vie n'est plus qu'un cigare : un peu de feu, beaucoup de fumée.
Arsène Houssaye ; Les Parisiennes (1862)
La nature est encore le meilleur des peintres.
Arsène Houssaye ; Les Parisiennes (1862)
On rouvre toujours avec un battement de cœur les premières pages de sa vie.
Arsène Houssaye ; Les Parisiennes (1862)
Toutes les femmes sont la même, qui a dit cela ? Entre deux femmes, il y a un monde.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
Paris est une grande maison qui appartient à tout le monde.
Arsène Houssaye ; Les Parisiennes (1862)
Les morts ne meurent pas tout à fait pour ceux qu'ils ont aimés ou pour ceux qui les ont aimés. Comme le soleil qui vient de se coucher dans l'Océan, ils répandent encore de vives lumières si on se tourne vers eux. Il semble que leur âme colore toujours les chers souvenirs comme le soleil disparu colore encore les nuages à l'horizon.
Arsène Houssaye ; Les Parisiennes (1862)
Il y a des amours qui n'ont qu'une saison ; il y a des amours qui sont toute la vie.
Arsène Houssaye ; Les Parisiennes (1862)
Les imbéciles, à force de parler, finissent toujours par trouver une chose spirituelle.
Arsène Houssaye ; Mademoiselle Phryné (1895)
Quand on n'espère plus pouvoir payer les bienfaits, on tombe dans l'ingratitude.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
L'homme heureux par la vérité a sa fortune en fonds de terre.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
Une femme ne se console d'un amour qui s'en va que par un amour qui vient.
Arsène Houssaye ; Les Parisiennes (1862)
On a beau boire ses larmes, on n'éteint jamais la soif de vivre.
Arsène Houssaye ; Les Parisiennes (1862)
Qui suit amour, amour le fuit ; Qui fuit amour, amour le suit.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
L'amour aujourd'hui est une fête sans lendemain.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
Il y a cinquante ans on chantait la semaine des amours, aujourd'hui on s'aime toute une heure.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
On s'est adoré un instant, tout est fini ; on a bâti un château de cartes sur un château en Espagne.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
Autre temps, autres amours.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
Autrefois, on s'aimait toute la vie ; aujourd'hui, on a fini par ne plus s'aimer qu'une saison.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
Être aimé, adorable supplice qu'on fuit et qu'on recherche, mais n'est pas heureux qui veut au jeu de l'amour.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
L'amour est un magicien, tout ce qu'il touche devient or.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
L'amour console de l'amour.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
Comme il n'y a pas de nuit qui n'amène le jour, il n'y a pas de péché qui ne fasse aimer la vertu.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
Le plus beau sentiment qui fasse battre le cœur est celui qui n'a pas de lendemain.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
Rêver qu'on pèche, c'est presque pécher.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
Quelle que soit la femme, c'est toujours l'homme qui a tort.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)
Les roses de l'amour ont des épines dans notre cœur.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
N'est pas qui veut heureux au jeu de l'amour.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
Il en est souvent des femmes comme de l'argent : on les prend pour les mettre de côté.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
La femme la plus amoureuse a toujours un second amour dans le chemin du cœur.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
L'amour donne une main à la vie, l'autre à la mort, et le cercle fatal est formé.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
L'amour est un fil que la femme tient par les deux bouts et qu'elle nous donne à retordre.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
La préface de l'amour vaut mieux que l'amour lui-même.
Arsène Houssaye ; Les Parisiennes (1862)
Mieux vaut une noble lutte qu'une oisiveté honteuse.
Arsène Houssaye ; Les revenants (1840)
La plupart des gens vivent pauvres pour mourir riches.
Arsène Houssaye ; Le roman de la duchesse (1865)
Le génie vient du cœur.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
Qui est trop aimé n'aime plus guère ; dès que la balance penche, tout est perdu.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
Le mariage : après tant de flammes vives, la fumée est venue.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
Les femmes ne posent pas seulement devant les peintres, elles posent devant elles-mêmes.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
Montrez-moi une figure pendant deux heures, et j'écrirai l'histoire de ses passions.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
Certaines conversations ressemblent aux voyages qu'on fait sur l'eau ; on s'écarte de la terre sans presque le sentir ; on ne s'aperçoit qu'on a quitté le rivage que quand on en est déjà loin.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
On a beau se détacher, on vit toujours de la vie, et non de la mort.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
Qui quitte la partie la gagne.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
Qui est heureux par l'illusion n'a sa fortune qu'en agiotage.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)
Quand on aime, on a le diable au corps, et Dieu dans le cœur.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
L'amour ne vieillit pas, il meurt enfant.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
Le tiers des femmes se donne pour de l'argent, le second tiers pour de l'amour, le dernier tiers pour rien. Celles-là sont les plus faciles.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
Les femmes ne vivent pas dans l'avenir, leur règne est au jour le jour, car c'est le règne de la beauté, qui ne peut que perdre en avançant.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
Les femmes ont écrit le poème de l'amour ; les hommes l'ont commenté, mais ne l'ont pas compris.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)
Quiconque est fidèle à l'amour est infidèle à sa maitresse.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

La liste des auteurs populaires :