Recueil de poésie et de citations ainsi que des proverbes.

Les citations de Françoise de Graffigny.

1 — Qui est Françoise de Graffigny ?

Photo de Françoise de Graffigny Biographie courte : Écrivaine, romancière, dramaturge et femme de lettres française née le 11 février 1695 à Nancy en Lorraine, Françoise de Graffigny, née d'Issembourg du Buisson d'Happoncourt, est décédée le 12 décembre 1758 à Paris à l'âge de 63 ans. Auteure du célèbre roman Les lettres d'une Péruvienne paru en 1747, elle est une des femmes les plus importantes de la littérature du XVIIIe siècle. Célèbre de son vivant, elle a sombré dans l’oubli à partir de la Révolution française. Ce n’est qu’avec l’avènement du mouvement féministe des années 1960 qu’elle fut redécouverte et que de nouvelles éditions de ses œuvres furent publiées. (Source : Wikipédia)

2 — Les 47 pensées et citations de Françoise de Graffigny :

Dans les trésors de l'amour j'y puise une joie délicieuse dont mon âme s'enivre.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Libre de passions tumultueuses, l'amitié seule est digne de remplir nos cœurs ; elle seule peut nous rendre parfaitement heureux.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

L'amitié est le seul asile de l'amour infortuné.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

L'amour-propre éclairé fait trouver une volupté plus délicate dans les victoires que l'on remporte sur ses passions que dans le plaisir de les satisfaire.

Françoise de Graffigny - Nouvelle espagnole (1745)

Il n'y que les victimes de l'amour qui sachent en adoucir les peines.

Françoise de Graffigny - Nouvelle espagnole (1745)

L'amour déçu change tout le sang en un poison cruel.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Un cœur déchiré ne respire que par le désespoir.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Penser est un métier ; se connaitre est un talent. Il n'est pas donné à tous les hommes de lire dans leurs propres cœurs.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Mes regards unis aux siens par la tendresse et le plaisir, il n'est point d'ornements plus précieux que les chaînes de l'amour.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Tu es le soleil de mes jours, tu les éclaires, tu les prolonges, ils sont à toi.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

L'instinct, toujours vrai, ne produit de mauvais effets que dans les âmes médiocres.

Françoise de Graffigny - Nouvelle espagnole (1745)

Obtenons tout par tendresse, et rien par autorité.

Françoise de Graffigny - Cénie, III, 1 (1750)

Quel que soit l'amour, les peines le diminuent, le désespoir l'éteint.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Les contrastes forment plus de liaisons intimes que les rapports d'humeur ; nous cherchons dans les autres les vertus et les bonnes qualités qui ne disputent rien aux nôtres ; l'indulgence pour les défauts que l'on n'a pas donne une apparence de supériorité qui dédommage de ce qu'ils font souffrir.

Françoise de Graffigny - Nouvelle espagnole (1745)

La dissimulation n'est point un vice, et trop de sincérité est souvent un défaut.

Françoise de Graffigny - Cénie, I, 2 (1750)

Une espérance fondée est un bien réel, mais elle est bien plus chère quand on en voit le terme.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Je t'aime si tendrement que jamais tu ne pourras m'oublier.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Le bonheur, qui consiste dans la tendre union des âmes, dépend d'une sincérité et d'une confiance la plus intime.

Françoise de Graffigny - Nouvelle espagnole (1745)

L'extrême sévérité n'est pas le meilleur soutien des lois.

Françoise de Graffigny - Nouvelle espagnole (1745)

La mort ne manque à personne, quand on la préfère à la honte.

Françoise de Graffigny - La fille d'Aristide, IV, 8 (1758)

Si l'on manque aux malheureux, c'est toujours faute d'humanité.

Françoise de Graffigny - La fille d'Aristide, IV, 9 (1758)

Si les hommes étaient sans défauts, il y aurait trop peu de mérite à leur rendre des services.

Françoise de Graffigny - La fille d'Aristide, I, 6 (1758)

Les coquettes ne pardonnent pas le mépris de leurs charmes.

Françoise de Graffigny - La fille d'Aristide (1758)

La négligence d'un père de famille a plus ruiné d'enfants que la dissipation.

Françoise de Graffigny - La fille d'Aristide, I, 1 (1758)

Si l'excessive bonté est quelquefois trompée, elle n'est pas moins la première des vertus.

Françoise de Graffigny - Cénie, V, 4 (1750)

Le courage et le silence sont la noblesse des malheureux.

Françoise de Graffigny - Cénie, V, 3 (1750)

Un zèle trop ardent est souvent plus prompt à se démentir.

Françoise de Graffigny - Cénie, IV, 5 (1750)

La honte, ce tyran des âmes nobles, n'habite qu'avec les hommes ; fuyons-les !

Françoise de Graffigny - Cénie, II, 5 (1750)

Il n'est pas si aisé qu'on le pense de faire des heureux.

Françoise de Graffigny - Cénie, II, 3 (1750)

C'est gagner beaucoup que de détruire un soupçon.

Françoise de Graffigny - Cénie, II, 3 (1750)

Un ami qu'on n'ose avouer est toujours fort suspect.

Françoise de Graffigny - Cénie, II, 3 (1750)

La reconnaissance et l'ingratitude ne sont point incompatibles, on n'a que trop souvent les procédés de l'une avec les sentiments de l'autre.

Françoise de Graffigny - Cénie, II, 2 (1750)

Dans le cœur d'un homme, l'amour même console des malheurs qu'il cause.

Françoise de Graffigny - Cénie, II, 1 (1750)

Il est des occasions malheureuses où le choix ne nous est pas permis.

Françoise de Graffigny - Cénie, II, 1 (1750)

Les véritables malheur sont ceux du cœur.

Françoise de Graffigny - Cénie, II, 1 (1750)

Hélas ! c'est quelquefois un bonheur de n'avoir pour son époux qu'une tendresse mesurée.

Françoise de Graffigny - Cénie, II, 1 (1750)

Apparence, le bonheur n'est pas toujours où l'on croit le voir.

Françoise de Graffigny - Cénie, II, 1 (1750)

C'est avoir une grande habitude d'être faux que de l'être.

Françoise de Graffigny - Cénie, I, 4 (1750)

De tous les maux nécessaires à la société, la défiance est le plus insupportable.

Françoise de Graffigny - Cénie, I, 3 (1750)

La jeunesse a quelquefois un instinct plus sûr que l'expérience.

Françoise de Graffigny - Cénie, I, 2 (1750)

Heureuse la nation qui n'a que la nature pour guide, et la vérité pour principe.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Quel trésor que la possession d'un cœur tel que le vôtre !

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Pour être tout à fait généreux, il faut se prêter à la reconnaissance.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Qui n'a que des vertus est plat ; qui n'a que du bon sens est sot.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Toute partialité détruit la confiance.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Il faut aimer pour devenir aimable.

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

Que les jours sont longs quand on les compte !

Françoise de Graffigny - Les lettres d'une Péruvienne (1747)

3 — La liste des auteurs populaires :

Le dictionnaire des meilleurs auteurs français et étrangers »
Top