Georg Christoph Lichtenberg

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Georg Christoph Lichtenberg

Philosophe, écrivain et physicien allemand né le 1er juillet 1742 à Ober-Ramstadt dans le Land de Hesse, Georg Christoph Lichtenberg est décédé à l'âge de 56 ans le 24 février 1799 à Göttingen, ville d'Allemagne située dans le Land de Basse-Saxe.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 77 citations de Georg Christoph Lichtenberg :

Hélas, comme tout change ici-bas et comme tout passe ! Les douces jouissances de la vie s'envolent à tire d'ailes sans l'espérance chérie d'un prompt retour.
Georg Christoph Lichtenberg ; Les quatre parties du jour (1797)

Pour jouir dans le monde des avantages de la beauté, il doit y avoir d'autres gens qui croient que l'on est beau : pour le bonheur, cela n'est point du tout nécessaire ; il suffit que nous y croyions nous-mêmes.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Il y a deux voies pour prolonger la vie : la première est d'éloigner l'un de l'autre ces deux points que sont la naissance et la mort, afin d'accroître la route à parcourir. Sur ce chemin, tant de machines et de choses ont été inventées qu'il semble impossible, pour autant qu'on y jette un regard, qu'elles servent à autre chose qu'à nous tuer, domaine dans lequel les médecins ont fait bien des progrès ; la seconde voie est de marcher plus lentement, en laissant les deux points là où Dieu voulut qu'ils fussent : c'est la voie des philosophes. Ceux-ci ont découvert que la meilleure des choses est de vivre comme s'il s'agissait d'une promenade d'herboriste qui va, zigzaguant, ici tentant de sauter un fossé, plus loin encore un autre, et qui hasarde une pirouette, là où nul ne le voit, pour poursuivre ensuite.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Il faut se rappeler toujours que le fait de comprendre une philosophie n'est point une raison suffisante pour la tenir vraie. Il m'est avis que le plaisir d'avoir compris un système fort abstrait et obscur conduit la plupart à croire qu'il est déjà démontré.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

On reproche souvent aux grands de ce monde de ne point avoir fait tout le bien qu'ils auraient pu. Ils pourraient nous répondre : pensez donc un peu au mal que nous aurions pu faire et que nous n'avons pas fait.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Un grand homme est pour moi quelqu'un qui a beaucoup pensé, lu et vécu et qui sait, dans toutes les choses qu'il entreprend, voire même dans chaque livre qu'il écrit, unir clairement le fruit de sa pensée, de ses lectures et de sa vie à la meilleure des fins, de manière que chacun puisse voir ce que lui-même a vu.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Les arguments ne sont souvent, et la plupart du temps, que des expositions de prétentions colorant de légitimité et de rationalité ce que l'on aurait fait de toute façon.
Georg Christoph Lichtenberg ; Aphorismen (1799)

Le chien est l'animal le plus vigilant, pourtant il dort toute la journée !
Georg Christoph Lichtenberg ; Aphorismen (1799)

Là où la modération est une erreur, l'indifférence est un crime.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Il y a des visages en ce monde que l'on ne peut décidément tutoyer.
Georg Christoph Lichtenberg ; Aphorismen (1799)

Qui a le droit d'imiter, imite à contrecœur.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Bien des choses me déchirent qui ne font que navrer autrui.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Les erreurs elles-mêmes ont l'utilité qu'elles nous accoutument finalement à croire que les choses peuvent être différentes de ce que nous nous en représentons.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Ce fut toujours pour moi assez triste chose d'observer qu'à l'université, dans la plupart des disciplines, on enseigne de ces sortes de choses qui ne servent à rien sinon à mettre les jeunes gens en état de les enseigner de nouveau.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Devenir sage signifie pouvoir reconnaître toujours plus les erreurs, en pliant cet instrument par lequel nous percevons et nous jugeons. La circonspection dans les jugements est, de nos jours, ce qui est le plus recommandable à chacun. Gagnerait-on, de tous les écrits philosophiques, à peine une seule vérité indiscutable tous les dix ans, que la récolte serait encore bien abondante.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Dieu créa l'homme à son image, dit la Bible ; les philosophes font le contraire, ils créent Dieu à la leur. Notre monde parviendra un jour à un raffinement tel qu'il sera aussi ridicule de croire à un Dieu qu'aujourd'hui de croire aux fantômes.
Georg Christoph Lichtenberg ; Aphorismen (1799)

On ne peut pas se débarrasser facilement de ses mauvaises habitudes, ce qu'on peut faire, c'est les cacher aux yeux du monde et empêcher leurs conséquences néfastes.
Georg Christoph Lichtenberg ; Aphorismen (1799)

Pourquoi les chiens, quand ils ont fait des trous avec leurs pattes, les comblent-ils ensuite avec leur nez ? On pourrait penser, étant donné leur flair délicat, qu'ils feraient souvent mieux de creuser avec leur nez et de combler les trous avec leurs pattes.
Georg Christoph Lichtenberg ; Aphorismen (1799)

Philanthropie : Lorsque je vois au loin ou près de moi quelque chose se courber, je crois toujours qu'il s'agit d'une puce, tant que l'on ne m'a pas démontré de manière apodictique qu'il s'agissait d'un pou.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Il y a en chaque homme quelque chose de tous les autres. Je crois depuis longtemps déjà à cette maxime, bien que sa démonstration complète ne se puisse faire que par la description complète de soi à travers autrui. Identifier avec la précision qui lui est due ce que l'on a de commun avec l'autre est, en général, l'art des plus grands écrivains.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

J'ai toujours trouvé que les personnes prétendument exécrables gagnaient à être connues de près, alors que les bonnes gens, elles, y perdaient.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Dans le caractère de tout homme il y a quelque chose qui ne se laisse point rompre : c'est le squelette du caractère et le vouloir changer est un peu comme vouloir enseigner à un mouton l'art de rapporter le gibier.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Nier un fait est, en soi, une chose bien innocente, elle ne devient périlleuse que dans la mesure où l'on désavoue celui qui en protège l'authenticité. C'est ainsi que bien des choses insignifiantes deviennent critiques à cause de ceux qui en acceptent l'autorité, leur accordent de l'importance sans trop savoir pourquoi. Il faut contempler de loin les miracles pour y croire, un peu comme les nuages, quand on les veut considérer comme des choses solides.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Dans la science de soi, nul n'est passé maître.
Georg Christoph Lichtenberg ; Aphorismen (1799)

Excuser certaines faiblesses comme faisant partie de la nature humaine est, si on y songe bien, le premier devoir de tout écrivain envers lui-même.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Un homme d'esprit dit souvent d'abord avec un sourire ce qu'il répétera sérieusement par la suite.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

De toutes choses, l'observation et la connaissance du monde sont le principe, et l'on doit avoir soi-même fort observé, afin de pouvoir utiliser les observations d'autrui comme les siennes propres.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Étudier sans but, pour simplement pouvoir dire ce que d'autres ont fait, c'est là des sciences la dernière, et de pareilles gens sont autant des savants, que des registres sont des livres.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Il est incontestable que ce que l'on nomme persévérance peut conférer à plusieurs actions l'aspect de la vertu et de la grandeur, comme le fait de se taire en société donne l'aspect hébété de la sagesse et une apparence de raison.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)

Il ne faut pas juger un homme d'après ses écrits, mais d'après ce qu'il dit en compagnie de ses pairs.
Georg Christoph Lichtenberg ; Le miroir de l'âme (1799)