Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Amantine Aurore Lucile Dupin, dite George Sand.

Quelques mots sur l'auteur :

George SandRomancière, auteur dramatique et critique littéraire française, Amantine Aurore Lucile Dupin, dite George Sand, est née le 1er juillet 1804 à Nohant-Vic dans le département de l'Indre. George Sand décède à l'âge de 71 ans d'une occlusion intestinale à Nohant-Vic le 8 juin 1876. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 146 pensées et citations de George Sand :

Si la passion pouvait être un peu philosophe, l'amant heureux serait plein de courtoisie et de générosité pour l'amant délaissé ; mais elle ne l'est pas du tout !
George Sand - Œuvre : Lucrézia Floriani (1847)

Sans mémoire, on est éternellement ignorant ; mais savoir son ignorance, c'est savoir qu'il y a un monde enchanté où l'on voudrait toujours se glisser, et, si l'on reste à la porte, ce n'est pas parce qu'on se plaît au-dehors dans la stérilité et dans l'impuissance, c'est parce qu'on n'est pas doué ; mais au moins on est riche de désirs, d'élans, de rêves et d'aspirations. Le cœur vit de cette soif d'idéal. On s'oublie soi-même, on monte dans une région où la personnalité s'efface, parce que le sentiment, je dirais presque la sensation de la vie universelle, prend possession de notre être et le spiritualise en le dispersant dans le grand tout.
George Sand - Œuvre : Les nouvelles lettres d'un voyageur (1877)

Regarder la vie agir dans l'univers en même temps qu'elle agit en nous, c'est la sentir universalisée en soi et personnifiée dans l'univers. Levez les yeux vers le ciel et voyez palpiter la lumière des étoiles ; chacune de ces palpitations répond aux pulsations de notre cœur. Notre planète est un des petits êtres qui vivent du scintillement de ces grands astrés, et nous, êtres plus petits, nous vivons des mêmes effluves de chaleur et de lumière.
George Sand - Œuvre : Les nouvelles lettres d'un voyageur (1877)

La foi est un sanctuaire d'où l'on sort avec un front serein et une âme bienveillante.
George Sand - Œuvre : L'histoire de ma vie (1855)

Donnez la préférence à l'une sans exclure l'autre.
George Sand - Œuvre : Lélia (1833)

L'amour est un dieu, et toute belle femme au cœur tendre en est la prêtresse.
George Sand - Œuvre : Lucrézia Floriani (1847)

Les uns ont de la chance, les autres n'en ont pas : Ça dépend du numéro qu'on tire en venant au monde.
George Sand - Œuvre : Mademoiselle Merquem (1868)

Le repos et la tranquillité ne sont que dans la mort !
George Sand - Œuvre : Tamaris (1862)

L'amour, c'est l'idéal de l'égalité, puisque c'est le suprême effort vers l'assimilation des âmes, et quand cette égalité se dérange, la joie des âmes est troublée, et l'enthousiasme chancelle.
George Sand - Œuvre : Constance Verrier (1860)

Mieux vaut souffrir le mal que de le rendre.
George Sand - Œuvre : François le Champi (1850)

Les révolutions ne sont point des lits de roses.
George Sand - Œuvre : La petite Fadette (1849)

Il faut cultiver les hautes facultés de l'intelligence aussi bien que les doux instincts du cœur.
George Sand - Œuvre : Les sept cordes de la lyre (1840)

Le gueux n'a jamais rien, il aime à croupir dans l'inaction.
George Sand - Œuvre : Le dieu Plutus (1862)

Avec des natures indisciplinées, la rigueur est salutaire.
George Sand - Œuvre : La filleule (1853)

On n'a pas le droit de se décourager : Quand le vin est tiré, il faut le boire.
George Sand - Œuvre : La ville noire (1860)

La vie solitaire est une vie anomale ; l'âme incomplète n'y peut donner qu'une vie incomplète.
George Sand - Œuvre : Evenor et Leucippe (1846)

Tout est beau et serein dans la mort du juste ; son départ cause des larmes, mais son souvenir laisse l'espérance et la consolation sur la terre.
George Sand - Œuvre : L'histoire de ma vie (1855)

Je suis une pierre que le temps désagrège, et la tranquillité de ces blocs, dont toute l'affaire est de subir l'action des jours et des nuits, me gagne, me pénètre, me calme et endort ma vitalité.
George Sand - Œuvre : Impressions et souvenirs (1871)

Un homme abruti n'appartient plus à aucune espèce, il doit être mis à l'écart de la société.
George Sand - Œuvre : Lélia (1833)

Le doute est un mal nécessaire, on peut dire qu'il est un grand bien, et que, subi avec douleur, avec humilité, avec l'impatient désir d'arriver à la foi, il est un des plus grands mérites qu'une âme sincère puisse offrir à Dieu. Oui, certes, si l'homme qui s'endort dans l'indifférence de la vérité est vil, si celui qui s'enorgueillit dans une négation cynique est insensé ou pervers, l'homme qui pleure sur son ignorance est respectable, et celui qui travaille hardiment à en sortir est déjà grand, même lorsqu'il n'a encore rien recueilli de son travail. Mais il faut une âme forte, ou une raison déjà assez mûre pour traverser cette mer tumultueuse du doute sans y être englouti.
George Sand - Œuvre : Spiridion (1839)

L'amour, c'est une chose qui embrouille la cervelle et fait clocher la raison.
George Sand - Œuvre : Antonia (1863)

La solitude prolongée assombrit et désenchante, elle répand l'effroi dans l'âme la plus forte.
George Sand - Œuvre : La Comtesse de Rudolstadt (1843)

Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
George Sand - Œuvre : La petite Fadette (1849)

La loi des temps n'a pas une marche régulière, à certaines époques de la vie des nations, un siècle est parcouru dans une heure, et quand l'humanité a péniblement accompli son œuvre préparatoire, elle se précipite et fait son étape en moins de temps qu'il ne lui en a fallu pour se lever et se mettre en marche.
George Sand - Œuvre : Correspondance (1812-1876)

Une femme ne peut pas aimer d'amour un homme qu'elle sent inférieur à elle en courage ; l'amour sans vénération et sans enthousiasme n'est plus que l'amitié : l'amitié est une froide compagne pour aider à supporter les maux immenses que l'amour a fait accepter.
George Sand - Œuvre : La mare au diable (1846)

L'amour c'est la vertu de la femme, c'est pour lui qu'elle se fait une gloire de ses fautes, c'est de lui qu'elle reçoit l'héroïsme de braver ses remords. Plus le crime lui coûte à commettre, plus elle aura mérité de celui qu'elle aime. C'est le fanatisme qui met le poignard aux mains des religieux.
George Sand - Œuvre : Indiana (1832)

L'amitié, c'est une sorte d'amour aussi, immense et sublime en de certains moments, mais insuffisante, parce qu'elle ne s'occupe que des malheurs sérieux et n'agit que dans les grandes et rares occasions. La vie de tous les jours, cette chose si odieuse et si pesante dans la solitude, cette succession continuelle de petites douleurs fastidieuses que l'amour seul peut changer en plaisirs, l'amitié dédaigne de s'en occuper.
George Sand - Œuvre : Jacques (1834)

Qui a bon cœur n'est jamais sot.
George Sand - Œuvre : François le Champi (1850)

L'abandon de deux volontés qui se confondent en une seule est un miracle.
George Sand - Œuvre : La comtesse de Rudolstadt (1843)

L'amour n'a que faire dans le mariage qui est la tendresse.
George Sand - Œuvre : Correspondance (1812-1876)

J'ai peine à croire qu'en perdant ceux qu'on aime on conserve son âme entière.
George Sand - Œuvre : Les lettres d'un voyageur (1834)

La chasteté est nue comme Eve avant sa faute.
George Sand - Œuvre : Jacques (1834)

Le dévouement tue l'amour et le change en amitié.
George Sand - Œuvre : Jacques (1834)

La solitude est bonne, et les hommes ne valent pas un regret.
George Sand - Œuvre : Indiana (1832)

L'amitié qui survit à l'amour est plus susceptible de calcul et plus froide dans ses jugements.
George Sand - Œuvre : Mattéa (1835)

La vie est une longue blessure qui s'endort rarement, et ne guérit jamais.
George Sand - Œuvre : Lélia (1833)

Quand la méchanceté est exploitée par les femmes, elle va vite et loin.
George Sand - Œuvre : La petite Fadette (1849)

Qu'un baiser de vos lèvres de roses me soit octroyé, et je prendrai la chose en douceur.
George Sand - Œuvre : Cadio, I, 8 (1868)

Aimer est tout, et celui qui aime n'a pas le temps de s'occuper d'autre chose.
George Sand - Œuvre : Valvèdre (1861)

L'amour, c'est l'amitié portée jusqu'à l'enthousiasme.
George Sand - Œuvre : Teverino (1846)

La liste des auteurs populaires :