Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Georges Bataille

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Georges BatailleÉcrivain et poète français, chevalier de la Légion d'honneur, né le 10 septembre 1897 à Billom dans le Puy-de-Dôme, Georges Bataille est décédé le 9 juillet 1962 à Paris. Atteint d'une artériosclérose cervicale en 1955, il meurt à 64 ans d'une embolie qui mit fin à ses souffrances. Georges Bataille repose au cimetière de Vézelay dans le département de l'Yonne. Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 43 pensées et citations de Georges Bataille :

L'amour charnel est plus grand que l'amour divin.
Georges Bataille - Œuvre : Les œuvres complètes (1970-1988)

Les mots disent difficilement ce qu'ils ont pour fin ultime de dire.
Georges Bataille - Œuvre : L'abbé C. (1950)

Il n'est pas de beauté sans fêlure.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

La chance étant ce qui n'est pas, réduit l'être à la déchéance de la chance.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

Bien des choses peuvent se transformer dans les sociétés humaines, mais rien ne prévaudra contre une vérité aussi naturelle : qu'une belle fille ou une rose rouge signifient l'amour.
Georges Bataille - Œuvre : Premiers écrits (1922-1940)

Aimer sans doute est le possible le plus lointain.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

La vérité n'a qu'un visage, celui d'un démenti violent.
Georges Bataille - Œuvre : Le mort (1967)

Le rire est le saut du possible dans l'impossible.
Georges Bataille - Œuvre : Ma mère (posthume, 1966)

Le jeu de l'amour, c'est le cœur et les sens jouant au colin-maillard.
Georges Bataille - Œuvre : Les œuvres complètes (1970)

Je pense comme une fille enlève sa robe.
Georges Bataille - Œuvre : L'expérience intérieure (1943)

L'homme qui apprendrait par cœur un dictionnaire finirait par y trouver du plaisir.
Georges Bataille - Œuvre : Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie (1858)

Le cœur est humain dans la mesure où il se révolte.
Georges Bataille - Œuvre : L'impossible, L'orestie (1962)

L'être est lui-même réductible à l'apparence ou n'est rien.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

L'être est l'absence que les apparences dissimulent.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

Je veux vivre avec toi, reste à côté de moi, encore plus près... je veux sentir ton souffle.
Georges Bataille - Œuvre : Bleu du ciel (1935)

Les hommes se méconnaissent dans le bien et s'aiment dans le mal.
Georges Bataille - Œuvre : Le petit (1943)

Le rire est divin, il est même plus insaisissable que les larmes.
Georges Bataille - Œuvre : Ma mère (posthume, 1966)

Seule une débauche désordonnée me donne un appréciable plaisir.
Georges Bataille - Œuvre : Ma mère (posthume, 1966)

Deux êtres de sexe opposé se perdent l'un dans l'autre, forment ensemble un nouvel être différent de chacun d'eux.
Georges Bataille - Œuvre : Écrits posthumes (1922-1940)

L'intelligence servile est au service de la sottise, mais la sottise est souveraine.
Georges Bataille - Œuvre : L'expérience intérieure (1943)

L'angoisse est nécessaire à l'accord, la malchance à la chance.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

L'amour seul horizon est faiblesse, comédie ou soif de souffrir.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

Le désir et l'amour se confondent, l'amour est le désir d'un objet à la mesure de la totalité du désir.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

Le désir des sens est le désir, sinon de se détruire, de brûler et de se perdre sans réserve.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

La volonté d'échapper à l'apparence aboutit à changer d'apparence.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

Une conscience sans scandale est une conscience aliénée.
Georges Bataille - Œuvre : La littérature et le mal (1957)

Toujours la générosité s'oppose au mouvement de l'avarice, comme au calcul raisonné la passion.
Georges Bataille - Œuvre : La littérature et le mal (1957)

Le souci de l'avenir exalte l'avarice ; il condamne l'imprévoyance, qui gaspille.
Georges Bataille - Œuvre : La littérature et le mal (1957)

La faiblesse prévoyante s'oppose au principe de la jouissance de l'instant présent.
Georges Bataille - Œuvre : La littérature et le mal (1957)

Le bonheur de la mort jouit, il est en moi quelque chose de démesuré, qui veut ma convulsion étranglée.
Georges Bataille - Œuvre : Le mort (1967)

L'amour démesuré n'est que la mesure de l'hypocrisie.
Georges Bataille - Œuvre : Le mort (1967)

Dieu n'est rien s'il n'est pas dépassement de Dieu dans tous les sens.
Georges Bataille - Œuvre : Madame Edwarda (1937)

L'athée ne se soucie pas de Dieu, parce qu'il a décidé une fois pour toutes qu'il n'existait pas.
Georges Bataille - Œuvre : La littérature et le mal (1957)

L'angoisse, évidemment, ne s'apprend pas.
Georges Bataille - Œuvre : L'expérience intérieure (1943)

L'exploitation de l'homme par l'homme, haïssable qu'elle soit, est donnée dans l'humanité.
Georges Bataille - Œuvre : L'expérience intérieure (1943)

L'amour a cette exigence : ou son objet t'échappe ou tu lui échappes. S'il ne te fuyait pas, tu fuirais l'amour.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

L'extase n'est pas amour : l'amour est possession à laquelle est nécessaire l'objet, à la fois possesseur du sujet, possédé par lui.
Georges Bataille - Œuvre : L'expérience intérieure (1943)

L'horreur est la mesure de l'amour, la soif du mal est la mesure du bien.
Georges Bataille - Œuvre : La littérature et le mal (1957)

Il n'est pas de sentiment qui jette dans l'exubérance avec plus de force que celui du néant.
Georges Bataille - Œuvre : L'érotisme (1957)

La poésie qui ne s'élève pas au non-sens de la poésie n'est que le vide de la poésie, que la belle poésie.
Georges Bataille - Œuvre : L'impossible, L'orestie (1962)

Je donne à qui veut bien une ignorance de plus.
Georges Bataille - Œuvre : Le petit (1943)

Une femme qu'on aime guère est plus supportable si l'on fait l'amour avec elle.
Georges Bataille - Œuvre : Bleu du ciel (1935)

L'orgueil est la même chose que l'humilité, c'est toujours le mensonge.
Georges Bataille - Œuvre : Le coupable (1943)

La liste des auteurs populaires :