Guillaume-Thomas François Raynal

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Guillaume-Thomas Raynal

Écrivain, penseur et prêtre français né à Lapanouse dans le département de l'Aveyron le 12 avril 1713, Guillaume-Thomas François Raynal est décédé le 6 mars 1796 à Passy dans la Seine.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 36 citations de Guillaume-Thomas Raynal :

L'impôt est un joug pesant, c'est une coupe amère que presque tous doivent boire.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

Le fardeau des corvées est doux et léger au prix de celui des impôts.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

La corruption est au comble quand le pouvoir anoblit ce qui est vil.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

La nature du despotisme est de n'enrichir des esclaves que pour les dépouiller.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

Le raffinement le plus odieux du despotisme est de diviser ses esclaves.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

L'injustice et la tyrannie aiment l'ombre, elles se cachent à ceux qu'elles oppriment.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

La révolte est une ressource terrible, mais c'est la seule ressource qui reste en faveur de l'humanité dans les pays opprimés par le despotisme.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

Il ne faut qu'un malheureux événement pour mettre des barrières éternelles entre des familles dont le plus grand intérêt est de s'aimer, de s'entraider et de concourir au bien universel.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

La haine et la vengeance se nourrissent des plaies qu'elles se font.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

Il n'y a que l'homme libre qui puisse dire je veux ou je ne veux pas.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

L'ivrognerie est une brèche faite à la loi naturelle qui défend à l'homme d'aliéner sa raison.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

L'ivrognerie est un vice qui ôte la vigueur à l'esprit et au corps une partie de ses forces.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

Aimer n'est pas un art, c'est une passion engendrée par l'innocence même ; elle se nourrit de sacrifices, au lieu de s'éteindre dans les voluptés.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

Il est plus difficile de plaire toujours à une femme que d'en séduire plusieurs.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'esprit et le génie de M. l'abbé Reynal (1782)

L'amour, comme la mort, se plaît à confondre les conditions.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Quand la bonne foi règne, la parole suffit, et quand elle n'a pas lieu, le serment est inutile.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Les erreurs passent, et la vérité reste.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

On n'obtient de la tyrannie qu'une autorité précaire, qu'une possession troublée.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

La passion de l'argent répand dans le commerce une avarice qui rétrécit tout, jusqu'aux moyens d'amasser.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Le commerce est une science qui demande, à la fois, la connaissance des hommes et des choses.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Si tu es oppresseur, le repos et le sommeil ne sont pas faits pour toi ; et malgré tous tes efforts, tu n'en jouiras pas.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

La réclamation publique est constamment le cri de l'opinion, et l'opinion générale est la règle du gouvernement. Quelle est la règle des opinions chez les peuples éclairés ? L'intérêt permanent de la société, le salut et l'utilité de la nation.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Le trompeur espoir d'un meilleur avenir suffit seul pour calmer notre imagination et prolonger sans fin nos misères.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Une guerre, au milieu des nations commerçantes, est un incendie qui les ravage toutes.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Les ambitieux qui gouvernent les empires consomment les peuples comme une denrée, et traitent toujours de chimérique tout ce qui tend à rendre les hommes meilleurs ou plus heureux.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Que le despote soit appelé au trône par les droits de sa naissance, ou qu'il le soit par élection , les peuples n'ont d'autre loi que sa volonté.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

C'est le commerce des peuples entre eux qui diminue leur férocité, comme c'est leur séparation qui la fait durer.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Soyez fidèle aux traités que vous aurez conclus. Que votre allié y trouve son avantage, le seul garant légitime de leur durée.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Le bonheur public est la première loi, comme le premier devoir.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

La nature a partout ses douceurs, elle a partout ses merveilles.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

L'oisiveté est regardée avec raison comme la source de tous les désordres.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Heureux l'homme qui naît après l'extinction de cette longue suite d'erreurs qui ont infecté sa nation !
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Sans la superstition, il n'y aurait rien de si rare que les querelles de nation à nation.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

L'ouvrage de la sagesse n'est pas éternel, mais celui de la folie s'ébranle sans cesse, et ne tarie pas à écrouler. La première grave ses caractères, ses caractères durables sur le rocher ; la seconde trace les siens sur le sable.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Le travail modéré fortifie, le travail excessif accable.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

Le travail est une des sources du plaisir, et peut-être la plus certaine.
Guillaume-Thomas Raynal ; L'histoire philosophique et politique (1770)

La liste des auteurs populaires :