Jean-Baptiste Sébastien Krantz

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Jean-Baptiste Sébastien Krantz

Ingénieur des Ponts et chaussées, inventeur et homme politique français né le 17 janvier 1817 à Arches dans le département des Vosges, Jean-Baptiste Sébastien Krantz est décédé le 16 mars 1899 à Paris à l'âge de 82 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 22 citations de Jean-Baptiste Sébastien Krantz :

Un honnête homme doit demander le moins possible de service aux autres, mais quand il en a reçu ne jamais les oublier. Il doit également, quand il a été assez heureux pour rendre service à une personne, ne jamais l'en faire souvenir, car suivant un vieux dicton français : Bienfait rappelé, offense faite.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Bien qu'elle soit digne d'éloges, la prévoyance doit avoir ses limites. Il ne faut pas faire comme cet avare qui se résigne à une vie absolument misérable pour être très riche sur ses vieux jours. Se laisser mourir de faim à côté de ses trésors, cela s'est vu et pareil excès n'est plus de la sagesse, mais bel et bien de la folie.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

La langue est la plus mauvaise et la plus dangereuse des choses quand on l'emploie à railler tout le monde. Que de gens d'esprit se sont perdus par-là ! On les écoute, non sans quelque plaisir, quand ils passent en revue les travers des gens de leur connaissance. On rit de leurs saillies, on applaudit à leur esprit, mais, comme résultat de ces spirituels exercices, ils se font autant d'ennemis qu'ils ont eu d'auditeurs ; les uns, parce qu'ils ont été mordus, les autres, parce qu'ils craignent de l'être.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Songez quelquefois tout éveillés, puisqu'aucun de nous ne peut échapper à ces douces folies ; mais retenez bien que si vous vous abandonniez trop souvent au pays des songes, vous deviendriez impropre au travail et à la réflexion, c'est-à-dire à ce qui fait la condition essentielle et l'honneur de la vie.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

L'habitude nous crée une seconde nature qui domine presque toujours la première et qui est absolument notre œuvre. Nous ne pouvons accuser personne des conséquences qu'elle entraîne, c'est nous, nous seuls qui en sommes responsables.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Voyez ce chasseur qui, sans paraître viser, frappe à la course ou au vol un gibier qu'il n'a fait qu'entrevoir, tandis qu'un chasseur novice laisse passer, sans leur faire le moindre mal, les gibiers le mieux à sa portée. Chez les uns et chez les autres, tout cela est le résultat de l'expérience et de l’habitude, d'où le proverbe : L'habitude est une seconde nature.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Un financier gagne des millions à la Bourse, ce qui est en réalité un assez piètre moyen de faire fortune. Il continue à spéculer et tente de plus grosses sommes. Mais sa dernière spéculation ne réussit pas. Il s'endort millionnaire et se réveille ruiné, d'où le proverbe : Ce qui vient de la flûte retourne au tambour.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Nos espérances, même les mieux fondées, même les plus prochaines, sont souvent trompées par l'événement. Chacun de nous, à son tour, répète ce proverbe tout empreint de mélancolie et de résignation, à savoir : Il y a loin de la coupe à la bouche.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Quand un industriel, un commerçant, un savant, se charge de plus de besogne qu'il n'en peut mener, les déceptions lui arrivent très vite. Il court d'une affaire à l'autre, ne donne à chacune d'elles qu'une petite partie du temps qu'il faudrait lui consacrer pour la mener à bien. Il se fatigue, se surmène et finit par faire, de tous côtés, une besogne médiocre d'abord puis mauvaise ensuite. Il faut toujours mesurer ses forces à la tâche.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

J'ai vu plus d'une fois des ouvriers chercher à emporter d'un seul coup une très grosse brassée de foin ou de branches. L'intention était bonne, mais le résultat n'y répondait guère. Foin ou branches tombaient d'un côté et quand on voulait les rattraper s'échappaient de l'autre. Bref, on n'en avait jamais fini et on en laissait beaucoup en route. C'est à ce résultat que ce proverbe fait allusion : Qui trop embrasse mal étreint.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Dans la vie de l'homme et aussi dans celle des sociétés, rien n'est stable, persistant et durable. Le mal succède au bien, le bien au mal. Après une période de prospérité viennent des années de misère ; la douleur fait place à la joie et le chagrin lui-même, si vif qu'il soit, s'émousse et disparaît pour faire place au bonheur. C'est de cette trame si étrangement mêlée que la vie est tissue. Jamais tout à fait heureuse, jamais non plus complètement malheureuse. Il faut en prendre notre parti et nous accommoder de ces inévitables retours.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Mes chers enfants, fuyez les vaniteux. Les gens raisonnables s'habillent suivant les convenances de leur situation et mangent suivant les exigences de leur estomac.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Si vous êtes jeunes, actifs, vigoureux, bien portants, ne craignez pas de courir un peu le monde, et ce faisant, de voyager, de beaucoup voir, beaucoup étudier sur place, afin de rentrer au logis avec un trésor d'observations qui vous paye de vos fatigues.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Toutes les professions exigent une habileté qui ne s'acquiert que par une longue pratique. Il n'en va pas de même pour les arts. Dans nombre de cas, il y faut des aptitudes spéciales qu'une longue pratique peut bien développer, mais qu'elle ne donne pas. On peut écrire toute sa vie et rester un auteur médiocre. On peut couvrir de couleur bien des toiles sans devenir capable de peindre autre chose que de simples enseignes.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

J'ai eu de tout temps horreur des brutalités commises envers les femmes, et je mesure volontiers le degré de civilisation d'un peuple au rang que les femmes y occupent et l'éducation morale d'un homme à la dignité de sa conduite envers elles.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Les bons comptes sont de rigueur partout, mais le plus prudent est de n'avoir aucun compte d'intérêts à régler avec ses amis. L'amitié s'en trouve beaucoup mieux en tous pays.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

L'homme se sert des grandes forces de la nature et paraît leur maître ; mais, en réalité, il est leur esclave et elles le brisent quand il se permet de vouloir leur désobéir.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

La liberté humaine n'est pas un vain mot. Quand l'homme comprend les lois physiques et morales qui régissent le monde et qu'il y adhère par sa raison et sa conscience, il n'est plus l'esclave, mais le collaborateur de son patron. Il va volontairement où il doit aller et il est libre dans la mesure où il peut l'être.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Remplis tes devoirs, quoi qu'il advienne, là est la dignité de la vie, là aussi le bonheur.
citations-jean-baptiste-sebastien-krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Une grande nation ne vit pas de sophismes, de doutes et de négations. Elle en meurt, ou elle les rejette. Notre pays doit revenir aux saines et puissantes traditions qui ont fait sa force et sa gloire dans le passé.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

En toutes circonstances et quoi qu'il puisse en résulter, remplis tes devoirs envers ta patrie, envers ta famille, envers toi-même. Je sais que pour un honnête homme il est souvent moins difficile de remplir ses devoirs que de les connaître. Mais ces devoirs te sont enseignés par les lois de ton pays, par les leçons de tes parents et par ta conscience. C'est par là que tu les connaitras.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

Quand les moyens employés sont malhonnêtes, rien ne peut les justifier.
Jean-Baptiste Sébastien Krantz ; Les préceptes et proverbes (1895)

La liste des auteurs populaires :